Neil Young

Weld

Weld

 Label :     Reprise 
 Sortie :    mardi 22 octobre 1991 
 Format :  Live / CD  Vinyle  K7 Audio   

En témoignage de sa tournée Ragged Glory, Neil Young nous gratifie avec Weld d'un double album live.

Que les fans de la période country-folk du Loner soient tout de suite fixés : ici, on est loin de The Needle And The Domage Done. Young et le Crazy Horse convoquent l'élèctricité, et s'en donnent à coeur joie (pas ou peu de titres de moins de 6 minutes) . Ca secoue : les rageurs "Hey Hey My My" et "Crime In The City" qui ouvrent le disque, donnent le ton.
Mais Neil Young, même à limite de l'électrocution, sait aussi faire passer l'émotion : le planant "Cortez Te Kller", le rebelle "Rockin' In The Free World". Mais aussi la poignante reprise de "Blowing In The Wind" et ses bruits d'explosions, fait froid dans le dos. Surtout en ces temps de guerre du Golfe première version.

Ce qui heurte à chaque écoute de ce disque, c'est l'énergie et la tornade de liberté qui semblent habiter Neil Young quand il est sur scène, et ce même après tant d'années et d'albums.
Bref, le Crazy Horse n'a jamais aussi bien porté son nom.


Exceptionnel ! !   19/20
par Tomveil


 Moyenne 19.67/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 28 mai 2005 à 18 h 52

Il y a des choses qui ne s'expliquent pas, des choses qui parlent d'elles-mêmes, il suffit de tendre l'oreille pour comprendre qu'il est inutile de se poser plus de questions.

C'est le cas pour "Weld". Il n'y a qu'à écouter les premières notes de "Hey Hey, My My" pour s'en rendre compte. Ce live est une évidence, un manifeste dédié au sublime, au poignant.
"Weld", c'est un colosse, un monolithe, un tout indisociable qui nous entraîne dans un maelstrom de rouille et d'éléctricité.
Mais "Weld", c'est aussi un son hanté, hanté par la Guerre du Golfe (la reprise hors norme de "Blowing In The Wind"), la noirceur ("Tonight's The Night" plus sombre que jamais), la révolte ("Crime In The City" épique, "F*!#in' up" radical).

Ce live est sans commune mesure et nous prouve, si besoin était, que Neil n'a jamais été aussi bon que lorsqu'il était soudé à ses compères du Crazy Horse, avec qui il fait à coup sûr des étincelles.
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 29 août 2005 à 09 h 19

Weld... Comment présenter un tel album sans tomber dans le ridicule ?
Comment les mots peuvent ici témoigner à la place des esgourdes ?
Weld... Un régal, une jouissance éternelle, un monument trop peu connu dans nos contrées, comme toute l'oeuvre de M. Young d'ailleurs.
Weld, où le maître enchaîne "Hey Hey My My", "Crime In The City", la reprise orgasmique et hallucinée du "Blowin' In The Wind"; puis les énormes "Rockin' In The Free World" et "Like A Hurricane"; et bien ce disque est simplement le rock 'n' roll à lui tout seul. Bien plus que les Stones ou autres, Young est le seul à garder intact "le" son, le seul qui ne rouillera jamais. Sa guitare sursaturée laisse transparaître une foi et une rage non éteinte, à presque 45 balais, comme il le trouve sur le final de "Welfare Mothers", monstrueux, ou sur "Fuckin' Up", d'une violence sans commune mesure... Mais aussi une sensibilité de vieux cow-boy désabusé, comme sur les éternelles impros de "Cortez The Killer" et "Powderfinger"...

Inoubliable, intemporel, impérissable, sublime... tous les qualificatifs sont possibles... De toute façon, le plus flatteur que l'on puisse trouver restera quand même un euphémisme !
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
110 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :