Sonic Youth

Screaming Fields Of Sonic Love

Screaming Fields Of Sonic Love

 Label :     DGC 
 Sortie :    1995 
 Format :  Compilation / CD   

Une fois que Geffen eût fini de rééditer tous les vieux albums de Sonic Youth (excepté, pour notre grand malheur, le mythique "Sonic Youth"), une compilation fut éditée afin de donner une vision synthétique des oeuvres pré-Geffen de Sonic Youth.
"Screaming Fields Of Sonic Love" comporte donc 17 titres, qui sont :
- "Teen Age Riot", "Eric's Trip" et "Candle", tirés de "Daydream Nation" (1988)
- "Into The Groove(y)" et "G-Force", du "Ciccone Youth The Whitey Album" (1988)
- "Beauty Lies In The Eye" et "Kotton Krown", issus de "Sister" (1987)
- "Shadow Of A Doubt", "Expressway To Yr Skull" et "Starpower" tirés d' "Evol" (1986)
- "Death Valley '69", "Halloween" et "Flower" de "Bad Moon Rising" (1985)
- "Inhuman", "Making The Nature Scene" et "Brother James" issus de "Confusion Is Sex / Kill Your Idols" (1983)
- "I Dreamed I Dream" du toujours attendu "Sonic Youth" (1982).
Conclusion : une belle fenêtre ouverte sur le jardin discographique des 7 premières années de Sonic Youth, même si certains albums ne sont pas fidèlement reflétés par les morceaux présents sur cette compilation (comme "Sister", par exemple).


Très bon   16/20
par X_Shape104


  Une première version de "Screaming Fields Of Sonic Love" a été édité par Les Inrockuptibles à la sortie de "Experimental Jet Set, Trash And No Star", dont certains titres différaient ("Mac Beth" à la place de "G-Force", "Doctor's Orders (Thurston vox)" en plus, ...)


 Moyenne 15.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 06 décembre 2004 à 20 h 43

Screaming Field Of Sonic Love... intéressant pour quiconque cherche à savoir si le rock s'arrête à Placebo. Compilation variée, mais un peu faiblarde par moment. Disons que la difficulté réside dans le fait de sortir un album qui, disons le, est franchement inutile (l'aurait il été beaucoup plus AVANT la réédition de tous les autres albums, histoire de présenter un panomara rapide aux gens qui ne connaissaient pas Sonic Youth avant Geffen ?). Nécéssité de justifier un album en montrant qu'il se vend bien, malgré son inutilité ? Donc le choix des morceaux fut dès lors un vrai dilemne: tenter de trouver accrocheurs au détriment d'une image fidèle (où sont "Tom Violence", "Schyzophrenia", "The Sprawl"...?).

L'effort est louable, c'est indéniable. Le résultat, s'il n'est pas à la hauteur du talent de ce groupe absolument génial, c'est évident... Si vous cherchez à vous plonger dans l'univers des débuts de Sonic Youth, autant choisir "Daydream Nation", fabuleuse synthèse de l'esprit et des expériences précédemment menées par ce qui est, un pilier du rock de NYC.
Sympa   14/20







Recherche avancée
En ligne
106 invités et 1 membre :
Flavien
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?