The Cure

Boys Don't Cry

Boys Don't Cry

 Label :     Fiction 
 Sortie :    mardi 05 février 1980 
 Format :  Album / CD  K7 Audio   

Il s'agit en fait d'une sorte de réédition du premier album de Cure, avec la plupart des chansons de Three Imaginary Boys et d'autres.

Sur cet album se trouve le titre "Boys Don't Cry" qui connaîtra un énorme succès lors de sa ressortie sur la compilation Standing On The Beach.
C'est un mélange de morceaux mélancoliques dans la lignée de ce que Cure fera par la suite ("10 :15 Saturday Night", "Subway Song", "Another Day") et de morceaux moins identifiable à Cure sur la durée ("Fire In Cairo", "Jumping Someone Else Train", "Plastic Passion").
La voix de Robert Smith y est particulière par moment, un peu nasillarde.
Un des titres à retenir est "Killing An Arab", inspiré de L'Etranger de Camus, tant pour la musique que pour les paroles.


Excellent !   18/20
par Sfar


 Moyenne 18.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 28 juillet 2007 à 15 h 04

Je constate que cet album est très peu de fois mentionné comme étant un des meilleurs, peu chroniqué sur ce site comme ailleurs, les titres ne sont que peu mentionnés excepté le titre phare et éponyme "Boys Don't Cry" et occasionnellement d'autres.
Ce second tableau (car il s'agit bien d'oeuvre) fait peut-être l'objet d'une certaine banalité, un peu trop commun, du Cure en veux-tu en voila, on pense avoir tout écouté avec ce fameux "Boys Don't Cry" qui est passé, repassé, repris, remixé, remasterisé, rehaussé et re encore ... Mon incompréhension est total car c'est pour moi l'album le plus pure de la tradition, le plus méritant, le plus authentique avec Three Imaginary Boys, l'investigateur de ce style, la base la plus certaines et la plus sûr pour les autres albums. Ce véritable recueil de poésie à pourtant profondément marqué sa génération et son époque, peut-être tellement que l'on en a perdus le plus vif souvenir, dans ce cas il est conseillé de le réécoutez absolument car il marque toujours les nouvelles générations, c'est dire ... et rare.
Avec celui-ci le groupe à pu planter l'ancre dans les abysses de l'océan musical, il l'a propulsé en avant de la scène mondiale, le prophète Three Imaginary Boys annonçait bien le messie et bien le voila ... Mais quelle reconnaissance dites-moi !? Il nous emporte tout le long de son fleuve de créativité froid et bleu, indemne d'impuretés qui réchauffe par sa beauté ainsi que par un mince rayon de soleil. La musique est limpide, clair et pure, les guitares résonnent encore et ce depuis sa première écoutes. Les subtilités, les sophistications, les complexités sont toutefois accessibles dés les premières écoutes. L'oeuvre pointilleuse et raffinée fond dans les oreilles et apaisent tous les maux et les moeurs, on se laisse emporter et puis on admire ... et on s'éloigne.
Il demeure l'album de logique pour une découverte épanouie du groupe, un album de choix dans les autres cas ...
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
124 invités et 1 membre :
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?