Bob Dylan

New Morning

New Morning

 Label :     Columbia 
 Sortie :    mercredi 21 octobre 1970 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

" Rendez nous le vrai Dylan ". voilà ce que criaient les fans de Dylan après la déroute de son précédent Self Portrait. Echec commercial et critiques dithyrambiques ont poussé notre Zim a enregistrer très rapidement un autre album seulement cinq mois après son précédent essai. Et cette fois-ci les fans ont crié " On nous a rendu Dylan ! ".
Avec New Morning, Dylan revient à ce qu'il sait faire le mieux: des chansons folk-rock-country d'excellente qualité, des textes sincères et une voix inimitable. Evidemment on peut reprocher à cet album d'être une pâle copie d'albums précédents puisqu'il est dans la même lignée que John Wesley Harding. Mais Zim retrouve sa sensibilité sur des chansons comme " I Not For You " qu'il a joué avec George Harrison ou encore " If Dogs Run Free " où Dylan s'essaye comme poète beat (Dylan est un fan de ce genre de littérature et il fréquente des auteurs comme Lawrence Ferlinghetti). Certaines chansons sont aussi très mauvaises comme " Winterlude " qui est glaciale ou " Three Angels ".
Finalement un album à double tranchant, le bonheur de retrouver un Dylan inspiré mais un album inégal et peu novateur. L'album ne fut pas très bien reçu à sa sortie mais ce New Morning semble bien vieillir.


Sympa   14/20
par Tomtom


 Moyenne 15.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 27 octobre 2009 à 13 h 54

Ce n'est pas Nashville Skyline mais quand même, je l'aime beaucoup moi New Morning. C'est loin d'être un Dylan que j'écoute souvent, mais je me suis attaché lentement. J'ai laissé, souvent par hasard, quelques doux souvenirs s'imprimer sur cet album, de 1970. Je reconnais qu'il est un peu inégal, que la voix de Dylan apparaît assez faible sur certains morceaux et qu'on frôle parfois le mauvais goût, mais je l'aime bien pour ses défauts et la sincérité qui s'en dégage. Même chose pour Selfportrait, très décrié, auquel je trouve pourtant un certain charme. On dirait pas comme ça, mais je sais être objectif concernant Dylan, je trouve certains de ces albums (surtout ceux des eighties) inécoutables. Mais non, décidément, New Morning est un bon compagnon.

Je me le suis procuré au printemps 2007, quelques semaines avant d'aller voir le Zim en concert pour la première fois. Tous les ans, j'ai droit à un grand pique-nique familial à la campagne, une journée très longue. Il y a toujours un moment où je dois m'éloigner, allé me promener dans les champs alentours, sous un soleil de mars. Ce jour-là, j'avais Dylan dans les oreillettes lors de ma balade. La terre boueuse, les rangées de maïs, l'air frais, tout cela était parfait pour savourer l'atmosphère gentiment country de "If Not For You", je gueulais par-dessus la voix enraillée de Dylan. L'harmonica qui déraille, les cordes de la guitare qui sautillent, je gambadais comme un gamin, libre l'espace d'un instant. Les oiseaux volaient d'arbre en arbre, et les cigales auraient chanté pour moi s'il y avait eu des cigales ("Day Of The Locusts"). C'était une belle journée, de parfaites conditions pour découvrir un album qui aurait pu me rendre indifférent la veille ou le lendemain.

Le mois suivant, je suis allé voir le gitan. Pas Elvis, comme dans la chanson ("Went To See The Gypsy"). Non, je suis allé voir Dylan. À Paris Bercy. Il était caché sous son grand chapeau, il était vieux mais beau. Il m'a récité ses classiques, comme si à chaque refrain il lâchait son dernier souffle. Je l'imaginais bien rentrer près de ses petits-enfants, dans une cabane de l'Utah, parce que c'est tout ce qui compte après tout ("Sign On The Window", la plus belle du lot). Être paisible, serein, à la fin.

Plus tard, New Morning est ressorti du placard, toujours aussi poussiéreux, mais renfermant de nouvelles couleurs, celles d'un été pas toujours très heureux. Les siestes au soleil, les doigts de pied en éventail, au son de "Winterlude", quand tu repenses à ce doux sourire qui t'a échappé. Quand tu essaies d'oublier, tu n'oublies pas. Et puisque c'est douloureux, Dylan est là. Il t'emmène dans un vieux club de jazz enfumé, te refile un cognac, te jette dans les bras d'une autre, et ça devient langoureux. Lui part dans tous les sens, improvise au piano, "If Dogs Run Free", s'amuse sans en avoir l'air, et moi j'oublie, j'oublie... Et je me réveille de ma sieste au soleil, frôlant l'insolation. Bien décidé à aller de l'avant. À profiter des vacances, de l'insouciance. D'un nouveau matin. Je me lève et me jette entre les vagues, je me vide l'esprit, je suis bien...

Ma dernière rencontre avec cet album, et la plus intense, c'était au beau milieu d'une chaude nuit estivale, à Barcelone. J'avais voyagé autour de l'Europe durant six semaines, en stop, avec mon sac à dos, et le périple touchait à sa fin. Une gentille communauté d'étudiant m'avait accueilli dans leur auberge espagnole, un grand appartement dans le cœur de la ville qui ne dort jamais. Je rentrais d'une soirée sur la plage, arrosé de sangria, j'étais épuisé, je me suis écroulé sur le matelas qui me servait de lit dans le couloir. Par habitude, j'allume le petit poste radio sur l'étagère d'à côté, et je tombe par surprise sur "One More Weekend" suivi de "The Man In Me" (lalalalala...lalala). Je comprends très vite, malgré le vilain espagnol du présentateur, qu'il s'agit d'une rétrospective Dylan, et d'une diffusion en entier de l'album. J'avoue avoir pris peur au début, me disant que ça y est, Bob est mort. Tout le monde roupille, moi je reste sur mon matelas, j'enchaîne mes cigarettes et je contemple la nuit étoilée au son des "Three Angels", de "Father Of The Night". Je suis aux anges, je m'endors.

Voilà, je pourrais faire le même exercice pour la plupart des albums de Dylan. Ou comment un album te renvoie à un tas de souvenirs, t'accompagne au fil du temps et ressurgit sans prévenir quand tu l'as oublié. C'est pas nouveau ce que je vous raconte, mais ça me surprend à chaque fois moi, le pouvoir de la musique. Et je suis certain que le regard que me lance Dylan, sur la pochette immaculée de New Morning ne cessera jamais de me poursuivre, parfois malgré moi...
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
191 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques