Bob Dylan

Together Through Life

Together Through Life

 Label :     Columbia 
 Sortie :    mardi 28 avril 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Son dernier album se terminait sur le lancinant "Ain't Talkin'", et pourtant ce bon vieux Dylan a encore des choses à dire. Together Through Life, troisième album studio de la décennie, est encore une réussite (et la pochette est splendide). Arrivé sans prévenir, ce projet est né en partie grâce à la demande du réalisateur français Olivier Dahan qui voulait des chansons d'amour pour son prochain film. Merci à lui. Les sessions d'enregistrement furent rapides, le résultat est étonnament spontané, enjoué et plein de vie. Beaucoup plus lumineux que l'essai précédent, ou que l'inégalé Time Out Of Mind. Ce qui frappe également, c'est la longueur de l'album et des chansons. On ne dépasse pas les 45 minutes en tout, et on ne voit pas le temps passer.

Dans la lignée du son des albums précédents, on peut noter tout de même une mise en avant de la voix du Zim, qui donne une ambiance particulière à l'album. Une voix plus rocailleuse que jamais, qui donne des frissons, qui peut dissuader n'importe quel fumeur de faire une croix sur la nicotine. Dès l'inaugural "Beyond Here Lies Nothin", on est propulsé dans une salle de bal mexicaine, en fin d'après-midi. L'orchestre s'efface derrière le crooner au costume doré, les enfants courent partout et le banquet est fastueux mais loin d'être indigeste. "My Wife's Home Town" est un morceau langoureux, un blues démoniaque. "Forgetful Heart" est un des sommets de l'album, une nouvelle étude de la romance amoureuse à la sauce Dylan ("Why can't we love like we did before ?"). "I Feel A Change Is Comin' On", porteur d'espoir, à l'image d'une Amérique nouvelle, qui s'est trouvé un visage neuf, des années après l'hymne "The Times They Are A-Changin'". "Shake Shake Mama", "This Dream On You", l'orchestre s'emballe, puis il s'apaise et nous laisse rêveur. On danse la valse sous le coucher du soleil et tout le monde est heureux ("It's All Good", conclusion pleine d'ironie et tournée vers l'avenir).

Cette ambiance tex-mex n'est pas sans rappeler l'aventure western de "Patt Garret & Billy the Kid", avec ses accordéons et son aspect sieste sous le soleil de Mexico. Mais si le projet est initié par un français et que l'atmosphère est à la sauce mexicaine, Dylan nous peint encore et toujours une Amérique hors du temps, en reprenant des vieux classiques bluesy, rock'n roll. Il a beau avoir tourné le dos à la folk classique depuis des décennies, il entreprend lui-même un travail de collectionneur de musique (son émission de radio, par exemple) qui ne tombe jamais dans la nostalgie facile. Certes Dylan n'est plus le visionnaire qu'on a connu, mais il n'est pas devenu non plus un vieux pirate qui vit dans le passé. Son album est enraciné dans le passé, mais résonne à merveille dans notre époque : il est troublé mais plein d'espoir, et ne cesse de tourner autour du même thème : l'amour. Le tout parsemé de la patte Dylan, de son ironie, de sa voix tranchante et d'une classe incomparable.

Les 50 ans de carrière approchent et Dylan est toujours là. Inégal sur scène, mais intouchable sur disque. Qu'il le veuille ou non, la légende est en marche, et ne semble pas vouloir s'arrêter.


Parfait   17/20
par Dylanesque


 Moyenne 12.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 02 septembre 2009 à 11 h 39

"Avec l'âge, le vin se bonifie ". Patti Smith, Morrissey ou Jarvis Cocker en sont l'illustration. Pour Dylan, des albums comme Time Out Of Mind et Modern Times nous laissaient présager de nouvelles pépites à l'aube de ce nouveau millénaire. Néanmoins notre Zim ne se bonifie pas avec l'âge lorsqu'il nous sort ce Together Through Life.

En bon fan, j'ai hésité avant d'acheter cet album. Des critiques élogieuses, un Zim sur une bonne lancée avec Modern Times, on était en droit d'attendre un grand cru. Une fois la galette achetée, on l'enfourne et surprise : c'est une piquette que le Zim nous sert. La musique est du goût d'un cubis acheté dans un discount. Au premier abord notre breuvage semble pas si mauvais, mais après plusieurs tentatives, l'essai se révèle désastreux. La piquette du château Dylan irrite, arrache puis laisse un arrière goût qu'on essaye au plus vite d'oublier.
Le commanditaire de l'album veut des chansons d'amour. Hé bien il est servi. Dans le rayon des chansons mièvres, je demande Bob Dylan. Accordéons inopinés, mièvrerie (surtout pour la chanson " Life Is hard ") sans une once de folk de qualité. Seuls les textes valent le détour et sauvent notre Dylan de la plus mauvaise note.

Un essai mauvais. En espérant que ce ne soit qu'un accident de parcours.
Sans intérêt   8/20







Recherche avancée
En ligne
293 invités et 3 membres
The Dark Dude
Kozmik
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard