Dominique A

La Fossette

La Fossette

 Label :     Lithium 
 Sortie :    mercredi 05 février 1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

A l'heure où paraît le live Sur Nos Forces Motrices pouvant faire office de bilan, il m'apparaît comme utile de s'attarder sur les débuts de Dominique A en solo. Nous sommes au début des années 90. Un nantais solitaire de 23 ans enregistre chez lui un album au style très personnel, prolongement du mini-LP Un Disque Sourd, édité à 150 exemplaires. Le succès de l'album est assez confidentiel, mais certains auditeurs attentifs et une partie de la presse se rendent compte de la valeur artistique de La Fossette au beau milieu du paysage trop souvent lisse et policé de la chanson française. Je ne sais pas si le minimalisme de ce premier LP découle d'un choix ou d'une nécessité, peut être des deux, mais il nous prouve encore, 15 ans après sa sortie, qu'on peut faire de l'art avec rien. Le rien est même la principale force de ce premier album. Certains artistes devraient en prendre note. Avec un synthé bancal et un guitare électrique, Dominique A a accouché dans la solitude (ou presque : Eric Deleporte arrange deux morceaux...) du parfait disque de chevet hivernal, qui résonne en nous bien au delà des dernières notes de "L'Echo". Sa voix pas encore très assurée se pose en douceur sur des arrangements revêches et mélancoliques, une voix qui joue à ce moment là dans un registre parfaitement androgyne, rappelant celle de Barbara. Certains auditeurs n'ont pas tout de suite compris d'ailleurs qu'ils entendaient une voix d'homme. Quoi qu'il en soit, cette voix est comme la flamme réconfortante et fragile d'une bougie, vacillante au milieu de la grisaille. Beaucoup de gris, tirant vers le blanc... Un sourire esquissé derrière un voile de brouillard.
Beaucoup d'inquiétude, une sensation de mise en arrêt, et surtout la fin de la relation amoureuse hantent ce disque... "Va T'En" contient des paroles parmi les plus dures de son auteur ('puisque mon amour est mort, je ne vois pas pourquoi tu serais plus voyant que les autres gens maintenant'...) et dans l'ensemble le disque n'est pas absolument pas drôle... Mais pas non plus défaitiste, à l'image du "Courage Des Oiseaux" où on peut espérer avec Dominique d'avoir 'le courage des oiseaux, qui chantent dans le vent glacé'...
Au creux de l'oreille, ce disque nous parle de nos égarements, et de l'absurdité de notre condition d'humains, quand il pleut au dehors et en dedans. Mais avec une certaine forme de tendresse. Très conseillé en ce début d'hiver...


Très bon   16/20
par Sam lowry


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
78 invités et 3 membres
Climbatize
Ben147
11novembre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...