Dominique A

Remué

Remué

 Label :     Lithium 
 Sortie :    1999 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Pour mettre en musique des sentiments beaucoup plus négatifs que sur ses disques précédents, Dominique A a choisi un parti pris musical beaucoup plus extrême. Le premier titre "Comment Certains Vivent" donne la couleur de cet album difficile : alors que les paroles fustigent les choix ridicules que l'on peut faire dans la vie, des guitares très dissonantes répondent à une boucle angoissante. Les séquenceurs sont omniprésents sur l'ensemble de l'album et servent de trames à la majorité des morceaux ; on pense notamment aux rythmiques très métalliques de "Pères" et "Encore", ou au sublime sample asiatique de "Exit". Tout au long du disque, cette musique, qui peut paraître froide, crée un carcan sublime pour des textes, où Dominique A écrit de façon subtile une hypothétique haine de la vie. Comment rester insensible à certains textes criant de vérité comme "Pères", "Retrouvailles" ou "Je Suis Une Ville". Sur ce dernier titre, musicalement plus proche de "La Mémoire Neuve", une sublime section de cuivres réchauffe l'atmosphère. Plusieurs écoutes révèlent des merveilles comme "Exit" et son bouleversant romantisme, ou encore "Douanes", morceau ambitieux quasi électronique. "Remué" finit par être l'oeuvre la plus touchante de Dominique A, une sorte de version musicale des bouquins de Houellebecq.


Parfait   17/20
par X_Elmo


 Moyenne 18.33/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 20 février 2005 à 20 h 09

"Oh oui ça remue, la vache ça remue". Dominique A. remue les tripes, les souvenirs blessés, la faiblesse... et remue aussi sa musique. Après la pop minimaliste et décalée de "La Mémoire Neuve", Dominique A nous plonge dans une électro pop atmosphérique (et cauchemardesque). Franchement abrupte aux premières écoutes, la musique s'installe pourtant, monte au cerveau... Toute cette misère humaine, ces amours fébriles, les voilà qui nous habitent, nous saisissent et ne nous quittent plus.
Dominique A n'a jamais caché ses influences (il revendique d'ailleurs celle de Bashung sur "Tout Sera Comme Avant") et on se demande bien, en l'occurence, ce qui l'a motivé à accoucher de cet objet torturé.
"Remué" s'écoute d'une traite et on ne se défait pas de ce réalisme poisseux, de cette musique viscérale et escarpée impunément. En fait, on n'oublie pas "Remué".
Excellent !   18/20



Posté le 04 juillet 2007 à 00 h 49

Sur Remué Dominique A atteint des sommets qu'il n'atteindra plus aussi souvent sur ses disques suivants. Le meilleur parolier ? Dominique A. "Pères". La seule chanson arrivant à me tirer les larmes des yeux. Déjà quand je n'étais que fils ! Maintenant que je suis aussi père, c'est pire. Plus fort que Jack sombrant dans les eaux du Titanic sous les yeux de Rose. Le meilleur guitariste ? Oubliez Steve Vai, Joe Satriani et autres Eddy Van Halen. C'est Dominique A. Sans prétention, sans excès de technique. Un jeu simple, haché, décousu, sombrant dans la folie plus que souvent et contrastant à merveille avec les drones et boucles structurant les chansons. Le meilleur compositeur ? Dominique A aussi. "Comment Certains Vivent" est d'une tension presque insoutenable, en parfaite osmose avec le sujet.
Un disque dans lequel il n'y a rien à jeter. Où chaque écoute amène de nouvelles surprises, tant il fourmille de nuances. Intemporel. Indémodable. Dominique A s'y est très bien entouré. Mention spéciale à Sacha Toorop pour sa batterie au jeu tout en finesse et richesse.
"Huit ans après sa sortie, referiez-vous le même choix ?" Oui sans le moindre doute. Si je ne devais garder qu'un seul disque, ce serait celui-là, même si, parfois, j'hésite à l'écouter tellement son amertume et sa puissance prennent à la gorge.
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
158 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?