The Smashing Pumpkins

Bruxelles - Belgique [Forest National] - mardi 19 février 2008

Comment décrire avec les mots adéquats l'appréhension que l'on peut avoir avant de voir l'artiste qui nous a le plus influencé dans nos rêves, dans nos goûts, dans nos choix et surtout dans notre état d'esprit. Le phénomène s'amplifie encore lorsque l'artiste en question apparait avant notre naissance, qu'il appartient à quasiment une autre génération et qu'il n'existait déjà plus lorsqu'on la découvert. Espérer une reformation du groupe était une utopie honteuse jusqu'au jour où l'improbable se produisit. Tenir les places du concert en main propre parait déjà irréel, s'ensuit des écoutes de la discographie entière du groupe à 2 mois du jour j presque de peur de ne pas avoir relevé une ou l'autre subtilité ...

Le jour j arrive enfin non sans appréhension (bien sûr!) mais pourtant avec beaucoup de sérénité comme si c'était cela que cette musique nous avait enseigné. La salle mythique apparait, très vite la vue prend de la contre plongée, on se retrouve brusquement au pied du Colysée et déjà des milliers de citoyens accourent au spectacle...
Vient tout de suite la pénétration dans la bâtisse et toutes ses lumières éblouissantes, après cela on passe dans l'arène aussi grande qu'un stade de foot coupé en deux ! Le concert approche, alors qu'un groupe de préambule s'exerce sans une véritable attention de la part du public, la foule envahit précipitamment le lieu... On arrive à l'extinction des feux et l'appréhension explose d'autant plus que l'attente est longue et que la venue de Billy Corgan et de ces condisciples est inopinée et saisissante ...

Bien au delà de mes attentes la présence de Billy est impressionnante et mystique, sa posture, ses gestes, son calme, sa taille aussi, son crâne immaculé et son style font de lui un cliché de véritable messie ! Sa présence est rayonnante et semble faire ressortir une partie d'esprit à cet "homme mystérieux"... alors pas de doute c'est bien le vrai, le génie d'où ont émergé tous ces chefs d'œuvres intemporels que nous connaissons bien aujourd'hui.
Le déluge commence...
Avec l'émotion et le recul il en est malgré tout difficile d'en retrouver la playlist au complet et dans l'ordre. De façon générale sont passés les titres phares du groupe, les titres phares du nouvel album (évidemment) et quelques surprises telle qu'une version Zéro d' "Ava Adore", l'admirable "My Blue Heaven", un inédit comme "Super Christ" ou encore une version acoustique de "Try Try Try".
Même si l'intégrité d'un album et même d'une discographie entière peu sembler troublée lors d'une prestation Live il faut savoir qu'une structure dans de telles conditions est presque impensable, il faut donc savourer les titres un à un pour au final se faire une opinion objective. Dans une autre réflexion, les titres de Zeitgeist qui n'ont pas plus à certains auraient pu trouver leur épanouissement lors de ce concert car l'on a senti un Billy Corgan bien inspiré et apte à faire fleurir de nombreuses de ses compostions. En ce qui concerne les performances techniques des musiciens, on ne peut pas nier leur maitrise, leur précision et même l'impro, donc voici encor un autre point positif vis-à-vis des attentes du groupe. Pour parler du contact que peu avoir Billy avec le publique et bien sachez qu'il est loin des critiques et des attributs qu'on lui colle parfois (souvent), on le sent épanouis, admiratif, respectueux, chaleureux et particulièrement pacifique. Bien sûr il n'est pas concevable de parler de ce concert sans faire intervenir ce prodige et vénéré Jimmy Chamberlain, toujours aussi subtil et technique, il ne manque pas de présence sur scène non plus, malgré une légère discrétion... Quant aux autres membres ils paraissent franchement en retrait. Un peu comme si le prestige du groupe, sa légende et les spectres de James Iha et de D'Arcy leur barraient la route vers la magie et la féérie.

Pour en finir avec cette expérience, on peut dire sans peur que le groupe est aussi nostalgique sur scène que lors d'une écoute de Mellon Collie un soir paisible de printemps. Même si les compositions peuvent parfois paraître massacrées par un son fort et une mauvaise acoustique de la salle, le plaisir de les voir sur scène gomme quasiment tous ces désagréments. Ajoutons qu'il n'y a rien de plus rassurant de savoir son artiste préféré crédible, fondé et respectueux... et oui car Notre Billy s'est éclaté avec nous ce soir du 19 février 2008 !!!


Excellent !   18/20
par Jonas034


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
232 invités et 2 membres
Poukram
Vamos
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?