Dinosaur Jr

Sweep It Into Space

Sweep It Into Space

 Label :     Jajaguwar 
 Sortie :    vendredi 23 avril 2021 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Sans compter les années Deep Wound, Dinosaur Jr a 37 piges. Les membres du groupe, à peu près 20 ans de plus. Tout comme un autre trio, à plus de 5 000 km de là, qui eux sortaient leur quatrième album en 1984. Douze albums depuis cette année là, douze albums qui sont autant d'arguments pour faire aimer, plus que de raison, les solos de guitare aux porteurs de chemises à carreaux .

C'est donc cinq ans après Give A Glimpse Of What Yer Not que débarque Sweep It Into Space. Je voudrais pouvoir dire qu'il arrive avec son lot de surprise, qu'on navigue entre découverte & redécouverte d'un groupe qui se renouvelle sur chacun des douze titres, qu'il étonne, surprend, etc. Je voudrais bien. Mais non, Dinosaur Jr ne mange pas de ce pain là. Ça se saurait, depuis le temps.
Mais est-ce à dire que le groupe n'évolue pas depuis 84 ? Qu'il a sorti douze variations sur le même thème ? Qu'approchant de la soixantaine, ils se sont arrêtés à 27 ans ? Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas (encore) dit.

Douze titres, pour ce douzième album co-produit par Kurt Vile, qui fait résonner sa/ses guitare(s) sur trois titres, et donne de la voix sur six, comme sur le premier single "I Ran Away" où il sort sa douze cordes (tiens, tiens, encore ce chiffre qui revient...). Ses choeurs sur "I Ain't", par exemple, apporte une vraie légèreté face à J. le guitar-hero, qui en met vraiment partout. On pourrait presque avoir l'impression que les mélodies, certes inspirées pour la plupart, ne deviennent qu'un prétexte pour ses solos, qui viennent alourdir ces titres bien plus pop qu'heavy/grunge/ce que tu veux, voire même radio-friendly.

C'est à la fois assez inspiré comme je le disais, mais aussi assez... Convenu. Pour du Dinosaur Jr. évidemment. Après tout, pourquoi changer ce son qui plaît à une communauté de fans ? Ils ne sont clairement pas là pour se mettre un nouveau public dans la poche, mais pour donner une douzaine de nouveaux titres à un public qui n'en demande pas plus. Et ce concept fonctionne assez bien. Vous voulez plus de Lou (Car comme d'habitude sur les albums du groupe, et comme le trio dont je vous parlais plus haut, Lou a le droit de placer deux titres qui se retrouvent presque en fin de chaque face, c'est dommage, ils auraient pu apporter une respiration bienvenue, contrairement à cette parenthèse qui est bien trop longue). Vous trouvez que deux titres de Lou c'est bien trop peu ? Il produit suffisamment de choses hors Dinosaur Jr pour vous satisfaire. Pareil pour Joseph Donald Mascis, même si on peut avoir sa dose avec ce groupe, il sort aussi des albums sous son nom propre. Une nouvelle fois, tout comme nos trois anglais, enfin, surtout les deux qui se partagent les chants sur chaque album. Oui, car mine de rien, même si Dinosaur Jr. est assez unique dans son son, dans sa manière de mélanger toutes ces influences, la principal qualité de ce groupe est évidemment qu'ils ne sortent pas un album prétexte pour partir en tournée, ils sortent un album tout court parce qu'ils veulent sortir un album, même si tout n'est du même niveau, même si ce n'est pas original, on sait ce qu'on écoute. Contrairement à ce groupe de Basildon, dont le son évolue au fil des années. Pas forcément dans le bon sens diront certains.

Vous l'avez sans doute vu venir de loin, malgré toutes les évidentes différences, il y a bien des points communs entre Dinosaur Jr & Depeche Mode.
Mais pour moi, même si ce disque ne va pas marquer mon histoire avec le groupe, je ne suis pas vraiment sûr de retourner souvent vers lui, je dois quand même admettre qu'il remplit bien son rôle. Faire plaisir aux fans, rien de plus, rien de moins. Et débrouillez avec la signification du douze.


Pas mal   13/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
285 invités et 1 membre :
Automatic49
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?