Melvins

Basses Loaded

Basses Loaded

 Label :     Ipecac 
 Sortie :    vendredi 03 juin 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Notre scène se déroule dans un vieux PMU d'Aberdeen, situé à l'angle d'une rue ombragée, en face d'une boulangerie fermée depuis des plombes et d'un restaurant indien qui lui non plus, n'a pas su respecter les normes d'hygiène pour pouvoir accueillir des clients.

Dans ce bar de quartier donc, plusieurs clients sont affalés sur le comptoir en inox, les cendriers débordent, Phil Collins se partage les enceintes avec des grésillements et le dernier tube de Taylor Swift. Au fond de la salle, on peut voir trois types assis autour d'une petite table. Si l'on se rapproche un peu, on peut les entendre discuter, et apercevoir, de dos, un type hirsute aux cheveux gris sortir un jeu de cartes...

"Bon, les gars, on va encore utiliser le jeu de cartes crée par Brian, ses fameuses stratégies obliques, modifié & simplifié pour qu'on puisse bien comprendre ses conneries d'illuminé. Avec ça, on va forcément trouver l'inspiration pour le nouvel album. Vas y Dale, pioche une carte."

-"Oh un tour de magie ! Je te dis pas ce que c'est comme carte et je la remets où je veux dans le paquet c'est ça ? C'est bien ça Buzz ? " dit il des étoiles dans les yeux.

-"Mais non bougre d'âne ! Tu lis ce qu'il y a dessus histoire qu'on puisse attaquer le nouvel album ! Qui est ce qui m'a foutu des potes pareils..." il se masse les tempes en attendant que Dale déchiffre les mots inscrits sur la carte.

-"Mmmmh... ça dit : tu vas sortir des cartons ce que t'as enregistré avec un pote"

-"On l'a déjà fait ça niguedouille, ça s'appelait Mike & The Melvins, tu te souviens crâne de piaf ? Allez, prends en une autre !"

-"Alors... Là ça dit : Surfer sur les modes pour se remplir les poches... ça veut dire quoi ça Buzz ?"

-"Là aussi, c'est déjà fait, Trois disques ont été rééditées ya quelques semaines, on va pas pouvoir se barrer sur la côte avec ça, mais ça fait plaisir aux kids. Allez, une dernière & si ça marche pas, je vais aller dire deux mots à Brian." S'adressant à la serveuse : "Hey toi, ça va faire la quatrième fois que "In The Air Tonight" passe dans ces enceintes de merde, tu veux pas changer de station, ça t'occupera un peu !" se tournant vers la table, passablement énervé : "Bon tu pioches oui !"

-"Alors... Y'a écrit... Tu feras un disque avec tout plein de basse..."

-"Ah ouais, bien vu ! On va tous prendre une basse, et on va seulement jouer de ça pour ce nouvel album !"

-"Attends Buzz, j'ai pas fini ! Y'avait écrit... bassistes !"

-"Ah ouais, ça change tout ! C'est mieux ouais, ça sentait un peu le fion ton idée. On va appeler les vieux potos, et on changera de bassiste super souvent. Allez file moi ton téléphone, je vais attaquer pendant que tu commandes une nouvelle tournée."

C'est ainsi que vu le jour Basses Loaded, le nouvel album des Melvins. Sur les douze titres du disques, on peut distinguer trois parts égales. La première, avec Dale Crover à la basse, Melvins classique si l'on peut dire. La seconde, avec Steven MacDonalds, membre de Redd Kross. Et la dernière, avec quatre invités, quatre potes venus jouer avec eux tranquilou.

Ceux qui suivent les Melvins de près sentiront une petite odeur de déjà vu dès le premier titre, "The Decay Of Lying". En effet, ce titre comme les trois autres joués avec ce bon vieux Steven ont fait l'objet d'un Ep sorti en janvier, War Pussy. Bon ok, l'ep en question n'est sorti qu'à 400 exemplaires, se revend aux alentours des 70 balles sur Discogs, on peut se dire qu'ils ont voulu faire un "objet" avant de sortir l'album, comme avait d'ailleurs fait King Buzzo avec son disque solo. On pourra retenir la reprise des Beatles "I Want To Tell You", composé par Harrison, qui devient un morceau bien gras, sentant le soleil & la saturation, ou le génial "Hideous Woman" déviant comme les Melvins savent faire. "Beer Hippie" est bien heavy comme on aime, Avec Mike Dillard à la batterie quand Dale prend la basse. Petite ritournelle sentant la fête de la bière (au début), "Shaving Cream" s'insère parfaitement dans l'album, petite pause entre deux monstres. "Phyllis Dillard" sent le groupe en pilotage automatique, des titres comme on en a entendu des dizaines au gré des albums mais c'est tellement bien foutu, comment bouder son plaisir !

Une petite valse au bontempi, ça vous tente ? "Take Me Out To The Ballgame" conclusion de ce Basses Loaded on imagine bien les noms descendre de l'écran durant ce court générique, mais pour nous ce n'est pas la fin, on n'a pas encore abordé la partie la plus intéressante de ce disque !

On commence avec "Choco Plumbing", cette fois c'est Jared Warren de Big Business (mais aussi membre des Melvins depuis 2006) qui prend la basse. C'est pour moi est l'un des moins bons titres de l'album, presque digne d'un rock fm. Passons vite. "Captain Come Home", avec Jeff Pinkus des Butthole Surfers, sorte de blues/stoner où le prêcheur Buzzo semble haranguer une foule de mort vivants avant de les lancer dans un improbable pogo (attention aux morceaux). Qui dit Melvins, bassiste & copain, dit forcément Trevor Dunn. Ce "Planeto Distructo" jure un peu avec le reste du disque, beaucoup plus calme, avec ce long solo de contrebasse sorti de nulle part, Un intermède de plus, celui là sent plus le caveau enfumé que la Bavière, pourquoi pas après tout.

Il en reste un, celui qui éveille des frissons rien qu'à voir son nom accolé à celui des Melvins, mais surtout le revoir crédité sur un disque, ça fait quelque chose... Oui, je vous parle bien de Krist Novoselic, qu'on entend presque rigoler d'ici sur "Maybe I Am Amused". Condensé de l'album en 2'45, de la pop sautillante version Melvins, un accordéon tel un appel à la danse, l'espace d'un titre on se croirait presque dans un album des Fugs.

En y repensant quelques minutes, on pourrait même dire que tout l'album pourrait être un album des Fugs, à la sauce Melvins bien sûr. Des titres remplis d'humour, le plaisir d'être ensemble et surtout réussir à nous le faire sentir au travers des enceintes, et des titres aussi disparates que possible mais qui, mis ensemble sur un album, forment un tout cohérent presque sans titres dispensables.
On sent surtout un groupe qui n'a plus rien à prouver, qui fêtera les 30 ans de Gluey Porch Treatments l'an prochain et qui trouve encore le moyen de sortir des disques sans appliquer toujours la même recette, vivement la prochaine surprise de la bande à Buzzo.


Très bon   16/20
par X_Lok


  Album écoutable ici : https://melvinsofficial.bandcamp.com/album/basses-loaded


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
126 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?