Depeche Mode

Songs Of Faith And Devotion Live

Songs Of Faith And Devotion Live

 Label :     Mute / Sire / Reprise 
 Sortie :    lundi 06 décembre 1993 
 Format :  Live / CD  Vinyle  K7 Audio   

Fan club d'Alan Charles Wilder. 31 mai 1995.

Un extrait vidéo tourne sans cesse dans une pièce où pendent sur les murs des posters du légendaire membre de Depeche Mode, Alan Wilder, le grand technicien, le talentueux arrangeur, le magicien du son, l'audacieux expérimentateur du combo de Basildon (même si ce dernier n'en est pas issu), bref DIEU.
Dans cet extrait, tiré du film 101, l'habile joueur de clavier (mais ce n'est là qu'une de ses multiples compétences) explique avec, comme à son habitude, beaucoup de pédagogie, le fonctionnement de ses claviers, extrayant avec un seul doigt les sons démoniaques et hypnotiques de " Black Celebration " et frappant d'une main assurée les Pads habillant de sons metalliques les illustrations live de " Stripped " ou de " Nothing ".
Quel extrait passionnant se dit le fan qui regarde la séquence. Quelle manière d'expliquer simplement les choses, avec calme et sérénité. On en apprendrait le synthé sur le champ ! Et puis quelle humilité, en avouant qu'il oublie parfois (seulement parfois...) quelques partitions... Oui, humain en plus le bonhomme (on ne lui reprochera même pas la petite erreur sur la mélodie qu'il joue !). Quelqu'un qui sait donner une énergie totale, de l'enthousiasme et s'engager, malgré un constant déséquilibre dans la répartition des tâches de travail !
Le fan arrête la vidéo deux minutes plus tard,au dernier coup de Pad métallique. Il entend son collègue arriver. Celui-ci déboule :

 - Salut ! Encore entrain de regarder ce fabuleux extrait vidéo ?! Tiens, j'ai ramené d'autres posters. Tu pourras mettre celui d'Alan avec l'Emulator 2 près de celui avec le Roland de 1982...
 - Si tu veux... 
Il s'exécuta. Son ami constata que le dit poster n'était pas droit.
 - Prends un peu de recul...
- Oui, pardon, quel imbécile... ! 
- Qu'il me tarde d'écouter un nouvel album !
 - N'aies crainte, ce n'est qu'une question de temps ! 
- Je t'avoue être un peu inquiet, vu ce qui s'est passé...
- Allez, pour te remonter le moral, on peut se réécouter Songs Of Faith And Devotion Live .
 - Excellente idée ! 

Une précision. Le lecteur averti et fan de Depeche Mode dirait sans doute : " s'ils ont un magnétoscope pour regarder 101, pourquoi ne pas mettre la cassette vidéo de Devotional pour ainsi voir au plus près les performances d'Alan Wilder et des deux ou trois autres types qui l'accompagnent  (et aussi 2 choristes)? ".
C'est une excellente question. Les deux fans présents dans cette chronique balancent en effet tout leur argent dans des posters d'Alan Wilder, comme on a pu le voir, et n'ont donc pu s'acheter la V.H.S.sus-nommée, par ailleurs difficilement trouvable à l'époque, et on aurait été bien emmerdé ici pour chroniquer l'album Live de Songs Of Faith And Devotion, sorti seulement 9 mois après l'album studio, présentant dans un ordre identique les titres concernés (fait rare dans l'histoire de la musique) , enregistré en partie à Copenhague et Francfort, mais surtout dans le Pas-De-Calais à Liévin, et n'ayant que très moyennement fonctionné mais qui a été produit par Steve Lyon et surtout, Alan Wilder.

Alors que l'un d'eux passait dans une autre pièce pour aller chercher le C.D., l'autre continuait à lui parler :
- Au fait, il paraît que c'est Steve Lyon qui va produire le prochain album de The Cure ". (oui, ce sont des fans de Depeche Mode de gauche qui écoutent aussi The Cure, et méprisant les fans de Depeche Mode de droite qui écoutent U2 mais qui se croient de gauche).
- Putain, sans blague ?! Ce sera sûrement un album génial ! 

Après un petit moment, Songs Of Faith And Devotion Live fut enfin glissé dans le lecteur de disque compact. Les deux fans, comme à leur habitude, profitèrent du silence d'avant lecture. Oublier le monde extérieur. Oublier que " Pour Que Tu M'Aimes Encore " est n°1 depuis des semaines, ne plus supporter les diffusions radios incessantes des tubes de MN8, d'Alliance Ethnik, de Scooter ou de Masterboy. Non, il existe un monde parfait où on n'entend que du Alan Wilder (avec 2 ou 3 autres gars).

Evidemment les 52 minutes et quelques secondes qui suivront seront un moment de bonheur total pour les deux fans (déclamant à qui voulait bien les entendre en dehors de leurs murs que le dernier album était une indication du potentiel total que le groupe pouvait alors accomplir), qui frôleront plusieurs fois un AVC de jouissance en s'extasiant sur les performances au clavier, au piano, à la batterie et à la conception sonore de leur Dieu, sans qui Depeche Mode, ne serait qu'un vulgaire groupe comme un autre.

Il faut cependant nuancer la réalité, souvent que nous sommes aveuglés par notre coeur de fan et surtout que 25 ans après les événements que nous relatons ici, Songs Of Faith And Devotion Live est devenu complètement obsolète dans son intention,l'objet restant simplement un souvenir d'époque, témoin d'une folie des grandeurs et d'un groupe hors de contrôle (par contre, on ne peut que recommander le visionnage de Devotional, qui lui reste un document important et qui a la force de présenter 10 ans de carrière -en gros, les 10 ans où Alan Wilder a été présent- revisités en apothéose).
Bien sûr, à l'époque, c'était la manière la plus accessible de découvrir les chansons de l'album en version " live ", aux longueurs et langueurs étirées, aux arrangements Hip Hop (" Mercy In You ", " Walking In My Shoes ", par exemple) et Techno bien sentis (et à mettre au crédit de Wilder) et de se rendre compte ainsi que pas mal de titres gagnaient en impact et force sur ce format (" Rush ", " Higher Love "), tout en capitalisant sur l'aspect humain de l'interprétation et de la communion avec le public.
Il ne faut pas oublier non plus, que si avec le temps " Songs Of Faith And Devotion " a gagné un statut ultra " culte ", au milieu et à la fin des années 90, ce n'était pas vraiment le cas ; il faudra attendre que l'Histoire poursuive sa marche, que le temps fasse son travail et que Devotional soit réédité en DVD et en Blu-Ray pour qu' une plus grande majorité puisse saisir les choses incroyables qui se passaient.

Revenons-en maintenant à nos deux fans. L'écoute de ce témoignage musical en plein air les avait encore une fois de plus bouleversés... Pour se calmer, ils plaisantèrent un peu sur Andrew Fletcher...

Le lendemain, leur raison d'être fut brisée par un communiqué laconique. Le jour de son 36e anniversaire, Alan Wilder annonçait officiellement qu'il quittait Depeche Mode. Ils pleurèrent, dans leur pièce, condamnant le destin, croyant fermement que Martin Gore n'était qu'un Judas, que le groupe n'avait de dévotion que dans la fesse et dans la drogue, pendant que d'autres travaillent dur. Les sorties sporadiques d'albums de Recoil n'auront que partiellement embelli leurs vies.

Les deux fans n'auront pu à nouveau mouiller leur slip que quasiment 15 ans plus tard lors d'une surprise " live " et d'un remix qui leur fera regretter encore plus le 1er juin 1995. Aujourd'hui ces types-là doivent certainement hanter des commentaires YouTube sur chaque vidéo en lien avec Depeche Mode ou traîner leurs guêtres et leurs rancoeurs usées dans des sites spécialisés ou autres webzines...


Correct   12/20
par Machete83


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
236 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :