Depeche Mode

Speak & Spell

Speak & Spell

 Label :     Mute 
 Sortie :    1981 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Difficile d'imaginer à l'époque de ce premier album la dimension que prendra Depeche Mode au fil des années. Speak & Spell est un album de pop synthétique, naïve et superficielle où l'influence de Kraftwerk est omniprésente.
En 1981, le leader du groupe s'appelle Vince Clarke et compose la quasi intégralité des titres. C'est pourquoi ce premier album de Depeche Mode sonne plus comme du Yazoo ou du Erasure qu'autre chose. Très acidulées et sans fioritures, les compos de Clarke dégagent un fort sentiment d'insouciance et se basent sur des mélodies efficaces et faciles à retenir.
Le morceau le plus connu de l'album "Just Can't Get Enough" est peut-être le plus faible en ce sens qu'il est plus énervant qu'entêtant. En revanche, le reste de l'album semble se bonifier comme le bon vin au fil des années. OK, le son est daté, mais il communique une fraicheur et une sincérité très jouissives. J'écoute d'ailleurs encore aujourd'hui des morceaux comme "Nodisco" ou "Photographic" avec un plaisir non dissimulé...
Produit par Daniel Miller (fondateur du label Mute), Speak & Spell est, à l'instar du Dare de Human League, un disque qui témoigne à sa manière simple et attachante, d'une certaine époque aujourd'hui révolue.


Très bon   16/20
par Piezo


 Moyenne 14.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 27 avril 2009 à 22 h 57

Allergiques aux synthés et à la pop 80's, voilà un disque qu'il ne vous faudra pas approcher de trop près ! Difficile en effet de trouver plus insouciant et léger, voire niais. Et dans le genre "tout synthétique", Speak & Spell fait aussi fort. Pourtant, ce premier album de Depeche Mode pourra en séduire plus d'un... Il n'a l'air de rien au début : musicalement pauvre, creux, un peu énervant... Mais au fil des écoutes, certains titre se détachent très nettement. Trois d'entre eux principalement, sur la fin : "Tora! Tora! Tora!", "Big Muff" et "Any Second Now (Voices)", peut-être un peu plus sombres. Mais le reste du disque n'a rien d'honteux. Si un œil jeté au paroles reviendra probablement effrayé, les rythmes sont très entraînants et baignent l'auditeur d'une certaine bonne humeur. Speak & Spell est un album guilleret aux mélodies entêtantes, c'est certain. Au fil des jours, on se surprendra à siffloter la plupart des titres, les uns après les autres. Le summum étant évidemment atteint avec "Just Can't Get Enough", qui n'est pourtant pas le meilleur morceau. Il est également un peu trompeur avec ses synthés largement plus cheap que ce qu'on entendra au cours du disque entier.
Au final, Speak & Spell ne mérite pas vraiment d'être oublié. Ce n'est certes pas le Depeche Mode qu'on connait : Dave Gahan n'a pas encore ce timbre particulier, les climats n'ont rien d'inquiétant. Mais si vous avez besoin d'un petit shoot de synthpop décomplexée, ne cherchez pas plus loin !
Correct   12/20







Recherche avancée
En ligne
151 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?