Mudhoney

Piece Of Cake

Piece Of Cake

 Label :     Reprise 
 Sortie :    mercredi 10 juin 1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Piece Of Cake, troisième album de Mudhoney reste leur plus gros succès commercial. Avec le recul, il est également le moins aimé par le groupe. A cause du succès justement ? Vu l'éthique spéciale de Mark Arm et ses potes, ça ne m'étonnerait pas !!

Suite à l'explosion de Nirvana et Pearl Jam, les costards-cravates à la tête des majors sont à l'affût de tous les groupes de chevelus sachant plaquer deux accords sur une guitare saturée. Mudhoney, jusque là en dehors de toute ambition commerciale de la part de l'industrie, se voit donc offrir un contrat sur un plus gros label que Sub Pop : Reprise Records. Retournement de chemise à carreaux pour les papes du son crade et des compos suintant la bière et la testostérone ? Que nenni !!!
L'album commence sur une intro disco déjantée débile. Le groupe n'a donc pas perdu son sens de l'humour, c'est déjà ça (à voir également, la photo du livret montrant le groupe dans leur salle de répét où 'Mudhoney' est tagué avec une faute d'orthographe!!). Rythme binaire basique, gros riff fuzzé à l'extrême : "No End In Sight" commence là où "Every Good Boy Deserves A Fudge s'était arrêté. La voix de canard de Mark Arm est toujours là aussi. Le groupe n'a donc rien perdu de son caractéristique style garage/crade après passage du côté 'obscur' du business... Le son de l'album est, par contre, un peu faiblard. Est-ce que le groupe a du calmer le jeu sur les décibels ?
Les compos, par contre, assurent largement et tiennent très bien la route face aux premières galettes du groupe.
Les gros riffs sont de sortie : "Ritzville", l'ultra puissant "Suck You Dry", "I'm Spun" et son rythme élancé ou "Make It Now", deuxième morceau, qui distille d'entrée une ambiance plus glauque et sombre qu'à l'habitude.
Le clavier, apparu sur quelques morceaux de l'album précédent, se fait ici une place plus présente. "Youth Body Expression" ou "Take Me Down" sonneraient de manière complètement différente sans l'apport de cet instrument. Il vient appuyer une ambiance très années 70. La géniale "Let me let you down", morceau assez lent et sombre, voit son impact démultiplié par l'apport d'un clavier utilisé avec parcimonie.
Des morceaux plus mélodiques font également leur apparition sur cet album. Par mélodique, je n'entends tout de même pas 'commercial' ou 'pop', on reste chez Mudhoney !! Mais ce genre de titre, complètement inédit chez le groupe, préfigure l'orientation plus garage des futurs albums du groupe (notamment le chef d'oeuvre Tomorrow Hit Today). "When In Rome", par exemple, fait preuve de lignes de chant et d'une mise en place des voix assez originales pour le groupe. "Living Wreck" commence carrément comme un tube FM à la con, avant de repartir dans des sentiers habituels pour se muer en un morceau assez viscéral. La perle dans le style est sans conteste "Blinding Sun". Les arrangements de ce morceau sont carrément parfaits : la mélodie principale, la rythmique, la voix et un peu de clavier en fond sur le refrain se mêlent parfaitement. Véritable pépite, ce morceau prouve aux sceptiques que les Mudhoney ont un talent de composition et de mise en place immense.

Encore une galette parfaite pour Mudhoney. Cette incartade dans le milieu plus 'mainstream' n'a en rien impacté la musique du groupe. Au contraire, les nombreuses portes ouvertes dans ce disque seront plus développées dans les futurs opus. Ceci afin de transcender leurs marques de fabrique dans un style complètement original et propre au groupe.


Parfait   17/20
par Abe-sapien


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 22 juin 2007 à 18 h 16

Mudhoney était un grand groupe. Les années 90 commencèrent très fort pour eux avec l'explosion Nirvana qui permit à la bande de Mark Arm de se faire connaître et d'avertir tous les fans de Kurt que Nirvana ne serait pas Nirvana sans le travail, l'influence, les prestations de Mudhoney qui reste du feu de dieu. Mudhoney c'est un peu les Stooges des années 90, autant d'énergie, autant de simplicité, avec du punk et de l'audace musicale en plus peut-être. Du moins, c'est ce que procure cet album quand on l'écoute à fond dans sa caisse !
"Suck You Dry", peut-être l'hymne grunge bis avec le "...Teen Spirit" de Cobain, vous fout une pèche et une vigueur que peu de groupes rock ont su recréer. Mudhoney avec cet album signe une réussite musicale, entre punk à la Black Flag, rock à la Stooges, délire à la Ramones et intensité comme on pouvait en croiser dans les circuits indé américains des années 80, Sonic Youth en tête. Que dire ici mis à part que cet album est une référence par, je le répète, la facilité des riffs, le son ENOOOOOOOORME de la basse et la voix de Arm toujours aussi particulière.
Bref, vous avez ici peut-être l'un des meilleurs albums du groupe, peut-être le plus accessible mais aussi l'un des meilleurs albums de rock garage des années 90, alors foncez !!! Suck you dry man !!!
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
146 invités et 2 membres
Pab
Lechim
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?