Radiohead

Pablo Honey

Pablo Honey

 Label :     Parlophone 
 Sortie :    mardi 20 avril 1993 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Si vous n'avez jamais entendu une certaine chanson du nom de "Creep" sur les bandes FM, c'est que vous avez passé facilement dix ans en Sibérie du Sud-Est (un coin sympa, faut juste pas tenir à ses doigts de pieds...).

Premier album de Radiohead, ex-On A Friday, voilà le début du groupe qui deviendra mythique par la suite.
Il est certain que pour ceux qui ont commencé par la fin de leur discographie (je pense notamment à Kid A), ils ne pourront qu'être surpris. Ici, pas d'effet de machines, pas de chansons bizarres, pas de révolutions sonores ... Radiohead était à l'époque un simple groupe de rock.
Cependant, la qualité du disque n'en reste pas moins bonne, ça me ferait bien plaisir que d'autres groupes sortent des albums aussi prenants. Il est quasimment obligatoire de se le procurer, ne serait-ce que pour ses quelques tubes comme "Creep", "Stop Whispering", "Thinking About You", "Anyone Can Play Guitar", "I can't ..." et pour sa valeur historique.

Sans doute le disque le plus facile d'accès de Radiohead, mais peut-être aussi le moins bon (le moins génial ?).
Un album bien sympa quand même.


Très bon   16/20
par TheOutsider


 Moyenne 14.33/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 06 août 2004 à 18 h 27

"Pablo Honey", qui aurait cru que derrière ce titre, un mythe était né ?!!
Cette album est certainement le moins impressionnant de Radiohead mais reste quand même d'une certaine efficacité, il y regorge de chansons aux accents très pop et s'écoute très facilement, et ce sans réfléchir!
On y découvre quand même certaines curiosités comme "You", qui ouvre l'album ; on y découvre les premices d'un Johnny Greenwood déjà très impliqué dans ses effets, tout comme l'excellent "Anyone Can Play Guitar" qui possède déja toutes les caractéristiques qui feront de Radiohead un grand groupe : rythmes changeants, lignes de basse précises, Fender Telecaster efficace !
Puis enfin l'album se clôture sur le mystérieux "Blow Out" qui sort radicalement du lot, et qui sonne comme un 'to be continued...'
Petit Groupe deviendra grand ... "Pablo Honey" est un disque sympathique, pas indispensable mais presque !
Bon   15/20



Posté le 16 octobre 2004 à 16 h 03

J'admire beaucoup Radiohead, mais pour rester vraiment objectif sur cet album, je dois bien avouer que je le trouve très moyen, je trouve que cet album manque cruellement de cohésion. Des chansons assez bonnes et intéressantes, il faut bien le dire, sont mélées à des chansons dont on ressent surtout le manque d'inspiration.

En 1993, il n'était pas du tout évident que Radiohead deviendrait plus tard l'un des groupes phares de sa génération ! Le succès que le groupe a rencontré avec cet album (à cette époque) reste pour moi une véritable énigme !
Moyen   10/20



Posté le 18 mars 2005 à 10 h 51

Entre pop joyeuse et mélancolique, les accords de la guitare illuminée de Jonny Greenwood et la voix puissamment lyrique de Thom Yorke nous transpercent déjà.

Grâce au morceau d'ouverture "You" (considéré par les puristes comme la plus magnifique des chansons de Radiohead), nous sommes immédiatement saisis par l'émotion la plus intense ! Puis vient l'ouragan "Creep", ultra-connu, peut-être pas le meilleur mais qui permet au groupe de trouver son unité, son style et un succès mondial ...
Ensuite, s'enchaînent pêle-mêle riffs entrainants et mélodies mémorables, tout cela rythmé aux variations de la voix indescriptible de Thom Yorke.

Un disque pop exceptionnel et prometteur, qui laisse entrevoir des musiciens de très grandes qualités (sur les albums suivants nous verrons les génies !!)
Excellent !   18/20



Posté le 29 septembre 2006 à 19 h 57

Radiohead est un groupe tellement complexe que pour comprendre la dimension 'à part' qu'il a dans le monde du rock il faut voir la globalité de leur production.
Pour devenir un grand groupe, il faut partir sur de bonnes bases. C'est ce que fait Radiohead avec ce disque, qui est très complet... Comme dans tous ses disques Radiohead a un style de musique très fort, style qui varie au fil des albums mais qui est très respecté au sein d'un même disque, ce qui fait de toutes leurs productions des sortes de concepts-albums, et il n'ont pas besoin comme certains de 4 ou 5 opus dans la même veine pour faire l'unanimité.
Sur Pablo Honey, Radiohead adopte un son assez pop, certains diront qu'ils font dans la facilité et que ce que ce qu'ils feront par la suite est plus recherché. Ce n'est pas faux mais pourquoi un disque ne serait pas bon parce qu'il se base sur des choses simples?
En tout cas pour un premier album, il est très abouti et contient en plus un titre comme "Creep" qui les rendra dès leurs débuts célèbres, histoire de frapper un grand coup, comme pour dire ‘on est capable de faire ce genre de musique, maintenant on va passer à des choses plus élaborées...'
Mais le talent du groupe les porte déjà au-dessus de la mêlée, notamment avec la voie de Thom Yorke qui vous transporte où elle veut.
On sent dans ce disque cette sorte une rage contenue, qui ressort de temps à autres, tout ça s'entremêlant avec une sorte de mélancolie, de tristesse latente (même si lorsqu'on considère toute la discographie de Radiohead on se rend compte que c'est l'un des moins tristes).

Au final cet album est indispensable et je dirai même qu'on ne peut pas tout à fait apprécier ce que fera Radiohead par la suite sans l'avoir écouté, c'est une sorte d'échauffement pour qui veut se plonger dans la discographie de ce groupe mythique et c'est de plus, hors du contexte de l'histoire de ce groupe, un des meilleurs albums pop-rock du début des années 1990.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 26 novembre 2006 à 12 h 47

Voilà le premier disque de nos oxfordiens, autant dire qu'il aurait été impensable que Radiohead ait tant évolué par rapport aux autres CD de leur discographie ; Pablo Honey n'est qu'un album de Pop aux guitares survitaminées. Pour ma part je ne pense pas que ce cd méritait un tel succès. Juste quelques bons titres éparpillés parmi des moins bons. Mais il faut se mettre au contexte : En 94 à la mort de Nirvana les médias ont tout de suite arrêté de s'intéresser à la scène de Seattle pour se pencher sur la mort de Kurt Cobain. La mode 'grunge' qu'avaient lancé les médias s'est éteinte et laisse une génération un peu perdue, désoeuvrée... Mais cette génération ne concerne pas tout le monde, elle concerne juste les gens qui ne savent juger que par les médias, disons une génération MTV. Et comme je le disais, la MTV Generation n'avait rien à se mettre sous la dent, et avait besoin d'une autre mode, d'un autre martyr et ce rôle sera détenu par Radiohead... Car oui ce groupe a tout pour devenir une mode car réfléchissons... Thom York est un souffre douleur avec son apparence de moineau tombé de son nid et le groupe a juste un tube reflétant la mentalité de la Generation MTV.

Mais alors que vaut ce Pablo Honey ? Je vais vous le dire : des titres comme "How Do You?", "Vegetable", "I Can't", "Lurge" et "Stop Whispering" n'ont pas un grand intérêt, cela atteint un niveau de niaiserie pas possible qui peut agacer. Pour le coté agréable, nous avons une des plus belles chansons de Radiohead (la seule de l'album) "You". Cette chanson a une allure de mélodie soutenue par des guitares puissantes, d'ailleurs sa version d'acoustique est d'une beauté et d'une tristesse inimaginables. Ensuite nous avons la chanson qui a fait le succès et l'image de Radiohead : "Creep". Au final cette promenade à la Scott Walker comme le dit le groupe est bien sympa, un rythme doux ponctué par quelques cassures de grosses guitares saupoudré d'une envolée lyrique à la fin. Sympa, mais je ne crierai pas au génie loin de là. Radiohead a fait tellement mieux. On peut comprendre que ce tube a été ensuite rejeté par le groupe, tout le monde ne regardait que cela et rien d'autres, ils attendaient même que le second album soit un 'Creep 2', Par chance par la suite Radiohead a su gérer son succès et par la même occasion se débarrasser de la MTV Generation. Il y a un autre morceau où on peut prêter attention, celui-ci se nomme "Anyone Can Play Guitar". C'est une sorte de mélange de Sonic Youth et de gros accords pop. Un morceau attachant bref vraiment sympa. Le reste de l'album : "Thinking About You", "Ripcord", "Prove Yourself" et "Blow Out" sont des chansons sympas mais sans plus.

Nous en revenons au verdict final : Radiohead a tellement fait mieux que ce CD ne vaut une place que si vous êtes un fan acharné comme moi. Pour le reste ne vous y attardez pas, je vais me répéter encore une fois mais... Radiohead a tellement fait mieux, mais vraiment mieux !
Passable   11/20



Posté le 31 janvier 2007 à 13 h 43

Prétendre que Pablo Honey repose uniquement sur son indiscutable single "Creep" pourrait passer pour de l'exagération. Affirmer par contre que l'acquisition de cet album (précision, à sa sortie en 1993) pour beaucoup d'entre nous est due majoritairement à la curiosité suscitée par ce morceau absolument magnifique n'en n'est pas une.
Passons sur la pochette et son vilain côté kitsch ; Le premier sentiment à l'issue de l'écoute de cet album, le mien en l'occurrence et celui d'autres je présume fut celui de la déception. Mais cette déception fut, elle aussi, exagérée mais compréhensible. La mise en bouche que constituait "Creep" était telle, que chaque auditeur devenait presque inconsciemment exigeant sur le reste des compostions. Du coup l'album n'était peut être pas à la hauteur de nos espérances....
Depuis, les années ont passé, Radiohead est devenu un des groupes majeurs de sa génération etc, etc...
Pourtant Radiohead ne déroge pas à la règle et comme tout groupe qui se respecte passe par l'étape du premier album. Près de quinze ans, (cela paraît suffisant pour prendre le recul nécessaire), qu'en reste t-il ?
Indéniablement, le manque de maturité que ce soit à la production ou sur certaines compositions se fait sentir ; ce n'est pas pour autant que l'on doit aujourd'hui blâmer le quintet. A t-on déjà vu un nombre de groupes considérable livrer un premier opus sans faille ?
Paradoxalement, on sent qu'il ne manque pas grand chose pour que cet album vous explose complètement à la gueule. Son chanteur en est l'exemple même, une tronche bizarre certes, mais une voix aux capacités impressionnantes, et quelques titres qui se détachent nettement du reste.
"You", "Stop Whispering", "Anyone Can Play Guitar", "Ripcord", "Vegetable", "I Can't", "Blow Out" annoncent déjà le potentiel dont est capable le groupe.
Oui aujourd'hui, j'ai cette impression, comme si le temps, avait au bout du compte, laissé gentiment le produit se bonifier.
Certains vins demandent patience avant de pouvoir se déguster, pour la musique c'est idem, le cerveau à parfois lui aussi besoin de mûrir pour savoir apprécier à sa juste valeur ce que l'on croyait jadis dénué d'intérêt.
Très bon   16/20



Posté le 07 août 2008 à 18 h 02

Contrairement aux disques suivants, Pablo Honey de Radiohead est un album de pop-rock assez "simple". Rien de tout ce qui caractérisera le groupe par la suite (expérimentations, électronique...) n'est encore vraiment présent. Pour un groupe réputé comme assez "triste", Pablo Honey est même assez enjoué, excepté quelques pistes. Notamment "Creep", qui, quoi qu'on en dise, est vraiment excellente. Le reste de l'album est pas mal en deçà, mais son écoute s'avère très agréable et certains morceaux vraiment sympathiques, comme "How Do You ?".
Un bon album, qui ne laisse rien deviner du niveau qu'atteindra le groupe par la suite. Un bon album, qu'on prend plaisir à découvrir, mais qui, une fois qu'on en a fait le tour (assez rapidement) reviendra rarement dans votre platine...
Sympa   14/20



Posté le 01 novembre 2009 à 20 h 17

Le premier album de Radiohead fait partie de ces albums qui ont surfé plus ou moins sur la veine grunge du début des années 90 avec des couplets calmes en son clair et des refrains surboostés à l'overdrive. A son écoute, il était difficile de déceler que ce groupe allait devenir l'un des plus influents de ces 10-15 dernières années.
La première impression qui me vient à l'esprit le concernant c'est sa production un peu hasardeuse et répétitive. Certaines chansons manquent cruellement de créativité comme d'intérêt. Mais on sent quand même les prémices d'un futur très grand guitariste/multi instrumentiste : Jonny Greenwood. Et ce dès le riff d'intro du chatoyant morceau d'ouverture qu'est "You". Presque à lui seul il apporte à cet album toute sa richesse mélodique. La 1ère fois que j'ai entendu "Creep" ce fut lors de l'annonce d'un film ("Cyclo" je crois) dans une salle de cinéma en 1994 ou 1995. J'ai tout de suite voulu savoir qui chantait cette chanson dont le refrain explosif et cette voix d'écorché vif m'avaient fait frissonner. Derrière son aspect classique se cache un sacré travail. Son succès, bien qu'inattendu, fut mérité. "How do You?" est à oublier. "Stop Whispering" est une très jolie ballade bien qu'un peu longuette. "Thinking About You" est sa suite tout en acoustique. C'est beau mais ça manque cruellement de consistance et de tripes dans la voix de Yorke. "Anyone Can Play Guitar" est d'une banalité confondante. Idem pour "Ripcord", en dépit d'un refrain aux changements de tonalité bien foutus et de ses nombreux changements de rythme. "Vegetable" possède un pont bien marqué qui aurait mérité d'être développé. "Prove Yourself" est pas mal du tout mais on reste sur notre faim car trop courte. "I can't" tape dans la pop sous couverts de guitares saturées. La fin est pas mal foutue bien que ça donne encore un goût de trop peu. "Lurgee" est à zapper. Enfin "Blow Out" est l'ovni de l'album. C'est avec ce titre que l'on sent un réel potentiel créatif. Titre au style assez inclassable jusqu'à cette envolée finale qui tabasse bien.
Pablo Honey a le mérite d'avoir lancé et fait découvrir ce groupe. A défaut d'être un chef-d'oeuvre, il se doit d'être écouté rien que pour comprendre comment Radiohead a pu ensuite enchainer sur l'excellent The Bends. Il y a, dans certains morceaux, des idées non exploitées qui se retrouveront sur cet album. Radiohead manquait de maturité et de moyens. Quant à Yorke, il tâtonnait pour trouver son style.
Moyen   10/20







Recherche avancée
En ligne
49 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused