Omar A. Rodriguez-Lopez

Sworn Virgins

Sworn Virgins

 Label :     Ipecac 
 Sortie :    vendredi 15 juillet 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Omar Rodriguez-Lopez n'a sorti aucun album solo depuis ¿Sólo Extraño? début 2013 et il faut dire que le temps commençait à devenir vraiment long pour ses fans. Il y a bien eu 2 albums de 2 nouveaux groupes, Bosnian Rainbows et Antemasque, mais les fans ne pouvaient s'en contenter, ce qu'ils voulaient c'était la suite des aventures du maître Lopez. Un Artiste aussi prolifique que lui, mit sous silence radio alors qu'il nous avait habitué à sortir plusieurs disques par an... il y avait de quoi se poser des questions.

En 2016, Omar décide d'y répondre et nous apporte gentiment, en récompense de notre grande patience, 12 offrandes en 6 mois !!! OUI mesdames et messieurs, 2 nouveaux albums par mois jusqu'à la fin de l'année ! Le sieur a donné à son ingénieur studio ses disques durs remplis de différents projets inédits datant de 2008 à 2013, pour lui demander de farfouiller et en ressortir ce qu'il pensait en valoir le coup. 12 ont été élus, combien peut-il encore en rester ?

Ipecac Records sont ses acolytes pour ce grand projet – label entre autres des Melvins, Faith No More ou encore Le Butcherettes (d'où la nouvelle filiation) – et ils semblent croire à son bon fonctionnement. Les CD seront d'abord disponibles aux concerts de l'ORL Group puis dans une Box CD/LP en fin d'année, de quoi donner un peu plus de travail au gros barbu.

Sworn Virgins est le premier acte, Omar et Deantoni Parks en sont les protagonistes. Pour ceux qui connaissent sa carrière, ce disque est un bon mélange entre Un Escorpión Perfumado et Unicorn Skeleton Mask ; pour les moins au courant, mais intéressés, ce disque est sombre, l'ambiance est menaçante surtout dû au fait qu'Omar noie sa voix d'effets de reverb et de distorsion sans pour autant gâcher les paroles et les rendre inaudibles la plupart du temps. La guitare est agressive, les riffs accrocheurs, les soli de retour, la batterie toujours aussi spéciale, jouée avec une main et le clavier de l'autre et pourtant on dirait deux musiciens différents – Deantoni étant en pleine phase de création de son propre style de jeu à ce moment-là – ("High Water Hell" / "Crow's Feet" / "Heart Mistakes" / la petite pépite "Logged Into Bliss"sont impressionnantes de maîtrise). Ce disque semble cracra à la première écoute, alors que la production est vraiment réussite, au casque on entend tous les différents sons disséminés ici et là ; c'est un spectre sonore très riche que nous délivre Omar. Seul la quasi pop "To Kill A Chi Chi" et la trop courte "Fortuna" font office de lumière au bout du tunnel. L'ambiance est un peu moins lourde même si les paroles restent, elles, assez crado voir peut-être un peu débiles ("All The Filth I Make You Eat, You Shit Red Flags"...) ; bon, il n'est pas non plus connu pour être un très bon parolier.

1ère nouvelle livraison plus qu'encourageante, Omar n'avait pas autant séduit depuis Un Escorpión Perfumado en 2010. Son Wild Strawberries Vault n'a pas fini de nous délivrer tous ses secrets ; que nous réserve l'avenir très proche ?


Parfait   17/20
par Beckuto


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 14 février 2017 à 17 h 56

Premier album d'une série de 24 albums étalée sur 2016 et 2017, Sworn Virgins illustre parfaitement la carrière solo d'Omar Rodriguez Lopez. Un désir d'innovation et d'expérimentation sans fin. Cet album est tout simplement unique dans sa discographie et tutoie les sommets de la carrière du bonhomme.

Sworn Virgins est un concept simple : deux hommes en live qui jamment, d'un côté Omar Rodriguez Lopez avec sa guitare, ses loops et ses pédales d'effets et de l'autre Deantoni Parks avec son drumkit si particulier (un stick d'une main et un synthé bourré de samples de l'autre). Tout l'album est enregistré en live et en une prise pour chaque morceau, ce qui est vraiment bluffant au vu du résultat. Des rajouts au niveau du chant ont été effectué par Omar pour agrémenter le tout.

Au final, en ressort un album très dense, avec énormément de couches de textures, qui se découvrent au fil des écoutes. Oui car la première écoute va certainement vous dérouter (comme beaucoup d'albums d'ORL d'ailleurs) mais l'album et les morceaux prennent tout leur sens au fil des écoutes et on s'émerveille à découvrir de nouvelles sonorités à chaque écoute.
Difficile de sortir un morceau ou plusieurs morceaux phares tellement la qualité est présente tout au long de l'album mais 'Pineapple Face/Not Even Toad Loves You', 'To Kill A Chi Chi', High Water Hell', 'Crow's Feet', 'Logged Into Bliss' et 'Fortuna' sont certainement les morceaux signatures de cet album.

Si vous êtes un fan d'ORL ou non, cet album vaut le détour pour le désir d'expérimentation du bonhomme et pour écouter un album unique dans sa discographie !
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
114 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?