Scout Niblett

The Calcination Of Scout Niblett

The Calcination Of Scout Niblett

 Label :     Drag City 
 Sortie :    mardi 26 janvier 2010 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

The Calcination Of Scout Niblett est son cinquième album en dix ans. À nouveau produit par Albini, il est dans la droite ligne des précédents, même si le sillon creusé par cette chanteuse semble encore plus profond cette fois-ci. Les précédents étaient déjà à l'os, celui-là balance des coups de pioche dans la moelle.
Virée du label 4AD pour cause de ventes insuffisantes, elle ne cherche certainement pas ici à attirer le chaland pour améliorer sa situation financière. Sur la pochette on la voit tout sourire, un chalumeau allumé à la main, et on ne peut pas s'empêcher de se demander si c'est le chalumeau ou ce sourire qui est le plus inquiétant. Bien sûr, on est largement en territoire connu pour ceux qui ont suivi les précédents albums de la miss, ça va faire dans le dépouillé, l'austère, il y aura un morceau batterie-voix ("Lucy Lucifer").
On est néanmoins bousculé assez violemment, il faut bien l'admettre, par ce disque qui est peut être le plus sombre qu'elle ai jamais enregistré à ce jour. Il n'y a pas vraiment de morceau fun auquel se raccrocher. On embarque pour une ordalie. Scout a annoncé la couleur, ça va brûler le cul quelque chose de méchant. C'est particulièrement le cas sur la cinquième chanson "Cherry Cheek Bomb", qui est un océan de lave démonté. Même les titres qui semblent être des blagues, comme l'inaugural "Just Do It", se révèlent plutôt costauds dans le genre rentre-dedans, alors même qu'il n'y a qu'une guitare pour accompagner le chant. C'est la patte Niblett décidément, cette aptitude à créer le chaos avec presque rien, à faire du silence son arme la plus inquiétante. Ne vous attendez toutefois pas à une musique prise de tête si vous ne connaissez pas la miss, puisque tout ça est condensé dans des chansons presque simplistes, d'une pureté simplement effrayante et effarante.

Peut être pas l'album le plus séduisant, le meilleur album pour entrer dans l'œuvre de Niblett, mais peut être le plus âpre, sincère, cramé en fait. Pour hasarder une comparaison à son modèle Nirvana, c'est sans doute son In Utero.


Parfait   17/20
par To7


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
139 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?