New Order

Music Complete

Music Complete

 Label :     Mute 
 Sortie :    vendredi 25 septembre 2015 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Voilà 10 ans que New Order ne donnait pas de nouvelles quant à un nouveau disque studio. Après un Get Ready signant le retour aux affaires, Waiting For The Sirens' Call nous montrait que le groupe avait encore envie de dire des choses. Presque sans crier gare, voilà l'annonce d'un nouveau disque, le premier sans Hooky parti faire ses Divisioneries un peu plus loin.

Artwork signé Peter Saville, toujours, Music Complete se dévoile par fragments, annonçant les participations d'Helly Jackson (la mèche de La Roux) Brandon Flowers (The Killers) & d'Iggy Pop ! On ne va pas s'offusquer pour si peu, Bobby Gillespie & Billy Corgan intervenaient bien sur Get Ready, on n'est plus à ça près. Avec cet album, Barney & ses compères replongent dans la rave & la dance, presque un flash-back dans l'Hacienda de l'époque bénie ("Tutti Frutti'', ''Singularity"), mélangeant Moroder & Underworld dans un même titre ("Plastic"), usant et abusant des claviers & charley tellement marqués par cette époque pour nous offrir une dizaine de titres clairement orienté dance. Même si la une bonne moitié de l'album donne plus de place aux guitares ("The Game"), on sent avec Music Complete un groupe conscient de son background, de son influence et qui n'est clairement pas dans le défrichage, ils puisent dans ce qu'ils savent faire, pour le meilleur & pour le pire. Car oui, la facilité guette, les titres faibles sont bien là comme d'habitude (quel est le dernier album de New Order avez vous pu écouter d'une traite ?) des titres comme "Superheated" qui termine le disque n'est clairement pas ce qu'ils ont fait de mieux, l'ajout de corde, les épanchements de Brandon Flowers qui fait des yeah yeah jusqu'à n'en plus pouvoir pourrait presque faire office de morceau de trop, surtout quand on entend celui chanté/parlé par Iggy, le "Stray Dog", avec sa voix grave faisant bien sûr penser à celle de Denis Hopper sur le "Fire Coming Out of the Monkey's Head" de Gorillaz.

On pense également à Happy Mondays tant le groupe joue sur les références évidentes, s'autocitant par moment ("Academic'', "Nothing But A Fool", du 100% New Order des années 2000 reconnaissable entre mille), on a un peu l'impression qu'ils ne veulent pas couper les titres, ce qui a forcément pour effet d'avoir des titres longs pour par grand chose, gagnant en lassitude ce qu'ils perdent fatalement en efficacité par moment. Moi qui ne suis clairement pas fan du fade out, ça aurait arrangé bien des choses sur ce disque. Clairement, ça joue en leur défaveur, car les titres pris séparément marchent plutôt bien pour la plupart, mais l'album est de fait tellement dense qu'on étouffe ("People On The High Line" en est pour moi le meilleur exemple, Il y a vingt piges Shaun Ryder en aurait fait un tube, là c'est tout de suite moins convaincant).

Finalement, "Restless", le premier extrait diffusé en amont de la sortie de l'album s'appréhende mieux dans la logique de Music Complete, même s'il fait partie des titres les plus faibles du disque, trop radio friendly pour être honnête à mon sens. Malgré les doutes, le groupe s'en sort plutôt pas mal sans Hooky, minimisant forcément les lignes de basse, jouant sur d'autres tableaux pour faire passer la pilule. Ce disque pourra réjouir les fans de New Order seconde & dernière période, mais ne fera pas revenir ceux qui en sont resté à Brotherhood en tant que dernier bon album du groupe. Pas honteux pour un sou, ce disque est du New Order 2015, pas différent de ce qu'il aurait pu être. Décevant par certains côtés, mais fidèle à la ligne de conduite suivie par le groupe depuis le retour début 2000. Assurément un disque construit pour exploser sur scène.


Sympa   14/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
179 invités et 3 membres
Jekyll
Climbatize
X_Lok
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?