New Order

Carhaix [Festival Des Vieillles Charues] - vendredi 22 juillet 2005

Annonçée comme la seule date francaise de l'été 2005, la venue de New Order dès le premier soir du Festival des Vieilles Charrues s'imposait donc comme un évènement incontournable.
La question que le public se posait en attendant l'arrivée sur scène du groupe historique de Manchester, était la suivante : New Order était-il venu pour présenter leur dernier album (plutôt moyen), ou allait-il faire plaisir à leurs nombreux fans français en proposant un échantillon de leurs grands standards ?
A 23 Heures pétantes, les voilà qui surgissent sur scène devant une foule considérable toute acquise à leur cause, pour un concert qui va durer 1H30 (durée moyenne des sets pendant le festival) ; et le moins que l'on puisse dire, c'est que sans trop vraiment forcer, ils vont livrer un concert plutôt réussi mais sans grande passion.
Ils vont ainsi passer en revue l'essentiel de leur carrière post Joy Division ("Bizarre Love Triangle" - "Confusion" - "Thieves Like Us" et un "True Faith" qui a fait chavirer la foule).
Ils n'oublieront pas Les grands classiques de l'époque où Ian Curtis tenait le micro ("Love Will Tear Us Apart", "Ceremony", et un "She's Lost Control" fantastique !). Barney Summer et Peter Hook ne se risqueront qu'à quelques titres extraits des deux derniers albums, bien conscients de l'attente de ce public de festivaliers.
Ceux qui comme moi espéraient danser sur "Fine Time" du fantastique album Technique seront déçus, car ils n'interpréteront pas de titres extraits de cet opus (qui est pourtant à mon sens leur meilleur).
Un rappel avec un "Blue Monday" attendu et réclamé à corps et à cris par la foule, et c'est déjà terminé. New Order est parti.
Pas de grands frissons sur la scène Glenmor de Carhaix, mais plutôt le sentiment d'avoir passé un bon moment.


Sympa   14/20
par Jimbo


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
142 invités et 1 membre :
Blackcondorguy
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...