Eels

Caen [Le Cargö] - vendredi 12 avril 2013

 Eels
Soirée des premières fois : première fois à Caen et donc forcément première fois au Cargö pour mon premier concert de Eels. Une date qui dépareille sur une tournée qui suit "logiquement" les capitales et les principales villes européennes. Mais ce n'est que mieux pour la poignée de chanceux venus ce soir aux bords de l'Orme dans l'ancienne zone industrielle de la presqu'île de Caen. La salle occupée sur la moitié supérieure par des gradins n'est pas bien grande et se remplit vite pendant que les premières parties sont assurées par Puddles Pity Party, un drôle d'énergumène dans un accoutrement de Pierrot la Lune, au coffre gutturale qui tranche avec l'accompagnement en play-back cheesy, à ses côtés une femme portant un masque de singe jette des bananes au public (pourquoi pas après tout) ; et puis Nicole Atkins folkeuse soliste avec sa gratte électrique pour une prestation somme toute banale pour le type de registre présenté.

Et puis la petite troupe tant attendue prend le relais. Joggings aux trois bandes noirs, lunettes de soleil, barbes uniformes sur chaque visage, une sobriété façon dandy est de rigueur. L'élégance côtoie la décontraction, ça sent plutôt bon ! Et puis c'est signe qu'il y aura sûrement de la sueur. Côté formation ce sont deux guitaristes, un bassiste et un batteur qui font front avec Mr. E. Ca promet un set électrique, riche en décibels et en énergie. Et le blues brut de "Prizefighter" confirme sans tergiverser la couleur de la soirée. 'I'm A Dynamiter !' Le timbre rugueux de l'américain nous embarque au pied levé dans ce riff éculé mais tellement fédérateur. Il faut dire que Wonderful, Glorious, qui embraye après cette intro, est très catchy, plein de pêche à l'instar de "Peach Blossom" (elle était facile celle-là) et se trouve justement mis en valeur sur les dix premiers titres aux côtés de Hombre Lobo ("Tremendous Dynamite" pour remettre une couche explosive) dont la gémellité est sensible et la reprise de Fleetwood Mac "Oh Well" tonitruante. E. martèle du poing sa poitrine sur ce petit plaisir hard rock dont il aurait très bien pu écrire le texte. Quel plaisir ... Le groupe n'oublie pas cependant de lever le pied quand cela s'avère nécessaire afin d'apporter des touches passagères de douceur à travers "That Look You Give That Guy", "On The Ropes" et la non moins magnifique "The Turnaround", très poignante.

La suite du set sera un chouilla moins enlevé alors que la cadence à laquelle ils nous envoient les titres, elle, reste soutenue. A part quelques "oui", seul mot de français de E. et des "give me a hug" adressés à ses musiciens, l'américain n'est pas très bavard. Il préfère nous faire remonter davantage dans le temps avec une version rafraîchie nonchalante de "Fresh Feeling", un "Souljacker, Part I" bien gras aux petits oignons et une touche de Daisies Of The Galaxy. E. fera tout de même une pause pour remercier chaleureusement The Chet de le suivre sur scène comme guitariste depuis dix ans avec une cérémonie bien rodée à la clé débouchant sur un petit plaisir punk cette fois "Go Knuckles !", tambours battants. Bien que discipliné et cantonné sur son estrade en retrait, le back band est fréquemment sollicité par E. qui ne manque pas de l'inclure dans ses délires éclairs ou de le congratuler à la moindre occasion. Le groupe s'éclate comme des gamins ou plutôt comme une grande famille et on en fait autant, désireux de devenir également membre.

Au bout d'une bonne heure, "Wonderful, Glorious" sonne déjà la fin du set et en même temps le début des rappels (on se réconforte comme on peut). L'occasion de nous faire partager un titre du disque bonus de Wonderful, Glorious "I'm Your Brave Little Soldier" et surtout de nous délecter de "My Beloved Monster" avec des incursions de 'Goddamn right it's a beautiful day' de "Mr. E's Beautiful Blues". "Fresh Blood" viendra relancer la machine avec roublardise puisque l'on sait qu'il en reste des caisses de tubes et qu'il faudra remettre ça à une autre fois. La salle se rallume, le public commence à partir pendant que le technicien (en Adidas aussi) démonte le matos. Les slips Eels me font de l'œil au stand merchandising quand les premières notes de "Dog Faced Boy" retentissent à côté. C'est le disque ? Merde ils reprennent les enfoirés ! Une dernière pour la route ! Mr. E est au maracas avant de reprendre sa guitare pour reprendre leur hymne pseudo punk et scander Go ! à tout va. Go The Chet ! Go Knuckles ! Go P-Boo ! Tous les musiciens y passent avant de retourner définitivement dans les coulisses.

Une très belle première fois avec Eels. Je m'en souviendrai.


Parfait   17/20
par TiComo La Fuera


  Setlist

Prizefighter
Kinda Fuzzy
Open My Present
Oh Well (reprise - Fleetwood Mac)
Tremendous Dynamite
That Look You Give That Guy
On The Ropes
Peach Blossom
The Turnaround
New Alphabet
Fresh Feeling
The Sound Of Fear
Go Knuckles !
Itchycoo Park (reprise - Small Faces)
Souljacker, Part I
Wonderful, Glorious
>>>>
I'm Your Brave Little Soldier
My Beloved Monster / Mr. E's Beautiful Blues
>>>>
Fresh Blood
>>>>
Dog Faced Boy
Go Eels !


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
83 invités et 2 membres
Judas
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?