Frank Black

Pistolero

Pistolero

 Label :     PIAS 
 Sortie :    mardi 23 mars 1999 
 Format :  Album / CD   

Comme chaque année, Frank Black nous présente une nouvelle livraison. Mais en 1999, le guitariste Lyle Workman est parti rejoindre Beck, et dorénavant Rich Gilbert le remplacera (changement sans doute bénéfique pour ces Catholics).
En 1999, c'est donc Pistolero que le gros monsieur nous offre pour donner une suite aux médiocres The Cult Of Ray et Frank Black & The Catholics.
Avec ses 14 titres, Pistolero doit permettre à l'ex-Pixies de retrouver une crédibilité digne de sa carrière -crédibilité qui a pris une légère claque suite à ses 2 précédents albums, donc.
Pourtant ce ne sera pas exactement le cas. En effet, à l'image de ses précédents opus, Pistolero est en réalité un album inégal comprenant son lot de titres efficaces et percutants, associés à presque autant de titres très dispensables.
A l'écoute de cet album, l'auditeur a donc la malheureuse surprise de découvrir l'inutile et pénible "Tiny Heart", tout comme le très mièvre "You're Such A Wire". De plus, Frank Black s'essaie laborieusement à une ballade acoustique qui ne produit pas l'effet escompté; en effet, "85 Weeks" rate son but, et démontre à quel point on a connu Mr Black plus inspiré. On est également forcer de reconnaître que ses Catholics apparaissent faibles sur certains titres: "I Think I'm Starting To Lose It" (sur lequel la batterie est quasi-insupportable), "Billy Radcliffe", "Skeleton Man" et "I Want Rock & Roll (qui produit cependant son effet en concert) sont trop convenus alors qu'ils pourraient s'avérer être de très bonnes compositions.
Bien sûr, il y a des titres qui sauvent cet album (comme à l'accoutumée, d'ailleurs). Ainsi, "Bad Harmony" ouvre idéalement Pistolero, et démontre l'agilité du Gros à créer des mélodies simples et efficaces tout comme "Western Star" (après tout il s'agit bien de l'auteur de "Where Is My Mind" et "Monkey Gone To Heaven"). Peu habitué aux morceaux dépassant les 4 minutes, Frank Black signe pourtant un réel bijou de plus de 5 minutes !! "I Switched You" est un titre rageur et énervé construit autour d'un break tout simplement dévastateur et réllement impressionnant en concert. De même, si les incisifs "I Love You Brain" et "Smoke Up", signés toutes guitares dehors, sont deux bons morceaux, le majestueux "So Hard To Make Things Out" se révèle au fil des écoutes un "pur moment de rock 'n' roll". Frank Black se montre ici impeccable de maîtrise, et d'energie créatrice et percutante, et ce grâce à ce titre épique et surprenant dans sa progression. Le Gros a donc encore de l'énergie à revendre et le fait savoir !
Enfin, Pistolero se conclut sur un splendide "So. Bay" construit sur un riff "à la Frank Black": tonitruant et excellent, fermant donc l'album de fort belle manière.

Encore une fois, Frank Black ne démontre pas à son auditoire qu'il est encore capable de sortir des albums majeurs. Dommage, car certaines compositions se révêlent donc excellentes, mais elles ne font que compenser la présence flagrante de titres inutiles. A défaut, dêtre un superbe album, Pistolero se révèle quand même très écoutable. Ceci dit, ce Rich Gilbert promet de bonnes choses à venir...


Passable   11/20
par X_Jpbowersock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
220 invités et 1 membre :
Ben147
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused