Frank Black

Oddballs

Oddballs

 Label :     Self-released 
 Sortie :    2000 
 Format :  Compilation / CD  Vinyle  Numérique   

Sous cette pochette endiablée Oddballs présente une collection non-exhaustive de faces B et de morceaux bonus des trois premiers albums de Frank Black, agrémentée de "Man Of Steel" issu de la compilation Songs In The Key Of X et du quasi inédit "Jumping Beans". Dommage que ce disque ne reprenne pas la totalité des morceaux publiés hors album, il manque, parmi d'autres, les très bonnes reprises des Kinks et les instrumentaux du premier single.
Ce disque est d'abord paru une première fois en 2000, vendu sur le site internet de Frank Black et lors de ses concerts. Ce n'est qu'en 2013 qu'une sortie classique aura lieu. Drôle de destin pour cette compilation qui n'a aucunement à rougir de son contenu.

Chaque titre est orné pour cette publication d'un sous-titre : "Trying To Be..." suivi par un nom, Bowie, Springsteen, etc, et pour deux des quatorze morceaux par Me.
L'inaugural "Pray A Little Faster" est ainsi suivi d'un "Trying To Be Dylan" dont la signification m'échappe tant la musique jouée est éloignée de celle de Bob Dylan. C'est direct, colérique. Tout est dit en deux minutes.
"Oddball Trying To Be Stones", a toutes les qualités d'un tube, à croire qu'il réserve certains de ses meilleurs titres pour les faces B. Black chante, parle, se marre et couine comme un cochon sur ce très bon morceau de pop-rock. Avec Lyle Workman, ils essaient avec un certain humour d'imiter un Keith Richards encore plus déglingué que d'habitude, les choeurs et les percussions rappellent eux aussi les Stones de 1968.
Tout aussi bon que le précédent, "Village Of The Sun Trying To Be Springsteen And Dylan" place la barre très haute et la survole sans difficultés, même l'orgue du fond ne gâche pas.
Également associé à Bob Dylan, "Can I Get A Witness", est une autre belle réussite. Plus calme que le reste du disque, Black y chante plus posément, la musique a un léger parfum de country fort plaisant.

S'il y a un titre à ne pas rater c'est celui-ci : "Announcement Trying To Be Daltrey". Je ne sais pas s'il arrive au niveau de Roger Daltrey ou des Who, en revanche le morceau est explosif, le batteur Scott Boutier et le bassiste David McCaffery se déchaînent méchamment, les guitares sont aussi furieuses que la voix est hargneuse. Que fait ce petit chef d'oeuvre perdu sur une face B ?
En voilà un qui aurait pu être suivi d'un Trying to be Pixies, "Hate Me Trying To Be Strummer". C'est le retour du Black qui grogne sur une rythmique en béton et des guitares qui arrachent ce qu'il me reste d'oreilles. Autre titre dédié à Joe Strummer, "Everybody Got The Beat" est vraiment chanté avec toute la colère dont était capable le leader des Clash.
"Remake/Remodel Trying To Be Sahm", reprise de Roxy Music, est jouée avec une telle ferveur qu'on croirait que c'est lui qui l'a composé. Le Sahm en question se prénomme Doug, c'était un musicien country-rock dont Black est fan.
Une version très rudimentaire, enregistrée avec Joey Santiago, de "Jumping Beans Trying To Be Lou" est parue sur la seconde édition de la Black Session, en 1995. Qu'est-ce qui peut bien associer dans l'esprit de Frank Black les pois sauteurs et Lou Reed ? Elle est inédite et un peu plus courte en groupe, surtout elle est bien plus intéressante et permet de se rendre compte du travail accompli entre le brouillon et le résultat final.
Seconde reprise de ce disque, "Just A Little Trying To Be Me" est un tube des Beau Brummels, groupe californien des 60's. Composition typique de l'époque, l'hommage à ce groupe injustement oublié est un peu trop poli, ni Black ni le groupe ne s'en empare. C'est la seule, légère, faiblesse de ce disque.
"Trying To Be Me" à nouveau pour clore cette compilation. "Man Of Steel", est exceptionnellement long, ça frôle les cinq minutes. C'est un morceau assez sombre dans sa discographie, surtout un de ses meilleurs qui aurait mérité une sortie plus visible que sur une compilation dédiée à une série à succès. Les quelques arrangements, clochettes, castagnettes, timbales, sont pour une fois un véritable enrichissement.

Ses trois premiers albums solo sont tous trop longs à mon avis, ils débutent avec des tueries, alors que la fin est souvent lassante. Pas de ça ici. Voici un disque sans temps mort, ni morceau vraiment dispensable, l'homogénéité et la cohérence sont frappantes. Finalement, Oddballs ne serait-il pas le meilleur album de la première partie de la carrière solo de Frank Black ?


Très bon   16/20
par NicoTag


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
272 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?