The Stooges

Ready To Die

Ready To Die

 Label :     Fat Possum 
 Sortie :    mardi 30 avril 2013 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Parmi les groupes qui se reforment après une longue absence, il y a deux catégories : ceux qui continuent à sortir des disques pour le meilleur (Dinosaur Jr) ou pour le pire (Smashing Pumpkins) et ceux qui capitalisent sur leurs anciens albums. A priori, les Stooges étaient plutôt dans la deuxième catégorie.

Même The Weirdness, reconnu unanimement comme un raté, n'avait pas tellement changé le rythme de croisière du groupe, surtout en matière de setlist. Juste avant 2009, les Stooges avaient simplement mis de côté les égos et rajouté les tubes de Raw Power qui manquaient cruellement et tout allait pour le mieux. On aurait pu jurer qu'on ne les y reprendrait plus.

Un Ron Asheton en moins et 4 ans plus tard, voilà-t-y pas que les Stooges remettent ça de manière complètement inattendue. Certes, James Williamson ayant à nouveau remplacé le guitariste historique et Raw Power revenant (logiquement) sur le devant de la scène, on avait bien compris que la mort d'Asheton ne sonnait pas le glas du groupe, mais on les pensait décidés à se cantonner à leur répertoire classique.

Comme son pote Bowie, Iggy nous prend donc à revers en annonçant un nouvel album auquel on ne croyait plus, et qu'on ne souhaitait finalement même pas. Un album qui crée des appréhensions puisqu'on sait qu'il ne pourra pas être à la hauteur de ses grands frères, un album dont on questionne d'emblée l'intérêt avant même d'en pouvoir éprouver la qualité. Mais un album dont on finit par se dire qu'on l'écoutera quand même, pour lui-même, en se disant que s'il procure du plaisir, c'est toujours ça de pris et tant pis pour la révolution du rock.

Et puis quand le jour fatidique de l'écoute arrive, au-delà de la déception, on se dit surtout que le titre est bien trouvé. L'album est au rock ce que le dernier Bowie est au pop-rock, une espèce de soupe fade et sans intérêt, qui reprend des mimiques de ces grands groupes sans en avoir la profondeur et l'impact.

On a donc du sous Stooges aux riffs aussi vite entrés que ressortis sur 8 titres ("Job", "Ready To Die" ou "Burn" en tête) et 2 morceaux dans la veine des derniers albums d'Iggy, suaves et mous ("Unfriendly World" et "The Departed"). Si c'est tout ce qu'ils sont capables de faire, les Stooges sont prêts à mourir. Je me demande si cet album n'est pas un appel à l'euthanasie.

J'ai conscience que l'intérêt d'un album ne se mesure pas à la seule somme de ses qualités et que le fait qu'un disque soit le moins bon d'une discographie ne le prive pas de qualités pour autant. Mais au final, il n'y a qu'une question à se poser : Est-ce que je prends plaisir à l'écouter? Et, une fois la première écoute passée : Qu'est-ce qui pourrait me pousser à ré-écouter cet album-là plutôt qu'un autre?

Pour ce Ready to Die, la réponse est sans appel : Rien, absolument rien.


Insipide   7/20
par Blackcondorguy


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
108 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...