Thee Silver Mount Zion

Kollaps Tradixionales

Kollaps Tradixionales

 Label :     Constellation 
 Sortie :    lundi 08 février 2010 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Inlassablement, ils reviennent. A croire que la musique peut bel et bien vivre au-delà des formations, au-delà du temps. Dix ans déjà. Il y a dix ans, le trio venait littéralement écarteler la musique patiemment bâtie par Godspeed, défaire l'édifice de ses mélodies instrumentales et oppressantes. A Silver Mt. Zion entamait alors son lent travail de déconstruction en vue de quelque chose d'encore plus grand, de plus évolutif, de plus sombre et donc, de moins anachronique.
Puis, l'acoustique de He Has Left Us Alone But Shafts Of Light Sometimes Grace The Corners Of Our Rooms... disparaît, au bénéfice d'arrangements plus complexes et plus électriques, au fur et à mesure des évolutions d'une formation qui se veut à "géométrie variable".
Mais peu importe les individualités. Thee Silver Mt. Zion veut prouver à chaque disque l'importance et l'impact positif de ce qu'ils nomment le "collectif". Car la musique, elle, demeure, malgré les différents chemins empruntés. Les voix deviennent centrales, le minimalisme des premiers temps, périphérique.
Plus ce temps avance, plus les slogans sont scandés, à l'unisson si possible. Le silence, caractéristique principale des premiers albums, a fait place progressivement à une position sonore de toute puissance, chaque membre ayant sa place, son rôle, sa mission et son combat. On bombe le torse, on lève la tête et les poings, puis on crie, fort. Marche par marche, Thee Silver Mt. Zion remonte des profondeurs abyssales pour aller vers plus de lumière et plus d'espoir, tel ce premier titre avec un Efrim Menuck s'égosillant comme jamais auparavant : "But I've Been Waiting And Longing For That Light To Fall All Over Me..."
Pas de doute, les années et les anges passent, l'urgence est toujours là. Ils tiennent en équilibre, là, sur ce fil qu'ils tissent au fur et à mesure qu'ils avancent. La prouesse de ce collectif est effectivement d'être toujours en rupture avec leur propre mouvement, leur propre création, leur propre code.
Tiens, sur la première des trois pistes "Kollaps Tradixionales", composant entre autres l'album, nous retrouvons le piano. Oui, le même qu'il y a dix ans, entouré des mêmes cordes, celles de Sophie Trudeau, la protectrice acharnée. Peu avant, le bouillonnant dyptique "Metal Bird" nous prouvait que les orgies sonores de Born Into Trouble... n'étaient pas qu'un bon souvenir où il était bon de se lover et de se perdre. Thee Silver Mt. Zion n'oublient pas d'où ils viennent. Tel les oiseaux ornant sans cesse les différentes pochettes ou livrets de leurs disques, ils migrent vers des contrées inconnues, se territorialisent puis reviennent, régulièrement, revoir les compagnons de route pour leur conter des histoires à dormir debout et auxquelles nous nous accrochons, sans parvenir complètement à saisir d'où peut venir toute cette beauté qu'ils ramènent, à chaque fois, inlassablement. Inlassablement, ils reviennent.


Excellent !   18/20
par Reznor


 Moyenne 16.67/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 02 mars 2010 à 18 h 06

Un nouvel album de Thee Silver Mount Zion Mémorial Orchestra, groupe à taille et à nom variables, est toujours une aventure en soi. Parce qu'on sait que ça ne sera pas facile à écouter, parce qu'on sait toute l'énergie qui va circuler et qu'il va falloir donner, parce qu'on n'en sort jamais tout à fait le même, et surtout jamais tout à fait sauf.

Et bien là, ce n'est pas totalement vrai. J'ai senti cet épuisement, à la fin de l'album, mais surtout j'ai senti un grand apaisement, comme si le groupe avait su résoudre toutes les tensions à la fin du disque, et leur donner une véritable réponse aux questions qu'il nous pose.

Cet album est, je trouve, plus structuré, plus construit que les précédents dans la composition des titres, dans la conduite musicale, l'utilisation des instruments. La guitare électrique, en particulier fait un retour puissant, très intéressant, et très intelligemment accompagnée par les violons. Au début, on a comme l'impression d'une grand phrase musicale, qui avance inexorablement et raconte son histoire. On peine à vouloir voir des coupures entre les morceaux et on se laisse entrainer. De fait, il y a de nombreuses reprises de thèmes, joués assez simplement, qui se répondent en écho, qui s'énervent, qui se calme, au fil de l'histoire que nous raconte Kollaps Tradixionales.

Puis, on fait attention aux parties : 4 différentes. 4 actes qui chacun ont leurs propres thèmes, leurs propres buts.

Le premier, composé d'une seule chanson, qui ouvre l'album : "There Is A Light". Douce, presque blues. Une guitare simple et claire, et une voix qui scande, toujours avec cet air d'oiseau blessé. Une bonne entrée, qui donne le ton des titres suivants : on y trouve quasi toutes les formules de l'album.

Et là, on est pris au dépourvu. Une guitare forte, très électrique, très rock ! Deuxième acte, deux chansons : des histoires d'oiseaux métalliques. ("Built Myself A Metal Bird", "I fed my metal bird the wings of other metal birds"). Le premier, nous surprend, donc, nous rentre dedans, très rythmé, une batterie simple et efficace, très puissant. Puis le deuxième, qui nous calme un peu par sa lenteur du début et qui termine en écho au précédent, fort, rock ! Un thème décliné deux fois, des variations, un bel exercice.

Nouvel acte, le troisième. Trois chansons, on en vient aux chansons-titres de l'album. Moment donc important. Ici aussi, trois déclinaisons des mêmes thèmes. Beaucoup de choses à raconter. D'abord, un piano faux, une voix, fausses, des cordes fausses. On tourne autour du son, autour du thème. Tout est calme, lent, extatique. Le chant est halluciné, comme chaque instrument. Deuxième morceau : très court. Chœur encore plus perdu dans ses rêves, dans sa brume. Des échos qui rappellent la campagne, le blues, pourtant... ("oh, my darling..."). Puis la conclusion, magistrale, là très construit, dynamique : des cordes en pizzicato, aux résonances lointaines, exotiques, et une batterie claire, puis un violon fort qui soutiennent une guitare incisive, rageuse, "héroïque" : c'est la résolution, l'assaut !

Et enfin, dernière chanson ("Piphany Rambler"), dernier acte, "l'épiphanie" : tout a été dit. Il faut en tirer les conclusions. On peut enfin partir, chargé de cette histoire, c'est la sortie du rêve. La quête est terminée. La voix est éperdue, elle sort, lointaine, de la brume instrumentale. Et nous, lorsque la musique s'arrête, on respire, apaisés. C'était la fin et on le savait. Rien de plus à dire.
Parfait   17/20



Posté le 05 avril 2010 à 19 h 24

Ce nouvel album nous donne un aperçu d'un groupe qui musicalement (en studio du moins) donne l'impression d'être en bout de course, mais sans pour autant tomber dans le ravin. Car après presque 10 ans de carrière on ne leur en voudra pas, surtout si les prestations scéniques restent clairement au-dessus de n'importe quel autre groupe, on ne pourra pas leur enlever cette générosité et cet investissement si précieux pour nos oreilles.

Car Kollaps Tradixionales, mis à part 2 ou 3 titres, c'est à dire la moitié de l'album fait dans le poussif, presque du réchauffé dirons les détracteurs. Ou quand le groupe se trouve devant un dilemme : face aux défections d'anciens membres, à l'évolution tantôt rock tantôt plus épuré ils ne savent plus. De ce milieu d'album quand Efrim tente de renouer avec les débuts de la formation l'ambient sombre, musique sensible presque minimaliste qui par moments jaillissait. Sauf qu'il n'a plus à sa disposition que 2 violonistes pour soutenir le tout, par moments on les sent pas assez mis en valeur, travaillés, ou tout juste si ce n'est pour un accompagnement rythmique usuel.

Alors Efrim tente le compromis, les deux premiers titres de "There Is A Light" et le duo des chanson "Metal Bird" avec un rock nerveux direct, presque sans nuance si ce n'est ces voix auxquelles on se raccroche pour survivre à ces déferlements.

Ensuite plus rien. Mais vraiment plus rien pour moi, le tryptique des "Kollaps" ne m'accroche pas. il m'est presque anecdotique. Pourtant on ne peut mettre ça sur l'absence d'un violoncelle. Non mais c'est ici que cette volonté de revenir aux 1ers albums se fait sentir. Peut-être y reviendrais-je plus tard avec plus d'enthousiaste mais il y a des signes qui ne trompent pas : ces chansons ne sont pas jouées en live. Or c'est un élément tout aussi important que la composante studio quand on aborde A Silver Mt Zion.

Cette volonté serait-elle presque vaine ? Les arrangements sont loin d'être mauvais, mais ça ne me touche pas. Pas comme un Born Into Trouble pouvait me toucher. A Silver Mt. Zion ne savait plus quoi faire... N'étaient-ils plus capable d'assumer le virage qu'ils prenaient ? Le voilà ce compromis. Voilà cet aspect poussif.
S'en sont-ils rendus compte lorsqu'ils ont décidé de la tracking list ? "Epiphany Rambler" sauve les meubles, à l'instar d'un "There Is A Light" déjà rôdée. La chanson ne surprend pas par sa structure mais la formule revient, du Silver Mt Zion tout craché simple et efficace, de la tension, un son qui se développe jusqu'à nous laisser.

Kollaps Tradixionales ne m'apparaîtra pas comme mon disque favori d'A Silver Mt. Zion. La qualité et la curiosité sont néanmoins toujours présentes : y-aura-t-il un compromis toujours bancal ? Ou continueront sur ce virage qu'ils avaient entamé ? En tout cas ils ne tomberont pas dans le ravin de sitôt, quelle que soit la direction empruntée.
Bon   15/20







Recherche avancée
En ligne
183 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?