Thee Silver Mount Zion

Paris [La Cigale] - dimanche 30 avril 2006

Nous entrons tout doucement dans cette salle de la Cigale, une ambiance plutôt sombre s'est emparé d'elle, et les décors de ce théatre à l'origine se prête bien a la mise en sène que nous allons assister.
Tout d'abord nous voyons une première partie plutôt raisonnale des krautrock normands de Steeple Remove, nous balançant quelques riffs shoegaze, et des nappes psychées.

Enfin le prophète Efrim et ses 6 apôtres nous donnent à voir une mise en scène mystique.
Commençant par un "God Bless Our Dead Marines" époustouflant:
débutant par une longue intro posant les cordes et l'ambiance, la voix magnifique et shamanique d'Efrim va faire monter l'intensité jusqu'a ce que le batteur nous assène de coups efficaces et chargés d'émotions, ca tape du pied et on a tous la larme a l'oeil, tellement on était impatient de voir ou revoir ces magnifiques Canadiens, puis ils finissent cette chanson par un a capella très joli en canon, et pas faux, n'abusant pas de leurs voix plaintives.
Tout est cohérent, on se dit, ces musiciens ont tout compris, leurs messages politisés est tres bien révélé par leur musique. Les Canadiens du Mont gris ne font plus qu'un, créant une parfaite osmose entre eux: sur une version plus chantée et beaucoup plus sombre et tragique de "Mountains Made Of Steam", les chants incantatoires se mettent en place, grâce a une disposition scénique incroyable (chaque membre était tourné vers le centre) pour invoquer un quelconque esprit... par la suite l'ensemble à cordes sèches et vocales vont alterner nouvelles chanson et moins récentes, je suis scotché par cette intensité, et ce charisme que dégage Efrim, ne sachant comment décrire cette musique. Le public est totalement conquis et ravi par cette prestation, et le rappel se fait flagrant.
La formation revient avec le sourire, blaguant un peu, il nous délivre un nouveau morceau "Blind Blind Blind" qui est une très bonne surprise et nous laisse envisager un bon futur pour le groupe, l'intensité est au rendez-vous dans ce morceau assez rythmé et toujours "magnifique" je me repète je le sais, mais que voulez vous. Les Canadiens termineront par une version époustouflante de "Teddy Roosevelt Guns", qui est joué a un tempo bien plus lent, et on est encore une fois conquis par la cohérence et l'intensité du morceau.
Le public applaudit, applaudit, mais le temps est dépassé depuis 10 minutes, Eric revient pour nous dire que ce n'est pas la peine, s'excusant.
On ne veut pas partir, et on est tous conscients qu'il s'est passé quelque chose ce soir-là... revenant chez nous on ne veut pas quitter la bulle dans laquelle nous sommes rentrés et une atmosphère de tranquilité et de joie nous traverse.


Exceptionnel ! !   19/20
par KaoticMan


  Setlist:
God Bless Our Dead Marines
Mountains Made Of Steam
Babylon Was Built On Fire
There's A River In The Valley Made Of Melted Snow
Ring Them Bells (Freedom Has Come And Gone)
>>>
Blind, Blind, Blind
Teddy Roosevelt Guns


 Moyenne 19.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 03 mai 2006 à 20 h 25

19h30, dimanche 30 avril, je pénètre pour la première fois dans la Cigale et ni une ni deux je me cale contre la barrière au milieu de "la fosse" sur la gauche car je suis complètement eclaté de la nuit dernière.
Première partie complètement anecodtique, The Steeple Remove, je ne sais pas si c'etait mon état de fatigue ou s'ils étaient vraiment mauvais mais bon... sans commentaire...
Bref, en une demi-heure la cigale s'est remplie et mes yeux se rouvrent (comment ça je dormais affalé sur la barrière ???) pour apercevoir la petite tête chevelue d'Efrim sur la gauche de la scène et le public applaudit. Ce n'est que le début d'un grand moment !
Donc les récemment renommés Thee Silver Mount Zion Orchestra And Tra-La-La Band s'installent peinard et commencent à s'accorder devant nous à la cool, tout timides. On se retrouve donc avec une disposition en "U" très sérré où dont tous les musiciens se voient et de gauche à droite:
-Sophie (violon)
-Efrim (chant-Guitare)
-Scott (batterie-guitare-xylophone....)
-Thierry (Contrebasse)
-Beckie (Violoncelle)
-Ian (Guitare)
-Jessica (Violon)

Efrim presente le groupe et se déclare impressionné par la salle, Ian parlant français prend le relais et nous prie de les excuser car c'est la première date de leur tournée et ils se sont réglés dans l'aprèm, donc show potentiellement imparfait...
Les lumières s'eteignent, je prie intérieurement pour "Movie (Never Made)" ou "God Bless Our Dead Marines" et... BAM ! Je me prends un coup de boule auditif en entendant les premières notes de "God Bless Our Dead marines". Joué à la perfection, la voix d'Efrim est complétement dingue en live, il est constamment à la limite de chanter faux mais c'est magnifique... C'est absolument dingue comme il transcende la chanson sur les "Lost a friend to...", c'est à chialer !
Fin de ce morceau sur un magnifique canon entonné par... tout le groupe, et un canon à 7 quasi a-capella sur la fin d'un morceau émotionnellement très fort: ça fait mal !
L'ambiance est religieuse pendant chaque morceau, on sent le public à fleur de peau (ou completement bourré comme le mec devant moi qui se resservait des binouzes aussi vite qu'on va prendre du rab à la cantine du lycée et qui chauffait la copine de son pote) et tonnerre d'applaudissements à chaque fin de morceau obligeant le groupe à nous remercier constamment et à attendre constamment avant de pouvoir enchainer un nouveau morceau.
S'enchainent donc avec maestria:
"Mountains Made Of Steam"
"Babylon Was Build On Fire"
"There's A River In The Valley Made Of Melted Snow"
Cette chanson demarre d'ailleurs par Efrim nous demandant de l'excuser car selon lui c'est une chanson pour enfants. Et là j'ai cru ne pas reconnaitre la version CD car jouée très très différement avec un rythme beaucoup plus lent, mais encore une claque !
"Ring Them Bells (Freedom Has Come And Gone)"
Ils terminent cette chanson en s'accroupissant tous autour d'Efrim qui lance un plaintif "Imagine the view... from a helicopter gunship... and a man comes into view... and you hit the switch and you cut that man in two". Les 2 violons, les 2 guitares accroupies + contrebasse, violoncelle autour d'Efrim semblait le porter au sommet de la Cigale pour mieux nous emouvoir. Ils se relèvent ensuite tous pour terminer la chanson en canon et saluer le public conquis !
S'ensuit un rappel où Efrim annonce qu'ils joueront encore 2 chansons donc une nouvelle. Et sachant que c'est la première date de la tournée on est donc les premiers à ecouter et voir cette nouvelle composition intitulée "Blind, Blind, Blind" et qui s'avère être une tuerie à mon sens avec des violons absolument déchirants.
Ils termineront ensuite avec "Teddy Roosevelt's Guns" joué avec maestria et le titre de cette chanson crié sans cesse à la fin par Efrim et Ian jusqu'à l'extinction des lumières... On est à genoux, les larmes aux yeux !
Bref, inoubliable !!!
Exceptionnel ! !   19/20





Recherche avancée
En ligne
180 invités et 1 membre :
To7
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?