R.E.M.

Up

Up

 Label :     Warner 
 Sortie :    mardi 27 octobre 1998 
 Format :  Album / CD   

Deux sommets en 1998. Deux trajectoires assez similaires. Deux groupes sans batteur, devenant un trio. Deux remises en question.

Comment palier l'absence d'un batteur en studio, et dans la composition ? ... Billy Corgan et la bande à Michael Stipe s'y sont arrachés les cheveux, et ont livré chacun en 1998 deux albums accouchés dans la douleur ... Up sort donc en 1998, et est l'album le plus complexe peut-être de R.E.M., fortement influencé par les sons electro alors très à la mode et d'une tristesse à briser le coeur. Après tout à l'époque, il s'agissait de chroniquer la fin de siècle, la paranoïa entourant ce nouveau millénaire et anticipant tout cela, ce disque est un retour aux vraies émotions, à la brutale sincérité, la recherche d'un absolu. On débute avec "Airporter", titre assez atmosphérique plantant assez bien le décor suivi de l'impressioniste "Lotus". C'est du rock sans en être, du rock épousant le numérique, on imagine mal "Lotus" jouée au coin du feu de camp par des scouts. L'album est lancé : "Suspicion", "Hope", "The Apologist" ou "Diminished" creusent dans la cavité electro-rock sans perdre leur coeur au milieu des tristes machines. Et c'est là le grand succès du disque: ces machines sonnent humaines, tellement humaines, pleines d'émotions, au fur et à mesure on reconnait la patte du duo Buck/Mills, et il y a Michael Stipe, dont on manque de place pour vanter les mérites. L'album s'impose après seulement une poignée d'écoutes comme du grand R.E.M, inspiré et poétique. Même le single téléphoné "Daysleeper" fait craquer, sans parler de la perle du disque, hommage vibrant aux Beach Boys de Pet Sounds, "At My Most Beautiful" dont on tomberait amoureux si elle venait à prendre forme humaine.

La suite des aventures de R.E.M. sera toujours de qualité sans jamais retoucher les cimes olympiennes atteintes sur Up. Leur dernier grand disque ?


Excellent !   18/20
par Thinwhitejs


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 27 septembre 2008 à 12 h 19

R.E.M. n'était à mes yeux qu'un souvenir de jeunesse, une mémoire de mes fêtes adolescente ou je m'émancipais en dansant sur "Losing My Religion", gaiement.

Puis Up a débarqué, je ne sais trop comment. Et R.E.M. a changé de visage. Il m'a montré l'autre face de la lune, plus inquiétante. Up est un album dense, cinglant, baigné de sons froids offerts par cette base rythmique électro dont "Hope" est le meilleur représentant. La voix de Stipe est plus sincère que jamais. At My Most Beautiful dira 'I've found a way to make you smile', mais c'est une profonde mélancolie qui m'envahit à l'écoute de ce titre. Cet album se lit d'un bloc, rarement j'en extrais un titre en particulier. "Daysleeper" est le titre le plus chaud marquant d'un repère la progression. Et la pression de retomber dans les limbes de la mélancolie, du doute ("Diminished") jusqu'au final où Stipe semble se persuader de sa liberté.

'Rapid Eye Movement' est un état de notre sommeil. Durant cette période du sommeil, l'activité neurologique est la même que durant l'éveil. Up m'a tiré d'un long sommeil et restera un de mes disques de chevet, posé au bord de mon lit.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
185 invités et 1 membre :
NicoTag
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead