Nick Cave And The Bad Seeds

Huxley's New World

Huxley's New World

 Label :     Gossip 
 Sortie :    vendredi 25 mai 2018 
 Format :  Live / CD   

Trois ans après le succès des albums Abattoir Blues/The Lyre Of Orpheus, Nick Cave a décidé de sortir un live en dvd, avec une édition dvd/cd, l'inabordable Abattoir Blues Tour. Huxley's New World, concert complet enregistré le 14 novembre 2004 au Huxley Neue Welt de Berlin, salle datant de la fin du XIXème siècle avec une capacité de 1 600 places, est donc le bienvenu.
Le découpage en deux disques respecte celui du concert. Sur le premier cd se trouve les douze titres du Abattoir Blues Set, moitié Abattoir moitié Orpheus ; sur le second cd, une bonne brassée de classiques.

Sur Abattoir Blues, c'est Jim Sclavunos qui était à la batterie et aux percussions. Thomas Wydler occupait le poste sur The Lyre Of Orpheus. C'était l'idée de Nick Cave, ici ils jouent à l'unisson, et ils cognent fort.
Le groupe est complété par un chœur gospel de trois chanteuses, elles chantaient déjà sur les albums Abattoir Blues/The Lyre Of Orpheus. Par contre quand les Bad Seeds chantent ensemble, ça sonne comme une fin de soirée dans un bar du port qui sent la bière et le mégot.

Le Abattoir Blues Set alterne entre des morceaux relativement calmes tel "Babe, You Turn Me On", et des morceaux très nerveux comme le décadent "Hiding All Away". Le superbe "Messiah Ward" est porté par le chant agressif de Nick Cave, la ferveur soul des choristes en contrepoint. A l'écoute de "The Lyre Of Orpheus" on imagine ce morceau sortir d'un mauvais prêcheur venant nous chercher pour le sacrifice.
Après le calme et nostalgique "Easy Money", "Supernaturally" nous attrape par le col et nous secoue en tout sens, l'effet sera identique quand le piano de "Get Ready For Love" déboulera à toute vitesse.
Cette première partie se termine par "There She Goes, My Beautiful World", un des titres les plus enlevé du set, avec sa rythmique soutenue et les chanteuses gospel le titre flirte avec la soul 70's.

"Red Right Hand", comme un uppercut, pour démarrer cette seconde partie. Le son de guitare ressemble à celles de Bo Diddley ou de Buddy Holly, mais comme passé à la moulinette, la tension va crescendo avant le chaos. Arrive "Deanna", enjouée, les chanteuses bien en avant sur ce morceau presque gai. "The Weeping Song" est dédicacé à Blixa Bargeld qui n'est plus Bad Seed depuis 2003, Nick Cave chante comme un teigneux prêt à en découdre au premier regard de travers. Les Bad Seeds ont déjà sorti les couteaux.
On se calme un peu avec "God Is In The House", Warren Ellis nous tire des larmes pendant que Nick Cave murmure sa peine. Puis le biblique "City Of Refuge" de Blind Willie Johnson est envoyé méchamment à la gueule du public. Sur "Do You Love Me", l'orgue et les chœurs comme dimanche à la messe, Nick Cave grogne et hurle tel une bête méchante. Pour finir "Stagger Lee", Nick Cave hargneux, encore une histoire traditionnelle de meurtre, ici dans une version déglinguée sauvée du chaos par les choristes.
Arrive pour rappel l'électrocution que tout le public attend : "Mercy Seat" où tous les instruments bastonnent les uns contre les autres.
Tender Prey encore, "New Morning" interprété par les choristes seules, comme un message d'espoir, tout n'est pas noir après un concert des Bad Seeds
Voilà ce qu'est un concert de rock, noir, dense, méchant et épuisant !

Ce concert d'1h40 est aussi sorti sur Brasil Records sous le nom Live In Berlin 2004, avec une caricature de Nick Cave en couverture. Le plus connu Swingin'Pig l'a aussi sorti avec des fleurs en couverture en l'appelant Ready For Love. L'édition chroniquée, éditée par Gossip, est vendue à un prix tout à fait abordable.
Ces sorties multiples ne sont pas le fruit du hasard, le concert était retransmis à la radio donc facilement copiable avec un son de très bonne qualité non-retouché.


Parfait   17/20
par NicoTag


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
113 invités et 1 membre :
Judas
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...