Nick Cave And The Bad Seeds

Paris [Théâtre De La Mutualité] - lundi 15 novembre 2004

Alors que Paris accueillait hier soir plusieurs excellents artistes en divers lieux (Peter Hammill, Jorane, Therion, Sick Of It All...), les abords de la rue Saint-Victor regorgeaient de monde. Le premier soir était complet depuis deux mois. Le peuple était impatient, le service d'ordre débordé. Que se serait-il passé si le concert avait dû être annulé pour des raisons techniques ? Le théâtre aurait-il été réduit en cendres ? Ces questions ne sont pas absurdes et les réponses ont failli être données...

Passons outre la prestation anecdotique et soporifique des américains de Mercury Rev pour nous concentrer sur celle de Nick Cave et de ses mauvaises graines. Le groupe est au complet (sans Blixa Bargeld, il va sans dire). Les deux batteries ne sont pas oubliées. Les chœurs non plus, représentées par quatre filles. Nick Cave, toujours impeccable dans son costume sobre, semble en forme. Le concert s'ouvre par "Abattoir Blues", titre du dernier album portant d'ailleurs le même nom. Or, au bout de quelques instants, le son est coupé. Les techniciens interviennent et le groupe repart, là où ils s'étaient arrêtés et non au début du morceau. Quelques secondes passent et stupeur: le son est de nouveau coupé. Nick Cave quitte la salle, non sans nous avoir précisé qu'il ne reviendrait que si le problème était résolu. Les techniciens étaient perplexes, le tour-manager précisant même, sous les huées, qu'ils ne trouvaient pas l'origine du problème...

Puis, une longue demi-heure s'en suit et les Bad Seeds remontent sur scène, sous les acclamations, avec un tonitruant "Get Ready For Love". Le son est assez moyen (il s'améliorera un peu par la suite), mais aucun problème n'est à déplorer. Le concert peut donc se dérouler. Toutefois, le groupe risque d'appréhender le maudit "Abattoir Blues" pour son second show parisien prévu le lendemain. Cette première partie du spectacle est essentiellement consacrée au dernier album. Près de la moitié des titres de ce double cd seront honorés: "Hiding All Away", "Messiah Ward", "There She Goes My Beautiful World", "Nature Boy", "Carry Me", "Breathless"... Les ambiances diffèrent, allant du très dynamique "Supernaturally" au très tendre "Easy Money", sur lequel Nick Cave dompta le piano pour un sublime rendu. Ce premier acte s'est conclu, au bout d'une heure bien pleine, par un remarquable "O Children", magnifié non seulement par les choristes mais aussi par le public, qui pour la première fois participait en reprenant le facile refrain.

Le temps de tomber sa veste et Nick Cave revient pour l'acte II avec un "Deanna" qui fit chavirer le Théâtre. L'intensité monte d'un cran. "Red Right Hand" met la salle sur les genoux tant la réalisation est belle et violente, limite irraisonnée lorsque la guitare de Nick Harvey et le violon de Warren Ellis s'élèvent dans les cimes, libres de toute contrainte. Le groupe ne laisse aucun répit. "Stagger Lee" est lumineux, "The Weeping Song" étincelant, d'autant plus que ce dernier s'enchaîne avec un "God Is In The House" joué au piano par Nick. Le Théâtre ovationne ce ravissant moment sous un tonnerre d'applaudissement. Le groupe se retire. Il revient quelques minutes après avec un grand "Mercy Seat", unique titre du rappel, mais hymne qui convaincra les derniers indécis...


Bon   15/20
par Som'


 Moyenne 14.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 16 novembre 2004 à 16 h 58

Après un court set de Mercury Rev dont l'ampleur du son laissait présager de grands moments avec l'ami Nick. Les Bad Seeds rentrent en scène, suivi de Nick Cave. Et patatra, plus de son après 40 secondes. Intervention des techniciens. 2 minutes après, le set recommence. 40 secondes, et paf ! Rebelote !
Nick Cave passablement énervé repart en coulisses, l'intervention des techniciens dure 40 minutes pendant lesquelles le public se demande si le show va redémarrer.
Nick Cave et les Bad Seeds reviennent, accompagnés de 4 choristes gospel, et a priori bien décidés à en découdre avec le public parisien, démarrant le concert par un morceau d'Abattoir Blues, méchamment balancé.
Mais un son particulièrement agressif pour les tympans au niveau des aigüs, en particulier sur les choeurs féminins, et une heure de set où aucun ancien morceau ne vient entrecouper l'enchaînement des morceaux de son nouveau double album, tendent à épuiser un peu le public.
Durant les rappels, il nous a gratifié de bons classiques "Red Right Hand", "City Of The Refugee", "Deanna", "Weeping Song", "Ship Song", l'inusable "Mercy Seat", et aussi une version de "Stagger Lee" moins mordante que lors de précédentes prestations mais plus inquiétante.
Le concert s'est terminé par les seuls choeurs gospel chantant a capella "New Morning".
A la sortie, un concert gâché par le son (à 42 € la place, on pourrait au moins espérer avoir un son correct), et dont l'enchaînement de nouveaux morceaux pendant plus d'une heure (l'incident technique du départ est-il à l'origine d'un changement de tracklisting de dernière minute ?) laisse un goût un peu amer au fond de la gorge.
Nick Cave peut mieux faire, et il l'a prouvé bien des fois.
Pas mal   13/20





Recherche avancée
En ligne
121 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?