Yo La Tengo

Cannes [Festival Du Pantiero - Terrasse Du Palais] - vendredi 19 août 2005

J'ai découvert le rock noisy américain ces 2 dernières années. Pêle-mêle, je me suis délecté des galettes de Sonic Youth, des Pixies, de Fugazi ... tout en espérant un jour assister à un concert faisant la part belle aux guitares soniques ! Ce sera Yo La Tengo qui me fera mon baptême !

Etrangement, je voyais ce nom revenir souvent pendant mes surfs, mais je ne les ai jamais écoutés. Grossière erreur !! Leur concert se révèlera sublimissime!
Le concert débute sur les chapeaux de roues, avec une compo incroyablement puissante, mais possédant une mélodie enjouée. Le mélange est extremement réussi. Le titre se clôt par un final noisy, ou Ira Kaplan complètement habité par sa musique, se retrouve à genoux devant son ampli à torturer sa guitare. Il ne s'agissait pourtant que de l'entrée en matière !
Le groupe entame ensuite un set plus calme, ou se succèdent morceaux folk et groovy, parmi lesquels le sublime "The Summer". Les harmonies vocales sont splendides et nous transportent dans une autre dimension. Apres 4 ou 5 titres, le concert prend un tournant un peu plus fou. Ira Kaplan installe son micro sur une des baffles de la fosse, et déclenche l'hystèrie chez les fans (imbibés) du groupe. Il annonce qu'il va répondre à quelques questions, et on apprend qu'on ne les voit rarement qu'à cause du faible nombre de spectateurs ; mais aussi que "Nuclear War" sera jouée.
Vu la réaction du public, je m'attends à quelque chose de bon.
La musique reprend ses droits pour un final merveilleux. Un dernier titre calme est joué, et donne lieu à une scène unique : pendant que Ira chante sur sa baffle, Georgia Hubley et James McNew entonnent des wap-doo-wap et mènent une chorégraphie digne des choristes noires !
Le morceau suivant est un incroyable instrumental hyper groovy : ce sera 10 minutes de bonheur, en particulier pendant le mouvement larsen et mur du son !
Pour conclure,le groupe joue ce fameux "Nuclear War". J'avoue comprendre les fans, ce morceau est unqiue ! ... J'assimile vite les paroles et me retrouve à crier 'oh yeah' et 'motherfucka', tandis que je découvre grâce à Ira que même un clavier peut être utilisé de manière sonique ! Son clavier produit un son incroyablement noisy pendant quelque minutes, avant que la musique ne s'efface lentement, laissant entendre les 'goodbye' du groupe.
Le rappel sera lui aussi monstrueux : dés que la batterie bat la mesure, je reconnais "I Heard Her Call My Name" du Velvet, reprise que Lou Reed n'aurait pas renié, tant elle magnifie ce titre. L'auditoire est conquis, et un des fans un peu saoul arrive à grimper sur la scène !

Pour ma part, j'arrive à m'esquiver hors de la fosse, et à atteindre la sorite des artistes. Dans l'ombre, Georgia et Ira entendent mes applaudissements. Ira s'approche ; j'ai le temps de prendre une photo, de lui dire que c'était génial, que les larsens étaient incroyablement puissants, que je regrettais de ne pas les avoir connus avant.
Je recueille un grand sourire de la part de cette légende, des remerciements étonnés et une poignée de mains chaleureuse, avant que d'autre fans ne le remarquent.

Un excellent souvenir !


Exceptionnel ! !   19/20
par Vintage


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
57 invités et 1 membre :
Happy friday
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?