The Kills

Fried My Little Brains

Fried My Little Brains

 Label :     Sanctuary 
 Sortie :    mardi 01 juillet 2003 
 Format :  Single / CD  Vinyle   

Le premier single de The Kills. Celui sur lequel certaines personnes se sont penchées et se dont dit : 'Tiens, un groupe un peu plus important pour une fois'. Celui sur lequel figure "Fried My Little Brains", morceau court mais puissant, rapide, et comme d'habitude (on est habitué à ce son finalement) minimaliste.
Un premier morceau de rock sombre et velvetien, depuis des années d'attentes et de pénétrations dans les lieux obscurs (et toutefois, fascinants) du trip-hop, du rock alternatif, grunge, etc. En 2003, le duo Alison 'VV' Mosshart et Jamie 'Hotel' Hince explose. Et quelle bombe ! "Fried My Little Brains" est un morceau court et incisif, aux sons sales, qui, soit dit en passant, font tellement du bien. Un morceau énervé, sexy. Une révélation. Du pur rock'n roll bluesy.
Le deuxième titre de cet EP est "Jewel Thief", qui commence blues, avec des rythmes et des percussions intéressants, comme des tapements courts et secs. La voix de VV se fait différente de ce qu'elle offre d'habitude (sur "Black Rooster" ou sur des chansons comme "Wait", sur le premier album). Elle prend une teinte plus country, sur ce son toujours aussi sale et décalé. Les paroles n'ont rien d'extraordinaire bien que le style 'infréquentable' des Kills soit déjà présent (VV et Hotel veulent du voleur de bijou comme meilleur ami). Cette chanson donne des envies de country blues à la limite du psyché. Le dernier tiers rappelle poliment l'excellent Captain Beefheart, avec des sons de vieilles guitares vintage et boites à rythmes presque inécoutables - mais tellement jouissives, si vous saviez!
Sur la version CD (et malheureusement pas sur le vinyle), il y a un troisième titre. "Sugar Baby" est ce qui se rapproche le plus du style Kills du deuxième album, "No Wow". Le début est acoustique, progressif, part d'un coup en électrique. Et puis les deux voix calmes et plus posées de VV et Hotel se collent au micro. C'est un morceau si intimiste et si triste que l'on ne sait pas comment le qualifier. On sait qu'ils parlent d'un bébé qui a détruit la relation de couple qu'entrenaient VV/Hotel avec une autres personne. Et après ? C'est le premier morceau qui s'apparenterait le plus au style Kills, ce style sale, mais triste et énervé, au bord de la crise de nerfs. Cette chanson est vraisemblablement une révélation. C'est la moins connue de tout le répertoire des Kills. Souvent, je me dis que c'est mieux comme ca. Et souvent je suis presque triste d'avoir l'impression que les Kills ne retrouveront plus ce son bluesy, car leur évolution les conduit vers d'autres chansons parfois même plus intéressantes que les premières. Mais ce morceau, Sugar Baby (au même titre que Jewel Thief et même Black Rooster) est spontané, et guidé par l'explosion de la rencontre de ces deux artistes étranges.

Le bluesy rock fut une des premières idées des Kills. En effet, Hotel l'a dit dans ses quelques rares interviews. Le blues fait partie d'eux. Et ce single le prouve. Alors, est-ce le son Kills pur? Est-ce que "Sugar Baby" est le morceau le plus profond du duo sulfureux?


Intemporel ! ! !   20/20
par Beardlessharry


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
124 invités et 1 membre :
Slowdown
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?