The Kills

Black Rooster

Black Rooster

 Label :     Dim Mak 
 Sortie :    2002 
 Format :  Mini Album / CD  Vinyle   

The Kills va devenir le prochain gros buzz, c'est entendu. Il n'y qu'à écouter le titre "Cheap And Cheerful", pour comprendre que Midnight Boom sera l'un des albums de l'année.
"Cheap And Cheerful", tube sexy en diable, alliant groove robotique infernal et la voix désincarnée de VV. On l'entendra bientôt un peu partout, à la télévision, dans les allées des hypermarchés, à la radio, ce tube irrésistible qui nous donnera aussi envie de retourner en boîte.
Pourtant, lorsque ces deux là (Alisson Mosshart, alias VV, et Jamie Hince, alias Hotel) ont débarqué, il y a déjà plus de cinq ans, je les ai trouvé un peu hautains et prétentieux, à donner des leçons d'attitude et d'éthique. Et puis, lorsque j'ai vu qu'à la différence des autres, eux joignaient le geste à la parole, je les ai tout de suite trouvé plus sympathiques, malgré leurs mines de morts-vivants. En 2002, le groupe publie un premier EP, Black Rooster, plus connu pour sa pochette qui représente Florence Rey, jeune anarchiste qui tua, avec son compagnon Audry Maupin, trois policiers et un chauffeur de taxi. On y retrouve les fantastiques "Cat Claw", "Black Rooster (Fuck and Fight)" et "Wait", plus tard disponibles sur le premier album, ainsi qu'une reprise live de Captain Beefheart ("Dropout Boogie", pour les connaisseurs) et un drôle d'intermède final, sur une petite musique pour enfant, "Gum". Remarqués par ce coup d'essai, le groupe signe chez Rough Trade et mène depuis l'impeccable carrière qu'on lui connaît.


Intemporel ! ! !   20/20
par Anouk


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
297 invités et 1 membre :
Ben147
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?