Sebadoh

Bubble And Scrape [Deluxe]

Bubble And Scrape [Deluxe]

 Label :     Domino 
 Sortie :    mai 2008 
 Format :  Compilation d'inédits / CD  Vinyle   

Certainement la réédition de Sebadoh qui fit le moins parler d'elle (c'est dire!), cette édition de Bubble And Scrape est-elle décevante ou simplement mésestimée ?

Comme pour toute édition deluxe, évidemment, il n'est pas nécessaire de revenir sur l'album original, déjà chroniqué et noté à sa juste valeur. Je me contenterai d'un peu de contextualisation. Alors que Lou Barlow et Eric Gaffney, les deux musiciens à l'origine de ce délire entre potes qu'est Sebadoh, commencent à se renfermer dans leurs délires personnels qui ne sont plus tellement entre potes, le petit jeune embauché pour faire office de troisième larron, Jason Loewenstein, prend de l'assurance et se met à composer. Loewenstein devient alors le ciment entre un Barlow qui vient de se faire larguer et n'écrit plus que des ballades dépressives, et un Gaffney en pleine bouffée d'ego-trip. C'est Loewenstein, et lui seul, qui permet aux trois musiciens de se retrouver sur un même album, même si le résultat montre bien que chacun est dans son monde. Bubble And Scrape est par dessus tout intéressant parce qu'il s'agit d'une pierre angulaire pour le groupe, le chaînon manquant entre les enregistrement lo-fi à l'arrache des débuts et les pépites pops quoi qu'un peu brutes qui suivront. C'est aussi le dernier album de Sebadoh avec Eric Gaffney. Selon Barlow, Bubble And Scrape annonce un album génial de Sebadoh qui ne sortira jamais.
Concernant les ajouts de l'édition deluxe, on a trois types de morceaux. Les démos de rigueur dont l'intérêt varie de très limité ("Bouquet For A Siren" ou "Flood/Ken") à sympa ("Sister" ou la très jolie "Happily Divided"). Ce n'est pas vraiment ce qui nous intéresse ici. Il y a les faces B qui prolongent en quelque sorte l'écoute de l'album, comme "Old Daze" ou l'excellente reprise des Necros, "Reject". Il y a aussi des trucs plus expérimentaux, un morceau en quatre parties, composées tour à tour par les musiciens, et un truc de Gaffney seul qui s'intitule explicitement "Messing Around". Et puis il y a cet instant de grâce, ce "Visibly Wasted" où l'on perçoit justement ce qu'aurait pu être Sebadoh si Gaffney était resté, s'il s'était agi d'un vrai groupe, ce qu'aurait donné cet album génial qui n'a malheureusement jamais vu le jour à cause de son départ. Dommage que cet instant soit furtif.

En terme d'objet, on est tout de même loin de la finition classieuse de The Freed Man et Sebadoh III et de leur pléthore de morceaux supplémentaires, puisqu'il n'y en a ici "que" 15, même si la qualité est au rendez-vous. Une réalisation honnête pour une version deluxe qui aurait mérité mieux. La version à posséder, indéniablement, mais le packaging ainsi que le nombre important de démos peut faire hésiter à investir quand on possède déjà l'original. Un deluxe très bon, donc, mais qui laisse sur sa faim.


Très bon   16/20
par Blackcondorguy


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
148 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...