Blonde Redhead

Misery Is A Butterfly

Misery Is A Butterfly

 Label :     4AD 
 Sortie :    mardi 23 mars 2004 
 Format :  Album / CD   

Blonde Redhead n'est décidément pas un groupe comme les autres. Après 4 ans d'absence, et des moments difficiles (parfois personnels) dans la vie du trio, ils reviennent avec ce nouvel album qui marque encore une fois l'évolution de leur style musical, et enfonce le clou. Alors autant prévenir que certains fans de la première heure seront déçus car l'énergie et le son des guitares électriques ne sont clairement plus la priorité. Toute cette énergie s'est transformée en pure beauté. L'album est très homogène, les titres comme "Anticipation" et "Elephant Woman" reflètent au mieux la direction prise. Les voix sont toujours sublimes, que ce soit celle de Kazu Makino ou d'Amedeo Pace, il y a quelque chose de magique entre la rupture et la douceur. Pour ceux qui ne connaissent pas, imaginez-vous Björk chantant du Gainsbourg influencé par Sonic Youth.
Oui, je suis d'accord on a du mal... et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il faut aller l'écouter ! Et je dis aussi cela en pensant que ce groupe, trop méconnu, peut certainement attirer un public plus large à présent. Leur nouveau label 4AD va d'ailleurs sûrement les y aider.


Parfait   17/20
par Sleepyjack


 Moyenne 16.40/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 01 mai 2004 à 11 h 56

Je découvre Blonde Redhead par cet album ... Il est à tomber par terre cet album. Il tourne en boucle en permanence.
Tu t'allonges sur ton lit, tu mets la zic bien fort (fais profiter tes voisins de cet album : c'est un excellent moyen de diffusion ... et tu te laisses transporter).
Le groupe passe en France ces temps ci, il faut en profiter : faudra prévoir les pompiers pour les arrêts cardiaques !
Les deux voix sont sublimes. Les ambiances inédites.
Excellent !   18/20



Posté le 09 juin 2004 à 10 h 17

Moi aussi, je découvre ce groupe par "Misery Is A Butterfly". Moi qui pensais que Blonde Redhead était un groupe ringard des années 80, me voilà bien con aujourd'hui à coucher sur clavier mes impressions sur cet opus.

L'ouverture de l'album donne le tempo, lent, très lent et très planant. "Elephant Woman" est la meilleure entrée en matière qu'il m'ait été donné à entendre depuis très longtemps.
Il faut se laisser envoûter par les deux voix qui parfois sont très indissociables l'une de l'autre, tant elles sont cristallines.
Bref que du bonheur pour un album un peu trop court malheureusement.
Excellent !   18/20



Posté le 31 octobre 2004 à 14 h 41

Après ses albums plutôt rock noisy mais toujours aussi purs, b+Blonde Redhead enfonce cette fois-ci le clou avec un album quasi parfait, épuré.
Le morceau d'ouverture annonce la couleur, on croirait qu'un orchestre symphonique joue avec le groupe. La suite est beaucoup plus mélancolique, explorant des voies nouvelles et autres que le petit rock banal et sans goût. Les chansons s'enchaînent parfaitement, peut-être en raison de l'alchimie entre les deux voix aigues des chanteurs. Le seul point négatif est peut-être "Doll Is Mine" qui peut parfois énerver, mais dans ce cas on passe à "Falling Man" pour se déstresser.

Un album à découvrir ; mais qu'on aime ou qu'on aime pas, cet album mérite d'être écouté (au moins) une fois.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 22 mars 2005 à 01 h 40

J'adore ! Je peux pas m'en passer de celui là ... c'est doux, c'est mélodique, c'est triste, c'est vécu.
Les arrangements sont riches et subtiles, il y a des tas de sonorités difficile à déceler. Les mélodies sont imparables, et si la première écoute peut laisser perplexe, cet album s'accroche à votre platine, et devient la musique de votre film, de votre vie. C'est beau.
Gloire à Blonde Redhead, ils ont tout compris !
Excellent !   18/20



Posté le 16 mai 2005 à 14 h 41

J'étais un peu sceptique quand j'ai lu que le groupe s'était offert de beaux arrangements avec cordes & Cie ; car j'appréciais la simplicité, la fraîcheur et l'énergie de leurs précédents albums. Je craignais d'entendre un disque un brin pompeux, comme les deux derniers Mercury rev.

J'ai pourtant été conquis dès la première minute et surtout impressionné par l'enregistrement des voix de Kazu et Amadeo. Le chant se marie à merveille avec les orchestrations qui n'altèrent en rien le style caractéristique des compositions du groupe. Car si cet album est si réussi, c'est en grande partie dû à la présence de 11 chansons encore une fois toutes excellentes.

Blonde Redhead réussi ici un coup de maître, qui leur apportera certainement la reconnaissance qu'ils méritent depuis quelques temps.
Parfait   17/20



Posté le 29 juin 2005 à 15 h 52

Mode d'emploi:
- prenez votre CD (ou vinyle),
- insérez-le dans votre lecteur,
- fermez les yeux... Vous ne voyez plus rien... Pas besoin de regarder un paysage ou quelconque objet pour pouvoir voyager, Mysery Is A Butterfly suffit à lui-même pour faire éclore le papillon qui sommeil en vous. Un papillon de mille couleurs accompagné d'une mélancolie sans précédent.
Une musique transcendante, des sonorités de grandes qualités et des voix... des voix.... (Qui à dit qu'il fallait un vibrato pour avoir avoir une belle voix).
Cette album est tout simplement sublime, authentique, pure.

Est-il nécessaire de rappeler que les inconditionnels de Radiohead et de Gainsbourg y trouverons certainement leur compte ?
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 28 mars 2006 à 00 h 01

"Astro Boy": C'est avec ce morceau que tout commence...

Blonde Redhead ? C'est qui ce groupe ? Voyons voir ce qu'on peut dégotter sur le net. Quelques cliques de souris plus tard je découvre "Astro Boy" (sur leur 1er album). Pas mal, pas mal du tout.

Beaucoup plus tard, lors d'un rituel déambulatoire dans le rayons disques je tombe sur Misery Is A Butterfly en promo. Bah pourquoi pas, j'achète.

En avant Misery Is A Butterfly voyons c'que t'as dans l'ventre.
PLAY: Aïe Aïe Aïe !!!
1er titre, dejà je déchante : "Elephant Woman", une chanson digne de figurer sur la bande originale de L'Inspecteur Derrick (si un tel CD existe...). Pas de panique on enchaîne avec le titre suivant. Mince toujours la même impression de traîner dans un bar glauque/ringard de feuilleton télévisé. Et c'est comme ça de titre en titre, impossible d'accrocher plus de 40 secondes sur chaque chanson (toutes plus crispantes les unes que les autres) et l'ennui a raison de moi.
Que faire de ce disque ? Lui laisser une autre chance ? Une autre écoute ? C'est ce que j'ai fait pour cette chronique...

"Astro Boy" bien ce morceau, vraiment bien, mais bon je crois que je vais en rester là...
Immonde !   2/20



Posté le 25 juillet 2007 à 21 h 44

Misery Is A Butterfly est une découverte assez étonnante et surprenante mais pour le moins agréable.
L'ambiance trouvée ici semble unique, parfois bien inspirée mais malgré tout unique. La voix contribue largement au style mais le côté instrumental en fait la plus grande partie. En effet le jeu souvent plat et simple trouve sa subtilité dans des complexités et des précisions à relever, au préalable, pour une bonne appréciation de la composition. On peut également y déceler un certain nombre de passages légèrement plus épicés, plus doux aussi, plus tendre... de façon générale il y existe une variété de subtilités qui contribue à cet atmosphère unique et qui montre ici une oeuvre crée bien en dehors des sentiers battus de la musique traditionnelle en restant toutefois imprégnée d'une musique plus rationnelle.
Cet album semble être une salade de fruits aigre-douce colorée et goûteuse en légèreté, une surexcitation des papilles gustative, pour tous ceux à la recherche de saveur nouvelles ceci en est un opus indispensable.
Excellent !   18/20



Posté le 07 mars 2008 à 11 h 48

Avec ce Cd, j'ai pu initier la longue liste d'artistes et d'albums découverts grâce à l'aide de ce site. Après quelques écoutes notamment du premier titre "Elephant Woman", je m'achète l'album et là ! Bim bam boum, comme disent les gens rigolos ! Une énorme claque !

Une mélodie mélancolique et légère vous entre dans la tête dès les premières notes de "Elephant Woman". On entre dans leur univers directement et ce voyage dans cet univers mystique et fantastique qui nous semble trop court. Une telle grâce, une telle finesse dans les arrangements, de telles montées en puissance, une telle voix, tantôt sur la rupture pour Kazu, tantôt hypnotique pour le bassiste Amedeo, une telle "telle"... Un tel album !

Un album maîtrisé de bout en bout, en totale rupture, avec les mélodies noise-pop des précédents albums, fondateur du nouveau style "Blonde" qui se retrouvera dans 23, l'électro en moins.

Gros coup de coeur donc pour "Elephant Woman", "Misery Is A Butterfly", "Messenger", "Misery" et "Falling man". Un opus à écouter le soir, toutes lumières éteintes, pour vous bercer et guider calmement jusqu'à Morphée... Ou un opus qui peut clairement vous terrifier, et vous empêcher de dormir...

Cette dualité d'appréciation, c'est clairement ce que j'aime avec la musique !
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
183 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard