Napalm Death

Apex Predator – Easy Meat

Apex Predator – Easy Meat

 Label :     Century Media 
 Sortie :    mardi 27 janvier 2015 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Ce dernier album de Napalm Death ne serait-il finalement pas leur meilleur, toutes périodes confondues ? La fusion définitive d'un Grindcore brûlé au dernier degré et des tentatives passées pour proposer un Death Métal Industriel aliénant ?
Déjà, il y a la pochette, terrible, de cet Apex Predator – Easy Meat, bien dégueulasse mais pourtant tellement dans le ton. De toute façon qui associe des fleurs à la musique de Napalm Death ? Ensuite, il y a à la fois l'expérimentation folle du titre d'ouverture qui te colle dans une ambiance de poisse et de misère absolue avec un style à la fois totalement nouveau pour les Anglais et qui leur va pourtant comme un gant, un truc comme "Metaphorically Screw You" qui me fait penser à "My Own Worst Enemy" du E.P. Greed Killing ou encore des changements de cap qui pourraient parfaitement s'apparenter à un Godflesh particulièrement inspiré (Dear Slum Landlord..."), bref c'est une branlée sans commune mesure. À mon sens, le groupe n'a jamais aussi bien sonné.
Les blasts sont fous, le chant de Barney inénarrable (il ose même le chant presque clair !), les riffs hyper brutaux, inspirés comme jamais, la batterie foudroyante, ces mecs sont tout bonnement incroyables. Qu'après autant d'années d'existence, Napalm Death soit encore en mesure de composer quatorze compositions aussi originales, c'est un putain de bras d'honneur à tous ces connards qui se prétendent artistes mais qui ne font que sortir tous les douze mois le même album, voire qui enchaînent les live et les compilations pour garder une pseudo actualité et masquer leur flagrante médiocrité et la perte totale d'inspiration. Il y a ceux qui ont tout dit en un disque, d'autres qui, en trente ans de carrière, n'ont toujours pas épuisé leurs réserves. Apex Predator – Easy Meat est un des disques-clés de cette année, indescriptible dans son extrémisme.
Napalm Death, c'est une leçon de persévérance, de talent et d'intégrité, un chemin que plus d'un petit merdeux serait bien inspiré de suivre plutôt que de soigner ses statuts sur les réseaux sociaux. L'arrêt de mort des poseurs.


Exceptionnel ! !   19/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
194 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...