The Gathering

If Then Else

If Then Else

 Label :     Century Media 
 Sortie :    juillet 2000 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Le cinquième album des hollandais. Des guitares plombées que les neo-metalleux s'empresseront de piquer pour leurs médiocres recettes, aux synthés kitschs mais étonnamment succulents, en passant par les cordes et les samples toujours mesurés et jamais vulgaires... Si le format est cette fois-ci plus court (ce qui surprend au premier abord), les onze titres de cette année 2000 sont beaucoup plus éparpillés que le fabuleux voyage homogène que fut How To Measure A Planet ?, le but étant tout autre...
Avec If Then Else, The Gathering estimait qu'il 'était temps de faire un album qui botte le cul'. "Rollercoaster" et "Shot To Pieces" sont en cela un excellent début : le premier titre abat les racines du metal gothique à chant féminin en enrobant de machines et de cor (magnifique outro) le riff typique, tandis que le second relève les tempos habituels du groupe et s'avère étonnamment efficace de simplicité. Deux premiers titres beaucoup plus directs que tout ceux de l'opus précédent, qui a défaut d'être de véritables concessions offre une entrée plus aisée à leur univers que l'avait fait How To.... Cependant, il n'y aura par la suite guère plus d'autres morceaux pour rappeler par des plans aussi 'simples' et avec autant d'évidence le passé du groupe, le riff 'simple' de "Colorado Incident" empruntant magnifiquement une petite bifurcation Pink Floyd pour mieux annoncer les power chords qui suivent, et l'interlude "Beautiful War" étant d'une humeur trop optimiste pour rappeler quoi que ce soit de gothique.
L'apparence heavy de If Then Else est donc erronée du fait que The Gathering sache décorer (et pas maquiller) son metal des tissus les plus précieux. C'est en ce domaine que le groupe est le plus compétant depuis au moins How To..., l'inventivité sonore ("Analog Park" est magistral en puisant dans tout les registres) qui sait plaire en restant discrète, voire ici devenir carrément populaire : surtout les planants "Bad Movie Scene" et "Saturnine" qui en d'autres termes sont les tubes qu'Evanescence n'arrivera certainement jamais à faire, et qui mériteraient une chronique à eux seuls. A l'époque et pour ceux dont l'attention n'était pas monopolisée, il n'aura donc pas fallu beaucoup plus d'un mois pour faire taire les millions de stupides affirmations de l'autre continent criant au génie sonore du White Pony des Deftones. En ce sens, les lancinants "Amity" et "Morphia's Walt", s'ils sont très différents l'un de l'autre, n'auront même pas besoin de décocher un seul graisseux riff pour justifier leur présence, et deviennent en ce sens deux des écoutes les plus magiques.
Après quelques secondes de repos, le chapitre If Then Else se clôt en douceur sur une plage ambiante nommée "Pathfinder" dont il est difficile de ne pas tomber amoureux par sa capacité à mettre nos esprit en apesanteur : une autre chose que sait merveilleusement faire The Gathering.


Excellent !   18/20
par X_YoB


 Moyenne 17.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 07 mai 2006 à 16 h 19

Pas facile de donner suite à un album comme How To Measure A Planet ! C'est sans doute pour celà que le groupe nous propose avec ce If Then Else une sorte de patchwork de tout ce que le groupe sait faire. De leurs propres aveux, l'album a été réalisé rapidement et ils n'ont pas vraiment eu le temps de faire sonner cet objet comme ils le désiraient ni de peaufiner leurs compos. Ceci n'en fait pas pour autant un mauvais album de Gathering, loin de là. Mais celui-ci semble juste un peu décousu, comme s'il n'avait pas un vrai fil conducteur à l'inverse de son prédecesseur. Le groupe retourne d'ailleurs à ses premiers amours métaliques dès l'ouverture de l'album avec le riff plombé de "Rollercaster" et "Shot To Piece" (avec une production bien plus dynamique d'ailleurs) mais n'en abandonne pas pour autant les pièces atmsphériques comme "Bad Movies Scene" et le superbe enchainement "Analog Park"-"Herbal Movement" tout à fait dans l'esprit de Planet. On sent que le groupe à acquis une énorme expérience qui lui permet de sortir un bon album de transition et de flirter avec tous les styles comme le metal, l'atmoshérique, le trip hop et un coté pop indé qui s'affirme de plus en plus comme sur "Saturnine", "Amity" ou "Morphia's Waltz". Un très bon album !
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
109 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?