Animal Collective

Here Comes The Indian

Here Comes The Indian

 Label :     Paw Tracks 
 Sortie :    2003 
 Format :  Album / CD   

C'est le troisième album des désormais reconnus Animal Collective, et après le très pop Spirit They've Gone... et le nettement plus foutraque Danse Manatee, ce bien nommé Here Comes The Indian ressemble bien à une proposition musicale des plus intéressantes. Ca commence avec "Native Belle", drôle de morceau ambient que j'ai mis un certain temps à apprécier. Divers samples s'additionnent et voguent sur ces 10 minutes presque apaisées, jusqu'à l'énorme tube "Hey Light": nappes de voix délirantes démultipliées et inversées, cris d'hommes animaux, batteries qui claquent, guitare suraiguë, chant incantatoire et comique, tout monte jusqu'à la transe, puis s'affaisse brutalement avant de repartir vers une minuscule prière, sussurée et chantonnée, claquement de mains à l'appui. Il faut un certain temps pour se remettre de cette baffe monumentale, de ce morceau grotesque et magnifique, expérimental et ludique, quasi inaudible et pourtant jouissif. Le reste de l'album est à l'avenant : on y trouvera pêle mêle les éléments qui ont fait le succès du groupe, mais en bien plus free et agressif. Ici, il n'y a pas de clivage entre bruit et mélodie, chaque "chanson" est à la fois une prière païenne, un bordel noisy, un tube pop massacré, et un océan d'expérimentations débiles, surprenantes ou merveilleuses. On bondit de joie à chaque trouvaille, on sourit comme un idiot face au boucan déployé et on scande ces hymnes primitifs sans jamais se lasser, tant la méthode qu'a choisi Animal Collective pour exprimer sa joie de vivre et sa jeunesse semble idéale.


Exceptionnel ! !   19/20
par Cosmicjim


 Moyenne 13.33/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 13 novembre 2008 à 23 h 21

On dit que Animal Collective est un des groupes les plus novateurs du moment, la tendance absolue en matière d'électro foutraque psychédélique bâtard accouché en plein Brooklyn. Je ne demande qu'à voir. Here Comes The Indian me tombe alors entre les mains et là je comprends. Du bruit. Du vide. Et rien d'autre. Faut pas pousser mamie dans les orgies ! Comment peut-on crier aux génies (si tant est qu'il y en aient plusieurs) alors que ce disque n'est d'une collection de chutes de pistes déchues ou pire qui n'a pas lieu d'être. Ces Américains se donnent des grands airs de précurseurs, d'innovateurs mais de quoi ? De cacophonie ? Peut-être bien mais on a du mal à distinguer leur volonté de se faire passer pour de grands manitous musicologues aspirant à une musique post apocalyptique ne reposant que sur un chaos total à celle de marabouts prêchant je ne sais quel dogme illégitime. Mais quelle que soit la finalité de cet album ou du moins ses aspirations, l'évidence est que d'une ça fait mal à la tête et que de deux bourré, la tête écrasée sur un clavier on peut reproduire à peu près les mêmes sons, et je fais bien attention de ne pas parler de sonorités voire de mélodies ! "To Sails On A Sound" tu parles ! Je ne pense pas qu'il y est un album plus récalcitrant que celui là. Ni que cette ablation mélodique soit pire qu'une lobotomie consentie (de force ou non). Mais le pire c'est qu'à part deux morceaux supra longs les animaux n'osent pas souvent franchir le seuil des 5 minutes où tout est fou, tout est trop défoncé. Comme si leur trip sous corn flakes génétiquement modifiés n'était pas assez puissant pour être à la hauteur de ce que tout bon frappadingue attend. Un délire sans fin, affranchi de toute barrière qui pourrait arrêter cette folie créatrice... En l'occurrence ici il y a erreur sur la personne. Animal Collective croit peut-être pouvoir un jour passer à la radio ? Ca me ferait bien rire. En somme un très bon album a passé chez soi pour faire chier les voisins. Ou pas. Ca dépend si on tombe sur un passage où ils font les foufous. Mais de toute façon ça ne durera pas bien longtemps...
Nul   3/20



Posté le 15 novembre 2008 à 11 h 10

Ceux qui pensent qu'en matière de musique, tout à déjà été fait, ont tort.
En 2003 sort l'inimaginable Here Comes The Indian des allumés de l'Animal Collective, repoussant aussi loin que possible les limites de la créativité bien ancrée dans ses habitudes.
On aime ou on n'aime pas, et beaucoup n'aimeront pas, pour les autres il faudra du temps et pas mal de curiosité pour apprécier cette expérience musicale. A la fois tribal, animal et expérimental, ce disque plonge son auditeur au milieu d'une forêt vierge perdue au plus profond de l'esprit, une sorte de trip mystique qui s'étend sur 7 titres tous plus incroyables les uns que les autres.
L'album est fort en couleurs et en contrastes, avec des passages paisibles ("Instant Dressing Table", "Two Sails On A Sound") qui alternent avec d'autres complètement survoltés ("Panic", "Slippi").
Novateur et visionnaire, Here Comes The Indian est indispensable à l'écoute, ne serait-ce qu'une fois, pour avoir un nouveau regard sur la musique et se rendre compte qu'il nous reste encore beaucoup à explorer. Voilà la révélation qui nous apparait à la fin de l'écoute de ce disque.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
96 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused