Nits

Urk

Urk

 Label :     CBS 
 Sortie :    vendredi 20 octobre 1989 
 Format :  Live / CD   

Urk est peut-être bien la porte d'entrée idéale dans la discographie classieuse des Nits, tant ce double live fleuve qui contient 29 chansons enregistrées à Amsterdam, Utrecht et Moscou lors de la tournée Dutch Mountains / Hat dans l'hiver 88-89 reste époustouflant en 2006.
Cet album culte à la pochette noire très connue reste l'un des plus beaux succès du groupe batave, parce que la qualité d'entregistrement atteint la perfection tout en retransmettant l'ambiance live (atmosphère qui a beaucoup évolué avec les années comme leur discographie, de plus en plus bigarrée).
Sur ce disque, figurent ensemble pour la première fois les mini-tubes issus du mini-album Hat de 88 et ceux de l'album précédent, In The Dutch Mountains. A savoir, "The Train", "JOS Days", "The Dream", "In the Dutch Mountains", qui deviendront jusqu'à aujourd'hui les favorites des concerts Nitséens, des chansons magiques et entraînantes et incroyablement originales...
"Nescio", "Adieu Sweet Bahnof", "Bike In Head", ou "Home Before Dark", les perles un peu plus anciennes complètent ce joli tableau de chasse en forme de work in progress. A l'écoute, on sent que les Nits tiennent quelque chose d'unique à cet instant précis de leur parcours. Ils remodèlent leur répertoire, lui apporte un sens inédit de l'espace et de la mise en son, se débarrassent définitivement du côté raide et arty qui persistait jusque là. Les Nits deviennent l'un des meilleurs groupe de scène au monde à ce moment là et semblent au faîte de la maîtrise de leur monde foldingo-féérique. Ce disque magique, tout en nuances, est le témoignage en direct d'une des seules tentatives passionnantes et réussies de surgissement d'une pop continentale, Europpéenne, tournée vers les polders autant que les Balkans, la Scandinavie jusqu'à des rivages plus latins. Les Nits sont les seuls artisans de l'idée d'une pop continentale, d'une valse industrielle, ou l'influence anglo-saxonne sera de moins en moins substancielle.
La voix chaude et puissante de Henk Hofstede et son jeu de guitare acoustique, le toucher subtil, exceptionnel, du batteur percussionniste Rob Kloet, le jeu de sorcier fou du clavier RJ Stips, les silences qui enrobent la musique, l'humour, la mélancolie font de ce disque un must. Un des plus beaux disques live de l'histoire.


Exceptionnel ! !   19/20
par Bagolut


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
332 invités et 2 membres
Happy friday
Thebluegoose
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :