Foo Fighters

One By One

One By One

 Label :     BMG 
 Sortie :    mardi 22 octobre 2002 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Résumé des épisodes précédents.
Après trois albums dont la qualité est inversement proportionnelle au nombre de mots dans leur titre, la bande à Dave Grohl fait une pause. Ce dernier rejoint les QOTSA pour un disque extraordinaire puis nous sort ce One By One quatre ans après There Is Nothing Left To Lose, soit un intervalle de temps deux fois plus long qu'à l'accoutumée. Entre temps, le rock est revenu à la mode par l'intermédiaire de ces fameux groupes en The.
Alors, les Foos nous ont-ils pondu encore une fois le même disque ?

Surprise: non.

Cet album marque un retour au rock. Fini le son passe-partout d'Adam Kasper, le groupe fait appel à un producteur au nom aussi imprononçable qu'il est difficile à écrire, fan de musique bien rentre-dedans. Résultat: les grattes sont de retour (Chris Shiflett, le second guitariste venu de la scène hardcore ne doit pas y être étranger), le son est plus sale. Bref, que du bon.
L'album s'ouvre sur le surpuissant "All My Life" suivi de"Low" (dont le titre donne le rythme par antiphrase) puis arrive "Have It All" qui, quatre ans auparavant, eût été sirupeux à souhaits. Viennent ensuite l'excellent "Times Like These", "Disenchanted Lullaby" (accusant une légère perte de vitesse), le chouette "Tired Of You" et l'efficace "Halo". "Lonely As You " débute comme la soupe servie en 1999 par les Foos mais hop, accélération, le morceau devient super pêchu. Les deux titres suivants, "Overdrive" et "Burn Away" sont complètement anecdotiques et font franchement office de remplissage... Heureusement, "Come Back" vient remettre de l'ordre dans tout ça et clôt l'album sur une bonne note, et sur une bonne impression.
Résultat: on retrouve ici ce qu'on aime dans ce groupe: des mélodies accrocheuses, des paroles dans lesquelles tout un chacun se reconnaitra, des chansons efficaces et des guitares bien fortes. Et il y a quand même moins de remplissage qu'avant ! Bref, le parrain de tous les musiciens de la scène rock actuel montre qu'il faut toujours compter sur son p'tit groupe.

One By One, s'il n'est pas un disque inoubliable, comporte suffisamment de bons morceaux pour être de ceux que l'on se remet avec plaisir une fois par mois, un dimanche matin de gueule de bois, histoire d'émerger !


Bon   15/20
par Thinwhitejs


 Moyenne 12.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 20 juillet 2011 à 15 h 35

Aah, les Foo Fighters...

Je me souviens la bonne claque que je m'étais pris en 1997 en découvrant "Monkeywrench" alors que les choses les plus rocks que l'on pouvait entendre à l'époque à la radio, c'était Big Soul, Prodigy ou encore Alanis Morissette : autant dire rien! Du coup, j'ai toujours gardé énormément de sympathie pour le groupe et pour son leader (il faut dire que j'ai grandi avec Nirvana, aussi)

Parti vers d'autres horizons musicales, j'étais par chance passé à côté de l'horrible There Is Nothing Left To Lose, et je n'ai découvert ce One By One" que sur le tard dans une volonté de me remettre à la page avec ce groupe qui m'avait tellement fait vibrer.

Ca ne commence pas trop mal avec un tube efficace, "All My life", qui a pu faire aux ados de 2002 l'effet que m'avait fait "Monkeywrench" en 1997. On lorgne presque sur le métal, ce qui n'est pas trop pour me plaire, mais il faut reconnaitre que le morceau fonctionne. Même chose pour "Low", la mélodie catchy est servie par un enrobage couillu, la chanson en elle-même ne restera pas dans les annales, mais elle s'écoute agréablement.

Et puis...

Et puis, bah...C'est tout. Le reste de l'album berce dans la power pop FM la plus insipide. Je comprend que l'album cartonne quand on le découvre après le précédent, qui est encore pire, mais quand on laisse The Colour And The Shape où chaque chanson porte l'album pour trouver ce disque sans saveur, c'est assez triste!

Que l'on plonge dans la ballade ou dans la power pop énervée, chaque chanson est un ratage que l'on veut oublier au plus vite. "Times Like These" rejoint "Learn To Fly" au panthéon des chansons au succès incompréhensible (et malheureux : on est obligé de se les farcir en live, du coup!). Seule "Tired Of You" avec Brian May en guest star tire son épingle du jeu, sans fierté vu la qualité des autres titres.

Heureusement, on finit sur une touche sympa avec un "Come Back" plus que correct, qui ne justifie pas de se farcir le reste de l'album mais en est certainement le morceau le plus intéressant.

On sait que les Foo Fighters ont connu des déboires avant de sortir ça, il n'y a qu'à voir la photo de Taylor Hawkins sur la pochette arrière. On sent l'influence du passage de Dave Grohl par les Queens of the Stone Age sur l'ensemble de l'album (et surtout sur l'excellente b-side "Walkin' A Line", dont l'absence sur l'album est un très mauvais choix de plus), mais quand on voit le rendu final, on se dit qu'il aurait mieux fait de rester derrière les fûts d'Homme et Oliveri.

Inutile de préciser que mêmes les meilleurs morceaux souffrent d'une réécoute trop intensive. Voilà donc le plan d'écoute de ce One By One : pas plus d'une fois tous les 6 mois (grand max!!!) et seulement les pistes 1, 2, 6 et 11. Encore mieux : laissez-le de côté et écoutez plutôt The Colour And The Shape!
Pas terrible   9/20







Recherche avancée
En ligne
148 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead