Foo Fighters

Paris [Accords Arena Bercy] - lundi 03 juillet 2017

 Foo Fighters
Cher Dave,

Tout avait pourtant bien commencé. Une journée ensoleillée, un public nombreux et impatient d'en découdre, et Red Fang en première partie. Bon, le quartet de Portland n'était pas aidé par le son caverneux de Bercy (si, Dave, quand t'entends rien et que la voix du chanteur fait écho, c'est que le son est pourri) et aurait pu choisir une setlist un peu plus catchy, en incluant par exemple "Hank Is Dead", "Reverse Thunder" ou "Number Thirteen". Mais ça fait toujours plaisir d'entendre "Wires" ou "Prehistoric Dog" pour les oldies et des nouveautés comme "Cut It Short". L'accueil du public aurait pu être un peu plus chaleureux aussi, m'enfin on ne va pas chipoter, c'est toujours un plaisir de les voir.

Non, Dave, ce qui me chagrine, c'est plus la prestation de ton groupe. En fait, pas la prestation en elle-même, parce que niveau implication, t'es irréprochable. Seulement, tu ne peux pas nous foutre la trique avec un début de malade à base de "Time Like These", "All My Life" et "Learn To Fly", puis te rhabiller et te casser ensuite. Nous refoutre la trique et recommencer tes petits jeux sadiques. Continuer ainsi tout le concert. Ça ne se fait simplement pas. Allumeuse, va !

Imagine le truc, tu prends trois baffes dans la gueule avec un public au taquet (sérieux, les mecs faisaient des circle pits et slammaient à balle) et tout retombe en raison d'un choix de chanson malheureux ("Something From Nothing" si tu veux un exemple). On se dit que c'est peut-être un mauvais choix et que ça va repartir de plus belle par la suite, d'autant que t'as enchainé avec "The Pretender". Et puis non, patatra, tu commences à l'ouvrir pendant des plombes et à nous présenter les membres de ton groupe. Alors d'une, on les connait déjà et de deux, on se serait allégrement passé de votre medley à base de Alice Cooper, Rush, Yes et Queen. À la rigueur, si tu veux faire plaisir aux légendes, balance-nous du AC/DC, du Motörhead, du Aerosmith ou du ZZ Top période 70's si t'as trop envie de te fouler.

Ensuite, le gros problème, c'est que tu accordes trop d'importance à des chansons qui n'en méritent pas. T'as fait ça tout au long du concert. Avoue-le, tu sais très bien que tu caches à chaque fois la vacuité de tes récents albums derrière un concept. Exemples : faire un album dans un garage en analogique pour Wasting Light ou enregistrer une chanson dans une ville différente et chargée d'histoire musicale pour Sonic Highways. Sans parler des albums où l'on ne trouve pas grand-chose à grailler. Pourtant, le morceau "Skin and Bones" passait plutôt bien. Ton nouveau morceau "Dirty Water" était même plutôt ok. Mais t'as pas le droit de nous asséner des bouses comme "Congregation", "Walk", "These Days", "Run" ou "Arlandria", à raison de deux ou trois d'affilée, quand tu comptes des tueries comme "Breakout", "Stacked Actors", "Low", "No Way Back", "For All The Cows" ou "I'll Stick Around" dans ta besace (que tu n'as pas jouées d'ailleurs...). Tu peux pas nous faire subir un tel ascenseur émotionnel. Salaud !

Ok, t'es peut-être plus aussi fringant qu'avant et t'as besoin de préserver ta voix. Et ben ferme-la entre les chansons, alors ! Tu sais, ton blabla, ça prend avec les gens qui n'ont jamais vu les Foos auparavant. T'as beau nous raconter qu'un concert à Paris est spécial, que ton groupe ne passe pas assez par chez nous et que tu arrêtes de te préoccuper de la setlist au bout d'un moment (sauf que tu joues la même tous les soirs), ça ne prend pas. Ce qu'on veut, ce sont des actes. Sérieux, Dave, tu parles trop. D'autant qu'en France, tu as devant toi des gens qui font semblant de comprendre l'anglais. J'appelle ça le " Syndrome du chanteur anglophone ". Peu importe le concert, dès qu'un mec parle anglais, les gens rigolent : "Hello Paris, this song is about a serial killer" "Ahahahah". "I'm depressed" "Ahahahaha". "My mom died yesterday" "Ahaahah, trop fort le type". Donc tu l'auras compris, ça ne sert à rien de nous infliger ton blabla.

En tout cas, t'as de la chance d'avoir composé "My Hero", "Monkey Wrench", "This Is A Call" ou "Everlong", parce que le concert aurait été plombé par des phases d'ennui mortel autrement, et de ne pas avoir ménagé ta peine.

Bon allez mon pote, sans rancune, pense à ce que je viens de te dire la prochaine fois que tu nous rends visite et retourne-nous Bercy pendant tout le concert, et non plus par épisodes.

Bécots.


Correct   12/20
par Thorn


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
102 invités et 1 membre :
Beckuto
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :