Foo Fighters

There Is Nothing Left To Lose

There Is Nothing Left To Lose

 Label :     Roswell 
 Sortie :    mardi 02 novembre 1999 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Jamais avare d'un changement de personnel, c'est en trio que les Foo Fighters enregistrent leur troisième opus. En effet, suite à la défection de Pat Smear, Dave Grohl assure seul les guitares, le fidèle Nat Mendel est toujours à la basse alors que la batterie est tenue par Taylor Hawkins (l'ex d'Alanis Morissette pour ceux que cela intéresse).

Comme d'habitude, le groupe reste fidèle à la formule qui a fait son succès: de bons petits morceaux pop-rock light, des jolies mélodies accrocheuses, des paroles sympa, un son super limpide et sans aucune aspérité... bref, un disque idéal quand on a 17 ans.
Mais pas lorsqu'on est plus âgé.
Bah oui, de la part d'un mec qui a révolutionné le rock quelques années plus tôt, on attendrait un truc un peu plus sale, qui colle et qui tache tellement que même skip machine n'en viendrait pas à bout à 90°. Or, à part l'ouverture par "Stacked Actors" et ses guitares à la charge, tout est bien formaté rock FM. "Breakout" et "Learn To Fly" ont beau être de bonnes chansons hyper efficaces, elles sonnent tout de même bien mainstream... Le traitement sonore infligé par Adam Kasper a lissé tout l'ensemble, gommé tout ce qui aurait pu accrocher pour rendre l'album bien commercial. Et du coup, quand les mélodies (le point fort du groupe) ne sont pas à l'avenant, les morceaux sonnent bien creux et passent totalement inaperçus et dilués dans l'album (il suffit d'écouter "Aurora" pour s'en convaincre). Et puis, depuis 1995, le truc a un peu perdu de sa fraîcheur. Bref, rien de vraiment mémorable.
Dave Grohl en était apparemment conscient puisqu'il se jettera ensuite dans le projet Probot qui-déchire-sa-mère avant de retourner en studio avec les énormes Queens Of The Stone Age pour un Songs For The Deaf d'anthologie. Puis de livrer avec son groupe l'excellent 1X1 (ou One By One). Et là, même avec une lessive efficace sur 99 sortes de taches, on n'en ressortira pas totalement propre.


Moyen   10/20
par Thinwhitejs


 Moyenne 9.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 30 janvier 2006 à 20 h 36

On, avant toute chose je tiens à préciser que je suis un fan des Foo Fighters, mais je suis bien content d'avoir emprunté ce disque, et pas de l'avoir acheté. Alors on y va... C'est quoi ce disque ? Qu'est-ce qui lui a pris à Dave Grohl de sortir cette infâme daube ? Je n'ai jamais écouté The Color & The Shape mais à ce qu'il parait il est pas trop mal, mais de la part d'un groupe qui a sorti 4 ans auparavant un génial album éponyme, c'est franchement décevant. Sur ce disque, les Foo Fighters nous proposent une espèce de bouillie pop/punk infâme, les mélodies sont sucrées au possible, les voix insupportables, en bref, une soupe inaudible... Quelle horreur ! Et c'est d'autant plus incompréhensible que le groupe rehaussera le niveau dès la sortie de One By One, l'album suivant... On a franchement du mal à comprendre... C'est bien simple, ce disque, je l'ai écouté une fois et honnêtement, je n'ai pas réussi à l'écouter plus que ça. J'ai tout essayé, le mettre dans l'ordre ou choisir un morceau au hasard, rien n'y fait, passé la première fois -où l'album parait déjà pas terrible- impossible d'écouter plus de 30 secondes sans avoir immédiatement envie de couper/vomir (au choix, les deux étant valables). Même votre pire ennemi ne mériterait pas qu'on lui inflige ce supplice musical (quoique pas sûr que les morceaux de There Is Nothing Left To Lose méritent le terme 'musical'...). Je vais malgré tout laisser un point. Attention : pas parce qu'il y a un morceau qui se détache, non, tout reste plat du début à la fin, aucun intérêt à l'intérieur du disque, mais par contre le nom du disque est très bien choisi : There Is Nothing Left To Lose ('Il n'y a plus rien à perdre'), il est sûr qu'après avoir sorti ça, les Foo Fighters ne pouvaient que faire mieux... A n'acheter sous aucun prétexte !
Exécrable ! !   1/20



Posté le 27 août 2006 à 22 h 51

Après l'excellent second opus du groupe The Colour And The Shape, inutile de dire que les fans avaient placés la barre haute en ce qui concerne le troisième album. Soyez rassurez, celui-ci tient à mon goût toutes ses promesses et plus encore !

L'album débute sur la guitare heavy de Dave pour "Stacked Actors", un des morceaux les plus agressif de l'album, du même style que le futur excellent "All My Life". Viens ensuite "Breakout", bon même si légèrement lassant, BO du film Orange County avec Jack Black, ami de Dave Grohl et fondateur de Tenacious D. L'ambiance très électrisé jusque là, se détend ensuite avec l'excellent "Learn To Fly". Les Foo Fighters en ont d'ailleurs fait un clip hilarant et bourré d'auto dérision. Le titre suivant "Gimme Stiches" est décevant par son manque d'originalité, ressemblant plus a une face B qu'à un titre mûrement élaboré.

L'album continue ensuite sur le très bon "Generator". Dave Grohl explore comme a son habitude des différents chemins (comme "Weenie Beenie" par exemple, qui était très métal) pour cette fois créer une chanson très inspirée et beaucoup plus mélodique que des titres comme "Breakout". "Generator" s'écoute encore et encore avec à chaque fois l'impression de redécouvrir ce titre. "Aurora", le titre le plus long de l'album qui frise les 6 minutes, est un exemple de douceur dans le monde du rock que Dave Grohl manie à la perfection, comme si cela était la marque de fabrique de cet album.
Dans le reste, on notera principalement "Next Year", bon morceau du même style que l'excellent "Walking After You" tiré du second album cité plus haut , et surtout "Headwires" qui est je pense, le meilleur morceau de l'album. La batterie entraînante de Taylor Hawkins ainsi que la basse hypnotisante de Nate Mendel captivent l'attention dès les premiers sons de caisse claire et font de ce morceau un chef-d'oeuvre où la guitare n'intervient qu'au refrain, assez inhabituel chez les Foo Fighters !
On en serais presque a regretté lorsque la chanson se termine.

En conclusion, le troisième album des Foo Fighters There Is Nothing Left To Lose est relativement bon même si il faut souligner qu'il est beaucoup plus calme que le précédent, voir peut être trop calme pour les fans du 1er album éponyme qui était beaucoup plus heavy, plus en rapport avec l'influence Nirvana sur Dave Grohl. Cet album marque probablement une transition vers un nouveau style plus calme et power-rock que grunge.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
305 invités et 1 membre :
NicoTag
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?