Herman Düne

Mas Cambio

Mas Cambio

 Label :     Track & Field 
 Sortie :    lundi 01 septembre 2003 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Et si on profitait d'une chronique d'un disque de Herman Düne pour proposer une petite leçon de québécois ? L'idée peut sans doute paraître saugrenue, mais elle semble malgré tout très bien convenir pour revenir sur ce disque paru en 2003.

"Broche à foin" : C'est l'expression qui, inévitablement, me vient à l'esprit quand on évoque ce groupe. Peu de lecteurs de XSilence doivent savoir qu'il s'agit d'une expression québécoise, difficile à définir précisément, mais qui désigne quelque chose d'un peu mal foutu, déglingué, voire tordu.

"Broche à foin", Herman Düne l'est à mes yeux sous bien des points. Et ce disque, paru sur un label anglais, presque simultanément avec Mash Concrete Metal Mushroom, sur un autre label (les barbus sont connus pour leur productivité légendaire), ne déroge très certainement pas à la règle.

Les instrumentations, tout d'abord, sont "broche à foin". Une flûte inattendue par-ci, un djembé par-là, un banjo au détour d'un couplet, des guitares nonchalantes partout. Le style ne change pas, jamais très loin de gens comme Cat Power ou les Palace Brothers. La recette Herman Düne reste la même, donc, sur ce 4ème album (5ème, si on inclut celui partagé avec Cerberus Shoal).

Les paroles sont tout autant "broche à foin", comme dans toute la discographie des frangins suédois (et de leur comparse suisse). "I'd shave my face into clark gable's but i wouldn't be at my best", "you got into my little blue japanese car, your hair smelling good from the shower", "I want to wear tight jeans and raglan sweaters and dance at your luau night". Des textes simples, parfois idiots, qui sentent le banal, le quotidien et l'improvisation. Tantôt drôles, tantôt teintés d'une légère mélancolie : "Everybody dies in august, when no ones cries", ou le morceau "My Friends Kill My Folks".

Le chant, "broche à foin" ? Certainement, comme d'habitude. André et David se passent le micro d'un morceau à l'autre. Les vocalises sont parfois moyennement assurées. Mais la perfection ne sera jamais le but recherché par les Düne. Les chœurs ou le chant additionnel sont dans la même veine. On y croise des amis du groupe, toujours les bienvenus en studio, notamment Turner Cody, Jack Lewis, Laura Hoch, ou encore la sympathique chorale du Flower Choir Ensemble.

Alors, oui, tout cela est "broche à foin". Le groupe, et ce disque en particulier, sont un bon exemple pour illustrer ce concept on ne peut plus québécois. "Broche à foin", certes, mais combien efficace ! Cet album est certainement leur meilleure parution à ce jour. Les mélodies simples entrent directement en tête, le disque tourne et retourne sur la platine sans qu'on s'en lasse. Tantôt il nous rend nostalgique, tantôt il nous apporte une immense bonne humeur. La musique y semble naturelle, sensible, touchante. Folk, anti-folk ou indie lo-fi, peu importe : c'est diablement efficace et cet album confirme l'intérêt pour ce groupe qui, l'air de rien, a réussi à devenir incontournable.

"Broche à foin", pour finir, Herman Düne l'est encore plus sur la scène, sa deuxième maison. Leur sens de la mélodie et de l'improvisation y prend toute sa dimension. Mais cela, c'est une autre histoire ...


Excellent !   18/20
par Mage


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
318 invités et 1 membre :
Deub
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused