The Jon Spencer Blues Explosion

Crypt Style

Crypt Style

 Label :     Crypt 
 Sortie :    1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

1992 voit naître l'un des meilleur groupe de sa génération, le Jon Spencer Blues Explosion de Russell Simins, Judah Bauer, et bien sur de Jon Spencer. Trois hommes fermement décidés à ne plus laisser le blues entre les mains de gens comme Eric Clapton. Trois hommes décidés à rendre à cette musique son parfum provocateur, charnel, et authentique. Jon Spencer était déjà connu pour sa participation dans Pussy Galore et Boss Hog (avec sa femme, la belle Christina Martinez) mais c'est avec son nouveau groupe qu'il va trouver le moyen d'exprimer pleinement son talent phénoménal.
En 1992 donc, le Jon Spencer Blues Explosion sort son premier album: Crypt Style. Premier album décliné de manière pour le moins obscure étant donné qu'il existe une autre version de ce disque intitulé The Jon Spencer Blues Explosion (publié chez Caroline Records) au tracklist sensiblement différent (20 chansons au lieu de 18) et la version vynil propose également un tracklist différent avec seulement 17 morceaux. Nous nous en tiendrons pour l'instant à la version la plus commune, à savoir le Crypt Style à proprement parlé en version cd.
Tout d'abord, 18 chansons pour une durée totale de 38 mn, on peut dire qu'on n'a pas le temps de comprendre ce qui nous arrive. 18 salves de blues furieux qui déboulent pied au planché, interprétées avec rage et désinvolture par ces jeunes chiens fous qu'ont toujours été le Blues Explosion.
Comme tous les premier disques, Crypt Style porte en lui l'inexpérience du Blues Explosion. Il se cherche encore, et ne se trouvera vraiment qu'avec le sublime Orange. Mais quel bonheur que ce disque débordant de charme juvénile. Les morceaux s'enchaînes les uns aux autres sans nous laisser le temps de respirer, Jon Spencer s'impose déjà comme une petite frappe arrogante et frimeuse qui n'a de leçons à recevoir de personne. Le blues reçoit enfin ses électrochocs salutaires grâce aux assauts foudroyant du génial Judah Bauer soutenu en cela par un Russell Simins pachydermique. On pense parfois au regretté Gun Club tout en sachant qu'une nouvelle ère commence. L'ère du Jon Spencer Blues Explosion.
Ça tape du pied, ça racle, ça éructe on n'espérait plus revoir la musique du diable aussi bien portante. Ça fonce dans le mur, ça réfléchit pas, ça donne envie de danser, c'est physique... c'est génial !!! C'est le Jon Spencer Blues Explosion.


Très bon   16/20
par Max


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
227 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?