The Dandy Warhols

Thirteen Tales From Urban Bohemia

Thirteen Tales From Urban Bohemia

 Label :     Capitol 
 Sortie :    lundi 12 juin 2000 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

- Quelle est la plus grande escroquerie du rock and roll des années 90 et 2000 ?

- Heu... Muse ?

- Non ça c'est la deuxième plus grande.

- Ah ben, je sais pas alors...

- The Dandy Warhols !

- The Dandy Warhols ?

- Exactement !

- Ben pourquoi ? C'est plutôt cool, non, trois mecs et une nana avec une vraie attitude rock'n'roll, qui ont toujours su mettre les guitares en avant avec des bons riffs bien sentis...

- Ben tu vois, c'est pas tellement l'image que j'ai d'eux...

- Attends !!! Sur Thirteen Tales..., t'as entendu ce putain de titre qu'est "Bohemian Like You" ? Y'a quand même quelque chose !! Si ça c'est pas un riff à faire danser les morts, j'y comprends plus rien moi !!! Ces mecs-là ont quand même une aptitude indéniable à créer des putains de morceaux, non ?

- Ah ben non, justement ! Il est bien là le problème ! Ce que je vois c'est surtout des mecs qu'ont passé du temps à écouter Beggars Banquet des Stones et qu'ont pris une putain de claque sur "Street Fighting Man" ou "Stray Cat Blues" !!! Très sincèrement, je vois ça comme du pompage pur et dur... et le niveau créatif est plutôt proche de 0.

- Mouais... moi j'aime bien quand même, c'est sympa !

- Ben si tu veux... mais il arrive un temps où il faut passer à autre chose que des chansons tout juste "sympas", tu voies ?

- Attends !!! Et "Bohemian Like You" mise à part, t'en penses quoi de "Thirteen Tales..." ? C'est carrément pas mal du tout, non ? Tu vas pas me dire que c'est une escroquerie, ça quand même ?

- Ben, au risque de te décevoir on en est vraiment pas loin... "Godless" qui ouvre l'album est totalement vide et sans âme, on ne ressent rien, et le chant de Courtney Taylor-Taylor est assez affligeant, et malheureusement, cette chanson est à l'image de l'album...

- Putain... alors toi, t'es vraiment trop con, tu sais vraiment pas apprécier les bons albums !

- Ben si tu le dis... Non, ça c'est bien trop fade pour moi !

- Putain, mais y'a bien quelques titres que t'as aimés quand même ?

- J'admets avoir accroché au début sur "Mohammed", mais c'est pas renversant non plus . Allez, "Sleep" est une plutôt bonne chanson: bien foutue avec une ambiance très calme et intime... Ouais, "Sleep" est pas mal ! Mais sinon... "Nietzsche" est réellement pénible du haut de ses 5 minutes 40 et puis des titres comme "Get Off" ou "Shakin'" ont déjà été entendues des milliards de fois et n'ont vraiment plus grand chose à offrir... au grand désarroi de leurs créateurs d'ailleurs... Sinon, "Country Leaver" qui se veut sans doute une chanson kitsche ou issue d'un tout autre univers frise la caricature et s'en est affligeant tellement le non-intérêt est mis en avant... Et je ne te parle pas des chansons totalement insignifaintes que sont "Big Indian" ou "Cool Scene" !! Non, cet album est indigeste et je te le laisse !

- Attends... t'es sérieux là ?

- Oui, complètement. Soit c'est du repompage, soit ça n'a strictement aucun intérêt... Thirteen Tales... ? Non merci, très peu pour moi !

- Pffff... T'es vraiment trop nul ! Tu finiras dans le staff de Xsilence toi !

- Hihihi, c'est déjà fait ça !


Insipide   7/20
par X_Jpbowersock


 Moyenne 13.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 12 juillet 2005 à 22 h 21

Après deux albums passant d'un peu de noise à de fortes rythmiques, les Dandy Warhols semblent avoir voulu, pour ce troisième album, ajouter un souffle épique à leur musique, ajoutant la trompette et les guitares accoustiques à leur arsenal, pour servir un album crépusculaire, digne d'une fin de siècle ...

C'est "Godless" qui débute l'album, introduisant aussitôt ces deux instruments pour une cavalcade en plein désert, dans la fraîcheur du petit matin. Nait alors en nous cette impression de chaud et de froid qui nous lâchera rarement au cours de l'album.
Cette sensation de bien-être se perpétue dans "Mohammed", ballade planante où notes de guitare et grincements sont égrennés sur une rythmique simple, une sorte de blues apaisé, chanté avec une voix de fausset par un Courtney Taylor plus doux que jamais. Le bruit revient avec "Nietzsche", mais on reste dans du rock de somnanbule ; les Dandys sont assoupis et nous communiquent leur heureuse torpeur : rythmes pachidermique, chants soufflés, refrains bruyants mais aux nombreuses arabesques ...
La musique s'arrête pour la première fois de l'album (les précédents titres étant liés), pour reprendre avec une sorte de country déglinguée et dissonnante, finalement assez crispante ("Country Leaver"). Les morceaux suivants ("Solid" et "Horse Pills") le seront tout autant, cherchant le minimal mélodique pour maximiser la rythmique, singeant le Beck des débuts, dans un mélange de Hip Hop et de Grunge peu convaincant, et confinant à la blague (quelques paroles de Courtney Taylor ou de Zia McCabe attestant cette impression).
Heureusement, le groupe se ressaisit pour le premier single de l'album, "Get Off", sorte de "Blue Grass" (enfin il me semble) épique et rythmé, tubesque, entraînant et entêtant, un grand point fort de l'album.

C'est sur de bonnes bases que l'on peut alors repartir, d'abord sur une nouvelle ballade planante ("Sleep", écho parfait de "Mohammed"), puis sur une petite pop doucette ("Cool Scene"), avant de passer au grand tube de l'album et du groupe, repris par la pub, l'excellent "Bohemian Like You" (on me dira qu'il est entièrement pompé, mais ne connaissant pas l'original, je me contente de brailler 'Wouhouhou' à chaque refrain) : pop song parfaite, sorte de surf music qui rayonne de bonne humeur et de peps, du good feeling en tube.
Les derniers titres seront nettement moins marquants, bien que plutôt réussis, alternant le pseudo grunge de "Solid" ("Shakin'"), un morceau pop rock tres anglais ("Big Indian"), et finissant par un gospel ensommeillé -et un tantinet chiant- ("The Gospel").

Ce "Thirteen Tales" est donc bien inégal, hésitant entre titres appaisés très réussis et tentatives de rock à guitares ratées ... Heureusement à l'écoute, ces derniers titres passent vite inaperçus, et l'album laisse une impression de Western sous morphine, de musique du soir, parfaite à écouter dans un moment de grande fatigue, tant pour accompagner sa lassitude que pour raviver quelques flammes.

Un bon album de good feeling somme toute, mais qui aurait gagné en qualité s'il avait été défait de ses titres les plus caricaturaux.
Très bon   16/20



Posté le 04 novembre 2005 à 23 h 48

Je me souviens qu'à la sortie de cet album, les Dandy Warhols avaient reçu beaucoup de critiques positives. 5 ans après, je trouve toujours que c'est un album correct sans comprendre les éloges de l'époque. Certes, "Get Off" est véritablement un grand titre, mais après ... C'est vrai, on peut encore citer "Godless" et le puissant "Horse Pills" parmi les grandes réussites. Mais dans l'ensemble, je trouve ce disque un peu mou sans être mauvais. Et des titres comme "Cool Scene", "Country Leaver" ou "The Gospel" me laissent assez indifférent. Bref, je suis toujours mitigé, mais comme ça se laisse écouter, avec tout de même trois très bons titres, et bien ça sera 14/20.
Sympa   14/20



Posté le 07 septembre 2006 à 14 h 32

J'adorais le néo-métal (je vous parle d'un temps, que les moins de seize ne devraient pas connaitre), Korn, Deftones... Du pus plein les boutons, en baggy, skate et Kiri goûter pour finir la journée...
Deux disques m'ont sauvé la vie: Rotten Apples des Smashing Pumpkins (j'en vois qui rigolent dans le fond) et Thirteen Tales From Urban Bohemia de nos chers intéressés du jour.
Alors oui, c'est vrai, on va retrouver à redire sur ce disque: c'est surfait, c'est lisse, il est où le Come Down ?
J'aquiesce, c'est entendu, c'est pas leur chef-d'oeuvre. Mais enfin merde quoi, la disto crade ("Nietzche"), les synthés, les "hou, hou, hou" ("Bohemian Like You"), le son brut des guitares, la trompette, la feel good music, tu veux que je l'entende où tout ça ?
Chez Limp Bizkit ?
Non, y'a pas, vive les Dandys.
Grâce à eux, le rock est redevenu pour moi une véritable affaire de moeurs. Tout avait de nouveau un sens dans ma tête: les attitudes, les poses, le groove. J'ai envie d'être nombriliste, je suis un dandy. Rien d'autre.
Ils déclament la prose d'une autre époque ?
Tant pis, je m'y retrouve -sois sixties et tais-toi.
Who, Kinks, Beatles, à moi !
Je parcours les routes sinueuses de la mémoire d'un monde délavé et puant le patchouli, mais c'est ok. Rien ne sera jamais plus pareil. La musique n'a plus d'horizons, de frontières, de genre, ni d'âge, pourvu qu'elle soit bonne.
Tout mon empire peut alors s'écrouler tranquille, de grandes oeuvres m'attendent désormais.
Merci les Dandys.
Très bon   16/20



Posté le 30 juin 2009 à 00 h 17

Grand groupe mais album décevant.
Pas remis de l'hypnotique Come Down et de l'épique album blanc (le premier album) des Dandy Warhols, je fonce à la médiathèque comme chaque semaine et me décide à enfin regarder dans les dernières mais déjà anciennes chansons des Warhols. Ce Thirteen Tales From Urban Bohemia qui date de 2000 est super décevant.

Pourquoi ? Parce qu'on a l'impression, à l'exception de certains titres comme "Bohemian Like You, "Get Off", "Nietzche" ou "Shakin", que les Dandy Warhols se la coulent douce, buvant une menthe à l'eau fraiche à l'ombre d'un palmier puis au passage se mettent à gratter quelques accords bien conventionnels et vide de créativité. Pas de nouveauté ici, on gère ce qu'on a su faire dans "Come Down" mais on s'ennuie, on cherche une trouvaille, quelques sonorités excitantes par ci par là pour donner ce côté sixties et sudiste à leur musique, mais ca finit plutôt en blues apathique et un peu facile... Oui, je suis déçu de cet album qui ne mérite pas d'être acheté mais qui par contre mérite d'être connu pour ses deux pépites que sont "Get Off" et "Bohemian Like You". Véritables dynamites hippie rock dancefloor quoi !!

Quoi qu'on en dise, sur ces deux titres, on a de nouveau envie de faire l'amour et de tenir le plus longtemps possible. C'est très très bon, et groovy.
Voilà, en clair cet album est à éviter mais dégustez donc ces deux chefs d'oeuvre de fins de disque que sont "Get Off" et "Bohemian Like You". Vous m'en direz des nouvelles !!
Correct   12/20







Recherche avancée
En ligne
158 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...