The Dandy Warhols

Dandys Rule OK ?

Dandys Rule OK ?

 Label :     TK 
 Sortie :    jeudi 06 avril 1995 
 Format :  Album / CD   

The Dandy Warhols ont sorti, en 1996, ce Dandys Rule OK ? en guise de premier album. Les Dandys, dans leur habitude de brouiller les pistes, de garder l'ambiguïté entre parodie et musique 'sérieuse', semblent avoir décidé de changer de style de musique a chaque album.
Cet album ne déroge pas a la règle, et s'il annonce beaucoup des éléments que l'on retrouvera dans la suite de leur carrière (goût du psychédélisme, dérision, chœurs un peu surf music...), il comporte ses propres particularités (un fort accent noisy voir grunge parfois).
Tout commence par une petite annonce style 'je passe à la télé', 'Get ready for a massive concoction of Rock'n'Roll with... The Dandy Warhols !'. Commence alors une chanson à la production très sèche, où la guitare comme la batterie ont un son rêche, annonçant un peut tous les éléments majeurs de l'album: beaucoup de cœurs, de voix éthérées, de petits partages en vrilles de guitare, un son crade assez grunge. La suivante, "Ride" (!) ajoutera quant à elle la pierre noisy a l'album, enrobant sous une chape de bruit le chant aigu et vaporeux...
S'ensuit un voyage par des chansons du même tonneau, relativement indistinctes et indifférenciables. Des bonnes chansons qu'on oublie vite, qu'on oublie même d'écouter. Une bonne musique de fond, avec tout plein d'ingrédients bien chouettes, mais où la sauce ne prend pas... Pas d'excitation particulière, pas de sursaut rock'n'roll, pas de pied qui bouge ni de tête qui oscille... On survole les reliefs de cette musique d'au-dessus des nuages, ne percevant qu'un infini champ cotonneux et amorphe. Seuls ressortent du brouillard quelques petits bouts de flûte jazzy à la Jethro Tull ("(Tony, This Song Is Called) Lou Weed") ou la voix de Courtney qui se fait plus virile de temps à autres ("Not Your Bottle"). Un instant, on retrouve les Dandys tels qu'on les connaît: au travers du brouillard qui se fait ténu, on aperçoit une longue plage psychédélique ("Dick") comme celles des albums futurs, une ballade charmante et dépressive, poignante si l'on si attarde un peu ("Just Try"), un morceau épique qui nous réveille un peu, mais nous laisse trop haut pour véritablement nous intéresser ("Nothing").
C'est finalement "Grunge Betty" et ses riffs cinglants et son rythme speedé qui nous rappellera qu'il se passe quelque chose en bas, et qu'il serait bon qu'on aille y faire un petit tour. Premier morceau véritablement intéressant de l'album, "Grunge Betty" fait débiter ses paroles à Courtney, qui se prendrait même à crier. Les guitares hurlent, c'est l'orage, on repasse sous les nuages, on se met à bouger, head-banging, pied qui oscille, on retrouve nos Dandys et on se prépare à l'atterrissage.
On atterrit donc, et c'est une ville sombre qui nous accueille. Il fait nuit, les rues sont désertes, l'air est chaud et moite. On se sent oppressé, des bruits lointains nous inquiètent. On comprend que l'on va se perdre ici, dans les détours de cette ville inhospitalière: "It's A Fast Driving Rave-Up With The Dandy Warhols Sixteen Minutes" est une pièce psyché de 16 minutes, comme son nom l'indique, qui démarre avec des bruits de moto et se perpétue dans un riff de guitare et un rythme de batterie que rien ne semble pouvoir perturber. Une impression d'être coincé dans le morceau, que ses retournements nous en cachent toujours l'issue. Un morceau qui peut faire peur pour peu qu'on soit assez bourré et imaginatif. Une petite merveille de psychédélisme et d'ambiance.
Enfin, un joli final orientalisant clos l'album, mais passera assez inaperçu après ce qu'on vient de se mettre dans les tympans.

Bref, Dandys Rule Ok ? est un album qui commence à prendre de l'intérêt à la 10e piste ("Dick"), et qui finit par un quart d'heure de bonheur extatique. Savoir s'il vaut le coup de l'achat, je n'en sais pas grand chose. Je l'écoute rarement en entier, mais je suis content de posséder dans ma discothèque ce final enthousiasmant. Et puis on peut le trouver régulièrement a 7 euros dans les grandes surfaces du disque...


Sympa   14/20
par Lupus


 Moyenne 15.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 15 mai 2008 à 12 h 31

Dandys Rule OK ? Commence avec une introduction qui présente rapidement les Dandys, et les met en scène comme dans un spectacle ou concert.
Puis les premiers riffs de guitare de "The Dandy Warhols'TV Theme Song". Et cette première chanson est vraiment peu entraînante, des choeurs plutôt énervants kitsch à souhait c'est trés fade. Mais "Ride" commence et instinctivement la voix de Courtney Taylor-Taylor nous prend, elle commence à se former. Le morceau n'est cependant pas exceptionnel pour autant mais il a quelque chose, on n'est plus dans le même album que la chanson mievreuse du début : "The Dandy Warhols'TV Theme Song". "Best Friend" est dans la lignée de "Ride" elle passe presque inaperçue.
Mais là "Not Your Bottle" commence et l'album aussi. Elle comporte quelque similitude avec "Big Indian" de Thirteen Tales From Urban Bohemia mais elle est bien meilleure. On commence à s'engouffrer dans l'album réellement.
Puis tout va trés vite , "(Tony This Song Is Called) Lou Weed" Nous démontre enfin que les choeurs des Dandys ne sont pas si mauvais que ça. Avec "Nothin' To Do" on est définitivement plongé dans l'album. "The Coffea And Tea Wrecks" ressemble au style musical de Welcome To The Monkey House, elle n'est néanmoins pas au niveau des trois chansons précedentes.
Puis On arrive a "Genius" et c'est parti, on est sous morphine jusqu'au réveil brutal de "Grunge Betty" qui nous avertit... Car il faut avoir le plein contrôle de soi-même pour "It's A fast Driving Rave Up With The Dandy Warhols Sixteen Minutes" Qui est sans doute le meilleur morceau des Dandy Warhols, on est sur la route, en moto et la voix de Courtney Taylor nous donne le départ, c'est parti pour une course effrénée de 16 minutes dans laquelle la tension monte au fur et à mesure , le rythme ne s'arrête pas. Une batterie qui sert quasiment de métronome. A la fin de ces 16 minutes on est en sueur, trempé. Le final paraît presque insignifiant par rapport à ce qu'on vient de vivre.

Pour finir cet album est sans doute le meilleur des Dandys (comme le dit Anton Newcombe) Il contient toute la rage présente dans le premier album qu'on ne retrouve jamais aprés... Il y a evidemment des mauvais morceaux, comme dans tous les albums des Dandys mais il y a également des perles. Je pense que il vaut le coût de l'achat si on veut connaître un tant soit peu les Dandy Warhols.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
113 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?