Biffy Clyro

Birmingham - Royaume-Uni [O2 Academy] - jeudi 18 décembre 2008

Je vous épargne les détails des deux groupes qui ont assuré les premières parties. Ne me remerciez pas, je vous en prie. Le deuxième groupe se barre, les roadies installent le matos... La scène est surplombée d'une estrade. Tiens, étrange...
Un rideau tombe, nous empêchant de voir ce qu'il se passe.
Le temps passe, passe, passe... Il est toujours difficile de savoir combien de temps s'écoule dans ces moments remplis d'adrénaline.

Puis, la musique de fond s'arrête, la lumière se coupe, et le foule s'anime et commence à pousser. Les premières notes de Living Is A Problem Because Everything Dies résonnent, et la, je ne sais plus ou je suis. Je suis à la limite de l'arrêt cardiaque, j'ai attendu ce moment depuis longtemps, et quelle chanson pourrait mieux ouvrir les hostilités que celle-ci ? Le rideau tombe après quelques mesures, et révèle la première surprise (énorme surprise) de la soirée : une estrade est occupée par 5 jeunes femmes, toutes violonistes !!! Un concert de Biffy avec les violons, non mais c'est un rêve ou quoi ??
La chanson démarre, et la, c'est la folie dans la fosse. Le son est ENORME, et mes boules quies ne sont vraiment pas de trop. Les violons renforcent encore plus la toute-puissance de cette chanson, qui gagne décidément en profondeur en live. Simon est possédé, il gesticule dans tous les sens, martyrise sa 6 cordes comme à son habitude. Sa voix est parfaite, loin des quelques mésaventures du passé, et pourtant il ne s'économise pas. Des la fin du morceau, son tee shirt blanc est quasiment transparent, et ses cheveux collés au visage comme après une bonne grosse bataille d'eau.

Pas de répit pour autant, sa guitare n'a pas fini de siffler que le groupe enchaine avec "Saturday Superhouse". Un vrai hymne live. Ben matraque sa batterie, et le voir dégainer ses parties si complexes avec une force démentielle est tellement plaisant !!! Il n'arrêtera d'ailleurs jamais de sourire, visiblement ravi de l'accueil réserve par le public de Birmingham.
Passé "A Whole Child Ago", une des chansons "dispensables" de Puzzle (mais tout de même sympathique en live) et "Get Fucked Stud", le groupe enchaine avec "Joy Discovery Invention", deuxième gros moment du concert après cette fabuleuse première salve que fut "Living Is A Problem". Tout le public reprend en cœur le refrain, a tel point que Simon ne chantera quasiment pas de tout le morceau. Deuxième moment "chair de poule" donc, et premier sourire sur le visage de Simon, qui remercie le public de l'avoir bien aidé au chant.

"The Ideal Weight" enfonce tout sur son passage (bien que l'interprétation soit un poil "sage" et finalement un copié-collé du CD), mais c'est bien "9/15ths" qui remporte la palme du gros son après 7 morceaux. Les violons sont de nouveau de la partie et rendent encore une fois tout son potentiel a ce titre démentiel en forme de rite répétitif et hypnotisant. Le final nous laisse sur les rotules, mais pas le temps de se reposer puisque après les énormes version de "27" et "Semi-Mental", jouées a 1000kmh comme si leurs vies en dépendaient, le groupe me (nous) fait le cadeau d'enchainer avec une de mes pistes préférées de leur premier album, a savoir Convex, Concave. Le final est démentiel, le son à couper le souffle (littéralement).

Le groupe se retire, et quelques instants plus tard, Simon réapparait seul sur l'estrade, guitare sèche en bandoulière. Il interprétera une version belle à pleurer de "Folding Stars", seul avec le public comme écho. Ben et James reviennent pour "Machines", simple et efficace. Apres ce petit moment de répit acoustique, le loop électro de "Glitter And Trauma" résonne petit a petit dans nos oreilles, Simon fait monter la sauce a coup de petits riffs étouffés, jusqu'a ce que Ben lance le riff de batterie. La, c'est l'apocalypse dans la fosse. Surement l'une des versions les plus violentes que j'ai pu entendre du groupe, et toujours ce son de malade à rendre sourd (une deuxième fois) Beethoven. Le groupe prend vraiment son pied, Simon change de micro, gesticule, dégouline comme un Mister Freeze en juillet.

Le final est encore une fois dantesque, Simon hurle comme mort de faim pendant que Ben est presque debout à massacrer sa caisse claire et sa ride. Le temps passe, déjà 13 chansons, et on se dit qu'on s'approche du final, puisque Glitter conclude habituellement le set des Ecossais. Mais non, le groupe reste et enchaine sur une version sympa et Presque karaoké de Justboy. Simon laisse le public faire le boulot, et prend son pied. "Love Has A Diameter" passe sans que je n'y prête vraiment attention, c'est vraiment la chanson que j'aime le moins du groupe, et même le live ne l'aide pas a se rendre intéressante.

"Who's Got A Match" me réveille et secoue bien la fosse. "Only One Word Comes To Mind" débarque et surprend tout le monde, étant très peu jouée en live. C'est bien dommage, car elle passé très bien l'épreuve du live. Le dernier single en date, Mountains, réussit également son passage live avec mention, déjà un des favorites du public.

Le groupe se retire une deuxième fois, et revient pour version classique de "Now I'm Everyone", avant de faire monter la sauce avec "As Dust Dances".

"57", favorite du public, fait sauter la fosse dans tous les sens. On sent la fin du concert, après une set-list "marathon", mais Simon lance le riff d'intro de "Now The Action Is On Fire!", pendant que les violonistes reviennent.
Là, c'est la folie, 6 minutes de furie totale. Simon grimpe sur ses amplis et saute au balcon, essaye d'ouvrir la sortie de secours du haut, d'abord par la poignée, puis a coup d'épaule, avant de disparaitre soudainement. On attend un peu, puis Simon réapparait sur scène, visiblement super énervé, et le dos en sang. Plus tard, on apprendra par un mec qui était au balcon que Simon s'est battu contre 3 vigiles qui n'ont pas apprécié son coup d'épaule contre la porte...

Bref, un concert sauvage, carré, violent, un son énormissime (mes oreilles sifflaient malgré les boules quies) et un groupe plus que jamais poussé par l'envie de se faire plaisir et de faire passer un bon moment à son public. 22 chansons, des violons, que demander de plus... Du grand Biffy, du grand frontman en la personne de Simon... On attend la suite !!!

Setlist

Living Is A Problem Because Everything Dies w/ Strings
Saturday Superhouse
A Whole Child Ago
Get Fucked Stud
Joy.Discovery.Invention
The Ideal Height
9/15thsw/ Strings
27
Semi-Mental
Convex, Concave
---------------------------
Folding Stars Acoustic
Machines w/ Cello
---------------------------
Glitter And Trauma
Justboy
Love Has A Diameter
Who's Got A Match?
Only One Word Comes To Mind
Mountains
----------------------------
Now I'm Everyone
As Dust Dances
57
Now The Action Is On Fire! w/ Strings


Exceptionnel ! !   19/20
par Paint


  Setlist


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
115 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?