Muse

The 2nd Law

The 2nd Law

 Label :     WEA 
 Sortie :    lundi 01 octobre 2012 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Tous les trois ans, rendez-vous est pris avec Muse pour un nouvel album. Après un The Resistance en demi-teinte et qui sentait par moment la panne d'inspiration (souvenez-vous de "Unnatural Selection" en guise de sous-"New Born"), on commençait à se demander si Muse, après cinq albums, n'était pas entrain d'emprunter la pente descendante. Eléments de réponse ci-dessous.

Après avoir célébré les dix ans de l'album "Origin Of Symmetry" lors du "Carling Weekend" (festivals de Leeds et Reading) en 2011, Matthew Bellamy avait annoncé qu'il était temps de tourner la page et que son groupe allait désormais se diriger vers toute autre chose. Le seul hic, c'est qu'il nous avait déjà fait le coup plusieurs fois jusque là sans que ça ne se traduise de manière flagrante dans les faits.
Au début de l'été cependant, un trailer faisait son apparition sur le net afin d'annoncer la sortie de The 2nd Law à la rentrée. Ce trailer prenait la forme d'une espèce de journal télévisé du futur accompagné d'une bande-son résolument dubstep. Si certains criaient déjà à l'opportunisme, il fallait bien reconnaître qu'il s'agissait d'un son jamais entendu chez Muse. Opportuniste ou pas, on peut dire aujourd'hui que "The 2nd Law : Unsustainable" est un des meilleurs morceaux de l'album grâce à sa puissance et son originalité.
Peu après, c'est le morceau "Survival" qui fit son apparition sur la toile, et on ne tardait d'ailleurs pas à apprendre qu'il serait l'hymne officiel des Jeux Olympiques de Londres. Pour le coup, on revenait à du Muse nettement plus convenu, entre musique classique et grosses guitares, le morceau rappelait un peu "United States Of Eurasia" en plus couillu. En somme donc, du Muse pur jus mais réussi.
Enfin, quelques semaines plus tard, c'est le morceau "Madness" qui fut présenté en tant que premier single officiel. Toujours pas de trace de dubstep. Le morceau, malgré un début plutôt perturbant, était cette fois un bel hommage à U2 période Achtung Baby entrecoupé par un solo de guitare que n'aurait surement pas renié Brian May.
Certes, on avait déjà Coldplay qui se prenait pour U2 et on aurait pu se passer que Muse en fasse de même, mais il faut croire que c'est le passage obligatoire pour durer une fois les premiers albums passés. Qu'importe, dans le genre, "Madness" est un bon morceau, autrement plus inspiré que "Big Freeze", également présent sur l'album, et qui emprunte beaucoup (trop) à la bande à Bono. Le problème des titres qui ont filtré avant la sortie du disque, c'est qu'il s'agissait globalement des meilleurs. Résultat, une fois l'album enfin dans la platine, c'est un peu la douche froide.
Le titre d'ouverture appelé "Supremacy" peine à convaincre malgré les montées dans les aiguës de Bellamy qui pourront rappeler les premiers albums du groupe. "Animals" passe correctement également avec son début rappelant un peu "Microcuts" mais l'ensemble a tout de même un peu de mal décoller. Mais le drame n'est pas là.
Que dire de "Panic Station", titre groovy aux paroles ridicules qui semble directement inspiré par la variété internationale des années 80. Même remarque pour "Follow Me" sauf que l'on évoquera cette fois la décennie suivante. Mais quelle mouche les a piqués ? Que le trio ait envie de délirer un peu, soit, personne ne leur avait reproché leur reprise de "Can't Take My Eyes Off Of You" il y a plus de dix ans, mais c'était resté une b-side, il aurait du en être de même pour ces deux morceaux. Quand on écoute "Panic Station", on peut alors imaginer sans mal Bellamy se lancer dans une reprise de "Wake Me Up Before You Go Go". Si certains trouveront le délire amusant, pour les autres, la (mauvaise) blague aura un arrière gout très amer.
Et ce n'est pas fini, nous n'avions pas encore eu droit à la ballade guimauve. C'est "Explorers" qui s'en charge ! Encore plus sirupeux que "Unintended" en son temps, c'est dire. Il faut vraiment entendre Bellamy murmurer à la fin du morceau "Shhhhh, go to sleep" genre "bonne nuit les petits". Il ne peut pas chanter ça sérieusement ??
Heureusement, quelques bonnes surprises prennent le relais, notamment via les deux titres chantés par Chris Wolstenholme, le très calme "Save Me" suivi du plus rythmé "Liquid State". Deux bons petits morceaux, certes pas extraordinaires non plus, mais qu'on saura apprécier vu le niveau global du disque. La seule chose, c'est que sur ces deux titres, le changement de voix fait qu'on n'a plus trop l'impression d'écouter Muse. Le diptyque "The 2nd Law : Unsustainable / Isolated System" clôt enfin l'album de manière assez réussie même si l'ambiance des morceaux n'a rien à voir avec le reste du disque.

The 2nd Law est donc une déception en bien des points. Les vrais bons titres, ceux qui marqueront l'Histoire de Muse, sont déjà peu nombreux. Mais au-delà de ça, on peut également regretter que la qualité du songwriting ait pris un sérieux coup dans la tronche sur ce disque. A croire que Bellamy avait autre chose à foutre que d'écrire des chansons.
Mais le pire reste sans aucun doute l'absence de cohérence du disque, qui passe sans cesse du coq à l'âne. Il ne semble y avoir derrière cet album aucune ligne directrice, aucune cohérence artistique, aucun concept. C'est juste un enchaînement de chansons qui n'ont pas grand-chose à voir les unes avec les autres, et qui en plus, manquent souvent de qualités.
Allez, bien que ce disque soit sans aucun doute le pire de Muse, on lui attribuera la moyenne pour les quelques bons titres que l'on trouve tout de même ça et là. Mais dieu que c'est rude parfois...


Correct   12/20
par Billyjoe


 Moyenne 6.67/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 09 juillet 2013 à 06 h 16

Oubliez tout ce que l'on vous a dit sur Muse, oubliez le Muse qui jadis singeait horriblement Radiohead, oubliez Matthew Bellamy le chanteur crooner, oubliez le son de guitare Fisher Price pour guitare hero en mauvaises herbes, oubliez que Muse nous a rappelé que le krautrock avait bel et bien existé, oubliez aussi les passes-passes risibles censés nous propulser du calme à la tempête, oubliez tout. Muse ici se réinvente, se crée une nouvelle enveloppe charnelle et il était grand temps. Les détracteurs vont passer un sale trois-quarts d'heure.

Pour les adhérents de fan2Muse.twilight.org merci de vous arrêter ici, j'ai pas envie de devoir me trimbaler avec des morceaux d'ail pour me protéger d'éventuelles attaques canine.
Bon et bien en fait, l'automate sauce tomato Muse est ici décuplé, pour le pire et seulement pour lui. On applaudira quand même le trio pour son morceau d'entrée dont l'intro est aussi pourrave qu'un jarret de Jean-Michelle Jarré-mi-fa-sol. Nul doute qu'avec un light-show suivant les tin-tin-tin-tin, la mayonaise du Bellamy'Circus son et lumière devrait prendre. "Supremacy" ça s'appelle, ouh ouh, carrément quoi. Ensuite il y a "Madness" et son beat à rythme Black Eyes Pisse, mélodiquement, la fin de la fin est jolie, par-contre, ils auraient peut-être dû commencer par là. Ça continue avec un horrible hommage à Freddy "Panic Station", lui-même étant déjà... Un champion du monde my friend. Puis, surgit de nulle part, un moment de grâce, le temps d'un prélude nommé "Prelude" qui nous envoie faire un tour chez ce bon vieux Magicien D'Oz.
- Je peux rester avec vous s'il-vous-plaît, je veux pas retourner avec les autres insectes visqueux...
"Survival" qui porte son nom à merveille : survivre après ce Baryton Martin aspergé de jus de guitares électroniques vous immunise contre tout autre attaque sonore. "Follow Me" atteint des sommets de ringardise, imaginez Mireille Mathieu et ses colombes, Roberto Alagna à Mexico Mexi'iii'co, la bande originale de Tetris et un film avec des jeunes qui ont un projet X en tête. "Save Me" moment de lucidité de l'album, en l'occurrence c'est l'auditeur qui devrait être sauvé, peut-être la moins dégueux de toutes, peut-être, j'en sais rien en fait, j'ai mal à la tête. "Liquid State" Muse vise les States en faisant du Liquid Park, en pire, enfin en moins bien. "The 2nd Lawunsustainable", deuxième moment de lucidité, bon c'est la même chose que la fin de "Follow Me", ou que la bande son de Transformers, un espèce de hardcore new generation pour clubber-tuffer. Transformers c'est un film de Steven Spielberg dans lequel il y a des voitures qui se transforment en robots pour sauver l'humanité, c'est un film indigeste, andouille et étourdissant ; The 2nd Law, c'est un album...
Immonde !   2/20



Posté le 26 juillet 2013 à 04 h 32

The Resistance, c'était le dernier opus en date de Muse avant la sortie de The 2nd Law. A l'heure ou le R'N'B occupait 90% des pistes radios, 5% de la variété et 5% du "rock dancefloor trop funky", Muse résistait encore (un peu) en nous envoyant le gros son de "Uprising" 20 fois par jour sur toutes les radios... et ça marchait ! Personnellement, je n'ai rien contre le fait qu'un groupe de rock envahisse les ondes et soit écouté de tous. Au contraire je considère même ça comme une petite victoire.... à condition que ça soit être du bon quand même... Et là, avec The 2nd Law, c'est le drame...

L'appel des sirènes de la réussite était donc trop fort cette fois-ci. Déjà, en entendant "Survival" et le gros pompage U2/Queen, j'avais eu un mauvais pré-sentiment, qui c'est par la suite quasi-confirmé avec "Madness", puis bel et bien confirmé avec l'écoute de l'album entier. Autant "Undisclosed Desires", dans le même genre, était plutôt sympa, mais là... que c'est vulgaire, mou et pauvre mélodiquement.
"Panic Station" ? rien à dire, The Killers approuve, et cette piste vient se loger à coté des milliers d'autres pistes "rock funky dancefloor" dans le même genre qui lui ressemble, c'est dans l'ère du temps. "Save Me" et "Liquid State" ? c'est Christopher Wolstenholme le nouveau chanteur de Muse alors ? en tous cas ça me donne l'impression d'écouter 30 seconds To Mars... du rêve... dommage, l'instru avait pas l'air dégueu pour ces-deux la, mais chacun doit rester à sa place hein. Pour des b-sides peut-être mais la non... Pareil pour les deux dernières pistes, oser mettre ça sur un album...bon "Isolated System" est pas vilaine mais aucun intérêt. Quant à "Unsustainable"...consternant.
Il reste quoi ? "Big Freeze", "Animals" et "Supremacy" : pas dégueulasses c'est vrai, mais pas assez bonnes pour sauver le naufrage. "Explorers" ? Moyenne. Et bien sur "Follow Me", alors celle-la alors je crois que c'est le pompon : criarde, refrain sans inspirations, "dubstepée" jusqu'à saturation... mais... c'est affreusement mauvais ! même moi qui avait eu mon premier choc avec "Knights Of Cyndonia" sur Black Holes... et qui pensait jamais connaître pire, à coté elle passerait pour du Mozart...

En gros : trois morceaux affreusement mauvais, 5 sans intérêts, 1 moyen et 3 corrects. Eh ben... ça nous donne le pire album de Muse sans contestations possibles. Alors, non, je ne souhaite pas de retour aux sources pour le prochain album. Car après tout Muse est un groupe qui aime surprendre, se dépasser et se renouveler. Mais la prochaine fois, qu'ils le fassent bien par contre !
A éviter   6/20







Recherche avancée
En ligne
282 invités et 4 membres
El rodeo
Jr
Zebulon
Hpl
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :