Today Is The Day

Temple Of The Morning Star

Temple Of The Morning Star

 Label :     Relapse 
 Sortie :    samedi 19 juillet 1997 
 Format :  Album / CD   

Au sein de la discographie déjà bien étrange de TODAY IS THE DAY, je place Temple Of The Morning Star à part... Album cyclique qui s'ouvre et se conclut sur le titre éponyme (acoustique puis électrique), cet album transpire toute la noirceur d'un noise-rock à tendance core, truffé de pièges, de cassures, de contre-pieds déroutants. "The Man Who Loves To Hurt Himself" nous plonge en terrain connu (vocaux distordus, guitares dissonantes et batteur épileptique), de même que "Blindspot" et "High as the sky", typique du style pratiqué par la bande à Steve Austin. Les morceaux sont entrecoupés de samples cinématographiques tous aussi glauques les uns que les autres (histoires de cul ou de parents décédés sur fond de pleurs d'enfants, chatoyant programme !), mais entre les titres de pures agressions sonores (pour un album 10 ans d'âge, il vieillit plutôt bien de ce côté, qualité rare), se glissent quelques curiosités qui viennent alléger le propos. "Kill Yourself", sous ses allures de fausse ballade, vous donne presque envie de compter fleurette à votre jeune et délicieuse voisine, juste avant d'enchaîner avec "Mankind", sanglante histoire de violence conjugale sur fond de basse hypnotique, sans doute un des meilleurs moments de l'album. Aussi étrange que cela puisse paraître, cet album recèle même un single potentiel : "Root of all Evil." Une mélodie imparable et, surtout, une bouffée d'air pur salvatrice hélas de très courte durée. Cultivant l'antithèse, le groupe vous assène ensuite un "Satan is Alive" instrumental et purement démentiel, avec un vrai son de psychotique. Tout ça fleure bon l'aliénation mentale et le reste de l'album ne viendra pas me contredire (si ce n'est le très dispensable, voire mauvais, "My Life With You"), ballotté entre riffs gras, intermèdes crépusculaires et, pour enfoncer le clou rouillé, une reprise dantesque de "Sabbath Bloody Sabbath " (je sais, ils sont nombreux à l'avoir repris, ce n'est pas bien original et ça en devient presque chiant d'ailleurs...)
Cet album n'est sans doute pas le meilleur de TODAY IS THE DAY. Trop décousu, composé de morceaux disparates, il n'a pas l'impact des autres productions de ce groupe. Pourtant, je pardonne bien volontiers ce défaut car il se dégage de ce Temple une atmosphère poisseuse et délétère, impression renforcé par l'artwork en noir et blanc (spermatozoïdes convergeant vers un pentacle, mains tendus jaillissant de terre) et les tronches de serial killer des trois compères (Mike Hyde à la batterie, Chris Reeser à la basse.) C'est bien simple, l'écoute de ce skeud vous donne envie d'être non pas violent, mais vicieux, et ce n'est pas un appel au défoulement mais à la torture. Jusqu'alors TODAY IS THE DAY ébranlait les nerfs, ici il s'attaque à votre santé mentale...


Bon   15/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
363 invités et 1 membre :
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques