Killing Joke

What's This For...!

What's This For...!

 Label :     EG 
 Sortie :    juin 1981 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Pour l'enregistrement de son premier album éponyme, le groupe avait eu le temps de peaufiner la structure de ses chansons dans les moindres détails. Pour ce What's This For...!, ce ne fût pas vraiment pareil : les musiciens ont été obligés de se précipiter dare-dare en studio à peine la tournée terminée, avec une deadline en point de mire.

Le résultat sonne donc logiquement à l'arrivée, la plupart du temps, comme de bonnes B-sides, échappées des sessions du premier album.
"Fall Of Because", le premier titre de "What's This For", est quant à elle, une entrée en la matière de facture moyenne : le refrain est putassier et soutenu par un son de mitraillette. On n'est guère surpris par ce décorum, la thématique de la guerre ayant été toujours présente de toute façon dans le répertoire de ces joyeux lascars ("Wardance"). Le chanteur Coleman a beau insister pour donner du relief à l'ensemble, il éructe 'Fall of' pendant que son bassiste Youth lui répond 'because' ! Rien n'y fait, la sauce ne prend pas. Le deuxième titre "Tension" permet de rectifier quelque peu le cap, marchant sur les traces de "The Wait" ou "Psyche". L'écoute de ce "Tension" me fait penser que Killing Joke a souvent eu une propension à utiliser le même type de structure pour ses chansons : pour les lyrics du refrain, ils chantent juste le titre du morceau, un point c'est tout. De là à penser qu'il s'agit d'un artifice...

Après ces deux amuse-bouche, on arrive au plat de résistance. "Unspeakable". Ce titre fait enfin basculer cette face A dans une autre dimension, donnant littéralement le bourdon, au sens propre comme au sens figuré. Un son, des plus étranges, accompagne alors constamment la musique, faisant vibrer les enceintes de la hifi. Youth y reprend du poil de la bête, s'affranchissant des réflexes habituels présents chez beaucoup de ses confrères de l'époque. Sa ligne de basse est féline et vraiment classe. La production atteint largement le niveau des arrangements du premier disque.
"Butcher" poursuit sur le même élan, avec son ambiance lunaire. Pendant le refrain, le son de basse avec effets flanger et chorus à la clef, fonctionne à merveille. La ligne mélodique est très "Ceremony"-esque (du pur Peter Hook).

Je précise que je connais ce disque depuis des lustres et c'est pour moi criant aujourd'hui, il y a un fossé énorme entre leur premier album - qui est soit dit en passant un véritable coup de maître - et celui-ci, quelque peu bancal.
Mais sur ce deuxième opus, tout n'est pas à jeter aux orties pour autant, loin de là.
"Follow The Leaders" est par exemple un hymne en puissance, une tuerie absolue qui annonce le potentiel futur du groupe à composer des morceaux catchy dans des versions longues. Ceci permet de séduire plus facilement le chaland dès le départ et une fois attrapé... Quand un groupe a trouvé un bon filon, il l'exploite souvent jusqu'au bout. (cf: 'Love Like Blood', composé quelques années plus tard).

"Follow The Leaders" réussit aussi de grands écarts. Une boîte à rythme mise en exergue par une batterie des plus inventives, Ferguson avait décidément un sacré jeu de baguettes... Un jeu de basse, avec des couleurs reggae, un peu incongru mais pas trop... et une mélodie simple et efficace. Elle est d'ailleurs martelée inlassablement en boucle durant tout le morceau. Difficile donc pour l'auditeur de ne pas succomber d'entrée de jeu à cette rengaine et je ne mets pas ici pour une fois une connotation péjorative dans ce mot.
L'épique 'Madness' est censé ensuite nous faire sombrer dans une douce folie mais celle-ci n'est pas tout à fait convaincante. A titre comparatif, il ne boxe pas dans la même catégorie que "S.O. 36".

Vient enfin ce qui aurait pu être le morceau le plus intéressant de ce disque, le quasi-instrumental "Who Told You How", avec ses arrangements singuliers et son motif unique, répété à l'envi avec à chaque fois des variantes inventives savamment distillées au compte goutte. On atteint là un sommet. Hélas, il s'agit d'un plagiat manifeste du classique "Very, Very Hungry" du chef d'oeuvre My Life In The Bush Of Ghosts. Je suis d'ailleurs étonné que Killing Joke n'ait jamais été poursuivi en justice par Eno et Byrne. Ceux-ci ont probablement dû se dire (à l'époque) que décidément Killing Joke était un groupe très réactif, leur propre disque n'étant sorti que quelques mois avant le leur.

En 1981 après trois ans de dur labeur, Youth tête pensante et arrangeur hors pair, quitta le navire et le groupe en eut la tête sonnée. ("The Hum").


Sympa   14/20
par Franck


 Moyenne 15.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 23 juin 2009 à 23 h 42

Le premier – et absolument merveilleux – album de Killing Joke n'est pas encore sorti depuis un an que les anglais ont déjà réitéré. What's THIS For...! s'inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur. On peut être déçu, alors, de voir la bande à Coleman se reposer un peu alors qu'avec Turn To Red et Killing Joke, elle avait jeté un œil sur le futur avec une assurance et un avant-gardisme fous. Mais bon, quand on a accouché d'un album qui semble être sorti en pleine vague metal indus (soit dix ans plus tard), on a bien le droit de se reposer sur ses lauriers. C'est ce que le groupe fait avec ce disque, en exploitant un peu plus le son et le concept de son précédent album. La pochette ne trompe pas : on est toujours en plein dans l'angoisse nucléaire, en témoigne ce champignon atomique qui fige une personne sous des cieux apocalyptiques, tandis qu'un bouffon doué d'ubiquité se penche au-dehors d'habitations. Cet artwork plus coloré ("I wonder who chose the colour scheme it's very niiiiice") que le précédent ne représente en rien une éclaircie dans l'univers de Killing Joke : le monde est toujours aussi noir et condamné. Pollution, matérialisme et conflits sans fin, l'heure n'est pas encore à l'espérance : "If this is today - well what the fuck's tomorrow?". Néanmoins, What's THIS For...! est moins dans l'évocation d'un monde apocalyptique que dans sa crainte ; par-là plus ancré dans la réalité, cet album s'avère peut-être moins fascinant, là où le précédent nous estomaquait par la description d'un univers incroyable.

Mais ceci est sans doute tout autant le fait de la musique que celui de ce qui se cache derrière. Killing Joke est ici moins audacieux que sur son précédent album : rien de comparable avec la puissance d'un "Requiem" ou d'un "Tomorrow's World". Point d'intensité égale à celle qui habite "The Wait" ou "S.O.36". Les morceaux sont ici plus répétitifs, reposant bien plus sur une batterie frappée avec ferveur. "The Fall of Because", le premier titre, fait pourtant une bonne introduction, et laisse présager d'un excellent album, guitare agressive à l'appui. On y regrette simplement que Coleman n'y chante toujours pas de réel refrain mais ne fasse que psalmodier le nom de la chanson (c'est la même chose sur quasiment tous les morceaux). Malheureusement, "Tension", le titre suivant, qui, loin d'être mauvais, s'avère être le plus faible de l'album, peine à captiver. "Unspeakable" inaugure en revanche la partie centrale de l'album, la meilleure, aux rythmes aliénants installant un marasme noirissime. Une atmosphère qui perdurera sur les trois titres suivants, tous excellents. "Butcher" est sans conteste LE morceau de What's THIS For...!, et entre sans peine au panthéon des meilleurs chansons de Killing Joke (édifice que j'érigerai bien moi-même si j'en avais les moyens), aux côtés d'un "Follow The Leaders" plus dansant et accrocheur, titre ayant d'ailleurs été judicieusement choisi comme single de l'album (il rencontra d'ailleurs un beau succès). Après un "Madness" qui porte bien son nom, arrive "Who Told You How ?", instrumental relativement anecdotique. L'album se clôt sur "Exit", un morceau qui s'avère finalement excellent, et n'apparaît comme tel qu'après quelques écoutes. La réédition de 2005 fait suivre trois autres morceaux, des versions dub de "Follow The Leaders" et "Madness" (la première étant instrumentale) et un inédit "Brilliant" bien plus intéressant.

What's THIS For...! ne commet aucun faux pas, mais vous avez dû sentir que je ne le considère pas comme aussi fabuleux que son prédécesseur... Eh bien vous avez raison Alfred ! Ce second opus n'est pas très surprenant et sonne parfois (mais tout de même légèrement) comme des chutes retravaillées de l'album précédent... Moins audacieux et un peu moins savoureux, mais tout de même, ça reste Killing Joke.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
336 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques