PJ Harvey

To Bring You My Love

To Bring You My Love

 Label :     Island 
 Sortie :    mardi 28 février 1995 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Le quatrième album de PJ Harvey a choqué et séduit lors de sa sortie... Choqué, car cela en était fini du rock féminin dur et crade, violent et intime : fini les poils sous les bras de la Miss Rebelle en tournée ; fini les exhibitions photographiques crues et érotiques : place à la femme belle et charmante. Et séduit, car "To Bring You My Love" est parfait, à la fois indépendant et accessible, à la fois rock et émouvant, à la fois propre et riche.
Parfait. PJ signe en effet 10 titres de rock super produit, avec des sons aussi variés qu'efficaces, avec des compositions aussi émouvantes que diversifiées. Du magnifique et émouvant "To Bring You My Love" au hispanisant, groovy et ténébreux "Send His Love To Me", en passant par le délicieusement tragique "Down By The Water", les 10 chansons de "To Bring You My Love" rythment, séduisent, émeuvent, émerveillent ou effraient, ou même parfois tout ça à la fois.
PJ, avec son merveilleux "To Bring You My Love", nous offre son amour... et on en redemande.


Excellent !   18/20
par X_Shape104


  Une version limitée de l'édition cd de "To Bring You My Love" était double, et contenait un deuxième disque regroupant tous les morceaux des EP issus de cet album.


 Moyenne 17.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 21 janvier 2005 à 14 h 23

Pour parler de Polly, pour amener mon amour jusqu'à elle, j'ai choisi ces quelques songs:
Le blues déchirant et monstrueusement répétitif éclatant de "To Bring You My Love". Les paroles alarmantes de "Send His Love To Me" qui ne trouveront d'égales que dans "Shame", joyau de Uh Huh Her. Le blues cavernal et hypnotique de "I Think I'm Mother", expérience unique et intense avec Polly qui rarement s'est faite si extrême. Toujours dans l'acrobatie avec "Down By The Water", garante de richesses pop et d'inspiration transpirant la folie. Pour la voix rugissante et sexuelle de Polly, veuillez demander "The Dancer" et consommer ses mots à gorge déployée.
Je m'arrête à ces quelques titres, je t'aime Polly. J'espère pouvoir moi aussi un jour un "Working For The Man". Mais, plus simplement, à la prochaine fois. Daphné.
Excellent !   18/20



Posté le 06 novembre 2005 à 00 h 48

Un véritable chef-d'oeuvre. Quel pied sur "To Bring You My Love", à fond dans votre casque le 'tin-tin , tin-tin-tin-tin, tin-tin' vous fait parcourir de frissons votre petite echine d'homme fragile et mortel !! ggggrrrrr !! Pis après "Meet Ze Monsta" avec sa melodie transcendante et martiale, arrrgghhh qui donne envie de nous battre, de pogoter, de faire l'amour dans un torrent de noirceur et de mascara degoulinant !!! Et vient la grosse basse saturée ... Ce sont les chevaliers de l'apocalypse qui arrivent sur terre pour netoyer toute la crasse de ce monde pourri, toute l'humanité sans exeption. "Working For The Man" tellement envoutante avec ce petit riff doux et sombre, trickyesque, tenebreux à souhait qui s'écoule avec calme comme la vie !
"Come On Billy" morceau folk, d'amour deseperé, pas un de mes morceau preféré, le point faible de l'album si il y'en a un.
"Teclo"... Que dire sur "Teclo" ?? LLLEETTT MMEEE RRIIDDE ON HHIISS GGRRRAAACCEEE FORRR A WWWHHHILLLLEEEE; voila la plus belle declaration d'amour, quand Polly entame ce passage c'est le pied intergral, l'expression de ce qu'est l'amour romantique et affamé. Et ce rif regulier qui nous berce au debut du morceau avant d'exploser dans ce tonnerre de romance impossible et torturré !!!
Pis "Long Snake Moan" morceau qui donne la patate, la revolte a sonné, lachez vous !! C'est le moment de tout faire sortir !! L'heure est venue, pillez, fracassez vous la tete sur les panneaux publicitaires qui nous entourent, l'heure a sonnée ! Et ca recommence avec le sombre et envoutant "Down By The Water", le murmure de Polly 'Big fish, big fish, swimming in the water' nous donne les frissons, touchés que nous sommes au plus profond de notre ame par la romance tenebreuse de sa voix.
"I Think I'm A Mother", même sensation d'envoutement et de messe noire que pour "Working For The Man" avec peut etre encore plus de noirceur.
"Send His Love To Me"... Orgasme !!!! Profondeur, baroque espagnol, la vierge de guadalupe est arrivée. Quel puissance, quelle sensibilité !
No comment "The Dancer". Exeptionnel morceau, hispanisant à souhait, la ville est trop grande pour nous deux, de toute façon nous sommes perdu, ici c'est le desert, les voix du seigneurs sont impenetrables !! OOhhh cooommmeee je souffre, cet amour n'existe pas 'Is he near, is he far ?' la fin est venue, IT's OVER !
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 26 décembre 2005 à 12 h 06

Halala Polly Jean Harvey! Du charme, de la rage, de la classe, un talent fou... et que sais-je encore. Et la combinaison de ces éléments, associée à son talent d'écriture et de compositon, fonctionne mieux que jamais sur cette perle d'album.
Sa voix grondante fait effet immédiatement sur le lancinant "To Bring You My Love", et dans le même élan, "Meet Ze Monsta" nous noie dans son groove implacable, avec cette boucle électro envoûtante.
"Working For The Man" voit Polly chanter de manière plus intime, à la limite du chuchotement, sur un rythme répétitif que seul un petit motif de guitare vient étoffer, relayé par un "C'Mon Billy" à la guitare sèche également imparable.
"Teclo" laisse libre cours au chant mélancolique et classieux de la dame, accompagnée par une guitare délicate et des petites sonorités du meilleur effet, avant que la rage qui sous-tendait certains morceaux n'explose sur "Long Snake Moan", plus directement rock, chant plus appuyé, rythme plus affirmé aussi, et guitares plus massives.
"Down By The Water" renvoie à "Meet Ze Monsta", usant un peu de ce même groove quasi-électro, seul le chant, moins urgent, différent, toujours plein de classe mais plus posé, notamment lorsque Polly chuchote sur la dernière minute du morceau.
"I Think I'm A Mother" est lui dans le même esprit que "Working For The Man", l'accompagnement reposant cette fois sur une guitare magnifique, servant à merveille la voix, qui parait venir de loin et exprimer un certain dégoût, et qui change de registre sur "Send His Love To Me", accompagnée par une guitare sèche et un orgue hammond, plus distincte mais toujours imprégnée de cette colère qui drape les compos offertes ici.
L'album s'achève sur un morceau aussi superbe que les autres, "The Dancer", à la limite du trip-hop au niveau rythmique, sur un "glaçage sonore" somptueux, aussi captivant que minimal.
L'album parfait, novateur et passionnant, et une grande oeuvre de plus de la part de PJ.
Excellent !   18/20



Posté le 02 janvier 2006 à 00 h 16

To Bring You My Love est brillant d'émotions, la voix de PJ dégage un charisme énorme. Elle devient la tragédienne de son propre théâtre, une scène à l'habillage sec et dur par ses compositions mais qui n'en font que mieux ressortir les tourments, les émotions de son interprète, qui tout compte fait sont communs à beaucoup. C'est là également que le génie se révèle dans l'art de mettre sous les feux des projecteurs avec panache et sensibilité, toutes cette palettes d'émotions de la vie quotidienne.
Il y a de la lumière et de la passion et à l'image de la pochette, on se plonge tout entier dans cette oeuvre incroyable qui certes, demande un effort d'implication de l'auditeur: une barrière rude à ouvrir, mais quelle contentement lorsqu'on y découvre cette gamine fatale dans un de ses plus beaux opéras.

Il est facile quand on ne connaît pas la miss d'accrocher à Stories From The Sea... et plus difficile d'accrocher aux précédents, mais avec le temps -et la persévérance liée à la curiosité que suscite la jeune femme- on pénètre brusquement dans son intimité et il est rare qu'une femme s'offre à son oeuvre et à ses auditeurs avec tant de beauté et de caractère.
C'est tout un monde lumineux qui nous est révélé et c'est la qu'on décide de ne plus quitter la miss Harvey.
Excellent !   18/20



Posté le 12 février 2006 à 17 h 05

C'est du fond des ténèbres ou plutôt des enfers que débute cet opus avec "To Bring You My Love" où la voix de PJ Harvey est plus noire et profonde que jamais. Cet album à la fois sensuel, bestial, émouvant, énigmatique, attirant, repoussant, sombre, et envoûtant ne laissera personne insensible. Tout comme dans ses deux précédents opus, la chanteuse y exprime de façon brute et crue toute une palette d'émotions et d'états d'esprits allant de la soumission à la domination en passant par le désespoir, l'amour inconditionnel, la douceur et la colère. Tout y est. A l'époque où l'artiste a véritablement commencé à jouer avec son apparence, elle joue aussi parfaitement avec sa voix qu'elle contrôle désormais à merveille. Grave et rauque, elle est d'une profondeur à couper le souffle sur "To Bring You My Love", "Long Snake Moan" ou "Meet Ze Monster". Elle sait aussi se faire implorante et désarmante sur "C'mon Billy", "Send His Love To Me" ou "Teclo", soumise et à peine audible sur "Working For The Man", ou encore troublante et mystérieuse sur "Down By The Water", etc... Quant à l'accompagnement musical, minimaliste au premier abord, il se révèle en fait d'une richesse exceptionnelle tant les bruits étranges éparpillés tout au long de l'album confèrent une véritable couleur à chaque morceau. Un album exceptionnel par une artiste hors du commun et débordante de sensibilité, qui ne laissera personne indifférent. Un véritable chef d'œuvre.
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 10 juin 2007 à 15 h 06

PJ Harvey, la femme rock par excellence, nous propose un disque dans les graves, qui alterne entre guitares sauvages, saturées et douces, mystérieuses mélodies. Seuls le tubesque "C'mon Billy" et l'hispanisant "Send His Love To Me" sortent du lot et permettent de reprendre sa respiration pour retomber dans l'enfer brûlant et étouffant du reste de l'album, qui n'est que cris orgasmiques, chuchotements, hurlements. Tout cela avec la féminité sauvage de PJ Harvey et de sa voix impressionnante et polyvalente. Un son toujours un peu sale, des chansons simples, deux ou trois accords, et nous voilà embarqués dans le monde de la diva.
Simple ? Pas autant que ça. Car la simplicité mélodique et structurale de la musique et des mots ne fait que cacher la complexité des émotions qu'ils nous apportent.
Moi qui ne suis pas fan du rock-grunge des années 90, je me suis étonné de la facilité avec laquelle j'ai pu avoir accès et aimer la musique de Polly Jean.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 06 avril 2010 à 20 h 26

Et pourtant la pochette avait tout pour attirer l'attention avec une Polly Jean glamour toute de rouge vêtue, offerte et abandonnée aux flots (de la passion ?)... Mais si passion il y a, cette dernière est cruellement absente de l'album. Même si d'emblée la chanson titre "To Bring You My Love" distille une certaine tension, l'ennui s'installe assez vite et ce malgré la voix magnifique de la chanteuse. La seconde plage "Meet ze monsta" ne fait que confirmer ce constat amère et "Working For The Man" avec sa voix presque chuchotée est anecdotique. En fait, il faudra attendre "Long Snake Moan" soit le 6ème titre de l'album pour enfin assister aux premiers frissons. Ici la basse se fait enfin incisive et la guitare avive les premières braises. Malheureusement la suite nous replonge dans la torpeur profonde, "Down By The Water" est une chanson plus qu'anonyme et "Think I'm Mother" nous achève définitivement. Le final "The Dancer" essaie bien de susciter encore notre attention mais à ce stade de l'album il est bien trop tard, toute notre bonne volonté est depuis longtemps annihilée.
En résumé, on sent bien la sincérité du message que veut nous délivrer PJ Harvey, mais ici l'accompagnement musical simpliste et la production épurée jouent clairement contre elle, et on l'abandonne ici, seule avec sa voix sublime et son désespoir (et le notre).
Pas terrible   9/20







Recherche avancée
En ligne
149 invités et 4 membres
EmixaM
Poukram
Blackcondorguy
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?