PJ Harvey

Is This Desire ?

Is This Desire ?

 Label :     Island 
 Sortie :    1998 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

"Is This Desire ?" est le digne successeur du fabuleux "To Bring You My Love" : et oui, le cinquième album solo de Miss Harvey est un chef-d'oeuvre, un de plus.
C'est avec délice que l'on suit PJ dans son monde au romantisme splendide, à la sentimentalité fluctuante et touchante, aux émotions profondes et communicatives : via un rock riche, efficace et flou (on ne sait s'il est dur ou soft tellement le mélange PJien est réussi) sur 12 titres aussi merveilleux les uns que les autres, PJ émerveille, berce, envoûte, partage, transperce...
Est-ce cela le désir ? En tout cas, on s'y laisse aller avec un malin plaisir.


Excellent !   18/20
par X_Shape104


 Moyenne 18.20/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 22 juillet 2004 à 19 h 10

Ahhhh, Pj...
Difficile d'écrire ce que je ressens en écoutant la musique de cette demoiselle pleine de charme.
De la colère, de la rage mélangées à de la tristesse.
Je crois que ce mélange d'émotions est ce qui me fait aimer cette musique. "The Garden" et "Is This Desire ?" sont pour moi les deux plus beaux titres, même s'il m'est difficile de faire un choix.
Un grand disque.
Comme la plupart des ses albums d'ailleurs.
Excellent !   18/20



Posté le 19 novembre 2005 à 19 h 13

A travers ce disque, PJ Harvey nous laisse croire qu'elle se souvient parfaitement de ses vies antérieures et nous plonge dans chacune d'entre elles grâce à la qualité de son écriture. Elle brosse si bien le portrait de ces femmes aux destins brisés que l'on ne peut s'empêcher de se prendre d'affection pour Angelene, prostituée qui voit défiler les hommes en attendant le bon ou cette belle Leah, une suicidaire incapable de combler son manque d'affection.
En bonne comédienne, PJ nous montre une fois de plus son incroyable capacité à varier son chant. Elle hurle l'histoire d'une Joy qui porte mal son nom aussi bien qu'elle murmure des mots d'amour (?) à Catherine.
Quant à la musique, elle est ici beaucoup plus posée que par le passé mais pas moins sombre pour autant. Aux mélodies accessibles se mélangent des ambiances inquiétantes comme sur le troublant "A Perfect Day Elise" ou le poignant "The River". Seul "The Garden" vient illuminer l'album tel un enchantement.
On sort de ce disque aussi dérouté qu'après une nuit peuplée de multiples rêves. Et on a déjà envie de le remettre en route pour retrouver cette sensation étrange et pourtant si agréable. Le désir, sans doute.
Excellent !   18/20



Posté le 15 février 2006 à 11 h 11

Ecouter un album de PJ Harvey, c'est comme ouvrir un roman : les personnages se bousculent, ils sont habités de toutes sortes d'émotions et évoluent dans de multiples atmosphères toutes plus différentes les unes que les autres. Chaque morceau est véritablement une histoire à lui tout seul avec son propre décor, ses propres personnages, ses drames et ses passions. Les paroles de cet album sont d'ailleurs largement inspirées de plusieurs romans et nouvelles parmi lesquels : "Good Country People" et "The River" de Flannery O'Connor ; "Wuthering Heights" d'E. Brönte ou encore "A Perfect Day..." et "Pretty Mouth And Green My Eyes" de J.D. Salinger. De multiples personnages écorchés par la vie évoluent ainsi à travers les chansons : Angeline, Catherine, Leah, Elise, Joe, Joseph, Dawn, Joy, etc...
PJ. Harvey nous raconte ainsi l'histoire d'Angeline, une prostituée faisant le bilan de son existence. Avec "The Sky Lit Up", elle dépeint ensuite un personnage assoiffé d'ambitions et de liberté avant de parler de Catherine, femme introvertie et solitaire vivant dans l'isolement le plus complet. Avec "Leah", elle nous renvoie tous faire le bilan de notre propre vie, pour raconter ensuite l'histoire de Joe, qui, après avoir passé la journée avec Elise, se suicidera dans sa chambre d'hôtel. On trouve ensuite Catherine De Barra, personnage torturé, rongé par l'envie et le désir, puis après avoir suivi les fantasmes d'un personnage errant seul, perdu dans ses pensées, PJ Harvey attaque la terrible histoire de Joy. Après avoir perdu l'une de ses jambes, cette jeune femme terrassée par son impuissance se met à rejeter son corps et se retranche dans une attitude nihiliste et résignée. Dans le très émouvant "The River", le personnage principal finira noyé, et c'est par "Is This Desire", décrivant deux amants transits de désir l'un pour l'autre que se termine cet album fascinant.
Côté musical, il tient vraiment une place à part dans la discographie de l'artiste puisqu'il est très nettement teinté d'electro, de parties relativement ‘expérimentales', et, bien que sur le fond il soit aussi noir que les précédents opus, sur la forme, il apparaît beaucoup plus doux et feutré. La voix de la chanteuse est elle aussi largement adoucie, parfois même chuchotante, voir à peine audible. Sur "Electric Light", elle est d'ailleurs si pure et cristalline, avec pour unique accompagnement le bruit d'un battement de cœur, et pose ainsi chaque parole de manière si délicate qu'on ose à peine respirer.
Pour conclure, cet album, totalement à part, montre le talent de l'artiste sous une autre forme, prouvant ainsi que PJ Harvey est vraiment une artiste complète, capable d'explorer tous les styles.
Excellent !   18/20



Posté le 19 février 2007 à 21 h 18

Avec Is This Desire ?, PJ Harvey abandonne un peu la ligne directrice propre à ses trois précédents opus. Ayant atteint le sommet avec To Bring You My Love, elle se remet en question et lorgne sur d'autres contrées musicales. Au niveau des paroles, tout d'abord, elle signe une sorte de concept album où chaque morceau, ou presque, raconte l'histoire d'une femme différente. Souvent tristes, ces textes distillent une ambiance très glauque tout au long de l'album. Musicalement, son style de rock bien particulier est ici mis plus ou moins à l'écart.

Plus ou moins, car certains morceaux sont dans la droite lignée de ses albums précédents. Le magnifique premier titre, "Angeline", par exemple, suit cette lignée. Il est l'occasion de nous happer complètement dans cet album. La voix pure et la ligne de chant envoûtante nous captent d'entrée. C'est un des meilleurs morceaux écrits par l'artiste et une première baffe dans ce disque. "Electric Light" ou "Is This Desire ?" font également partie du style de rock intimiste propre à PJ Harvey. Dans le genre, la perle de l'album est "The River". Une magnifique mélodie de piano agrémentée d'arrangements basse/synthé magnifiques et de paroles d'une tristesse étouffante, font de ce titre un nouveau chef d'oeuvre.
L'electro prend de plus en plus de place dans les autres morceaux de l'album. Pour appuyer les instruments habituels comme dans "No Girl No Sweet" ou le tube crépusculaire "A Perfect Day Elise". Ou pour composer dans un registre jusqu'alors inédit chez l'artiste ; "My Beautiful Leah" ou, plus particulièrement, "Joy" sont l'occasion d'expérimenter au niveau du son et du chant qu'elle pousse plus que jamais. Ces nouvelles techniques ne sortent pas, par contre, l'album de l'ambiance mélancolique et triste.
Quelques morceaux tendent même vers une sorte de trip-hop. "Catherine", "The Wind" ou l'excellent "The Garden" utilisent les rythmes propres à ce style et quelques samples viennent enrichir l'atmosphère. C'est, une nouvelle fois, l'occasion pour la chanteuse de s'essayer à d'autres types de chant. Le mix général de "Catherine", par exemple, donne une dimension étouffée et éthérée inédite à sa voix.

Véritable chef d'oeuvre, cet album reste mon préféré de la chanteuse. De tels albums, riches et simples à la fois, sont très rares. Son ambiance triste et pluvieuse, ses paroles d'une richesse rare et son éventail musical très complet le rendent impossible à décrire par des mots. C'est plus un coup de coeur inexplicable...
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
70 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?