Dionysos

Reims [Octob' Rock - Le Cirque De Reims.] - vendredi 25 octobre 2002

 Dionysos
Dans le cadre du festival Octob' Rock, DIONYSOS investissait ce soir le Cirque de Reims, cadre au combien agréable et lumineux pour un groupe qui l'est tout autant. Après une première partie étonnante et détonnante aux accents country des Sons of The Desert, il ne faudra pas très longtemps aux quatre 'chevaliers Jedi' et à leur 'Princesse Leïa' pour enflammer la salle rémoise qui affichait complet depuis plusieurs semaines. DIONYSOS s'octroye d'entrée de jeu le prix de l'élégance en s'affichant avec de jolis costumes sombres pour ces messieurs et une robe rouge des plus saillantes pour la petite demoiselle au sourire irrésistible ; et ils en profitent par la même occasion pour se mettre dans la poche un public tout entier venu les acclamer, en ouvrant par un imparable "I Love You". C'est peu dire que les DIONYSOS savent y faire: sur les morceaux qui suivent ("Can I", "Tokio Montana"), ils lâchent sans retenue leur énergie débordante et communicative, et prennent même des allures de groupe punk sur "Mac Enroe". Mathias, le chanteur-leader du quintette, sorte de petit lutin échappé d'une bande-dessinée fantasque, joue les chefs d'orchestre avec humour et délectation (autant pour lui que pour nous !) et entraîne avec lui bon nombre de slammers qui ne cesseront d'ailleurs de traverser la fosse pendant quasiment l'intégralité du show.
Les hits-singles du groupe font des ravages ("Song For A Jedi", "Anorak", ainsi que l'inusable "Coccinelle") et déchaînent la foule de plus en plus compacte. Jovial, appétissant, électrique et éclectique, le set du groupe est un 'sans-faute', une vraie réussite librement maîtrisée et follement organisée. DIONYSOS nous gratifie même de quelques moments de douceur féérique où Mathias -encore lui !- va jusqu'à prendre des airs de J.Brel sur "New Eye Blues". Le rappel achèvera de convaincre les plus rétissants (mais y-en avait-il encore à ce moment là ?) et après que le public ait porté le petit chanteur déchaîné jusqu'aux gradins (aller et retour !) pour un ultime couplet de "Coccinelle", le groupe quittera la scène sous une 'standing ovation' plus que méritée. En résumé, c'est tout simplement le genre de concert auquel on aimerait assisté plus souvent.


Excellent !   18/20
par GirlfromMars


  Set List :
I love you
Can I
Tokio montana
Mac Enroe
Don Diego
Song for a Jedi
Frog
Western sous la neige
Anorak
Wet
Coccinelle
New Eye Blues
Train à l'US
>>
Liquid Princess
(Reprise) Coccinelle

Première Partie : Sons of The Desert


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
182 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...